Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Médiation des présidents ivoirien et togolais : Que cache la rencontre entre Talon et Yayi à Abidjan ?

JPEG - 353.9 ko

Les chasseurs d’information avaient hier les oreilles et les yeux tournés vers Abidjan. Pas seulement parce que leur nouveau président Patrice Talon y séjourne. Mais pour avoir la primeur des conclusions de la médiation entreprise par les présidents Allassane Ouattara de la Côte d’Ivoire et Faure Gnassigbé du Togo pour réconcilier les frères ennemis Patrice Talon et Boni Yayi. Ont-ils réussi enfin à véritablement faire fumer le calumet de la paix aux deux personnalités là où, les efforts de réconciliations de l’ancien président sénégalais Abdou Diouf ont été infructueux ?
Pour le moment, les images et les déclarations faites par les facilitateurs mais aussi par le président Talon et son prédécesseur à l’issue de l’inédit conclave semblent montrer non seulement qu’un grand pas a été franchi dans la recherche de la réconciliation entre les deux hommes. Mais, est-ce simplement la réconciliation qui a poussé Boni Yayi à recourir au service de ses anciens collègues ? Tout porte à croire que non.

Une loi d’amnistie pour Yayi ?
D’abord, la première hypothèse qu’inspire cette rencontre d’Abidjan est que, à l’instar du Général Mathieu Kérékou qui, à cause de son humilité à reconnaître les résolutions de la conférence nationale a bénéficie d’une loi d’amnistie, Boni Yayi veut aussi des garanties pour couvrir ses arrières. D’ailleurs, les indiscrétions font état de ce que sans une loi d’amnistie, ce n’est pas la grande sérénité chez Boni Yayi. Pouvait-il en être autrement après les longs scenarii entre l’ancien président et son successeur ?
En tout cas, comme si c’était hier, les Béninois se rappellent que ces trois dernières années, les démêlées entre les deux amis devenus ennemis ont rythmé l’actualité nationale. En effet, sur le plan économique, le bras de fer a été marqué par la bataille autour de la gestion de l’or blanc avec la réquisition des usines Sodéco et de la rupture unilatérale du contrat Pvi. A ceux-ci, il faut ajouter les longues empoignades judiciaires avec les affaires tentative d’empoisonnement et de coup d’Etat. Au vu de tout ceci, Boni Yayi n’est pas tranquille surtout que c’est son ennemi N°1 qui, depuis le 6 avril dernier, est appelé à exercer le pouvoir d’Etat.
Mais avant, pour qu’il n’en soit pas ainsi, Boni Yayi a tout fait pour lui barrer la route qui mène à la Marina. A titre d’exemple, les Béninois se rappellent encore, de cette histoire de la souche d’acte de naissance de Patrice Talon arrachée par des policiers et des difficultés faites à l’ancien exilé politique pour qu’il ne retrouve pas avant l’échéance présidentielle, la terre de ses ancêtres. Mais passons.

La quête d’un poste à l’international
Entre-temps, l’eau a coulé sous le pont. Patrice Talon est président de la République et a, comme son prédécesseur, désormais les capacités de nuire ou d’aider à bien de choses. Les rôles ont changé. Ainsi, la deuxième hypothèse qui pourrait justifier la rencontre Talon-Yayi à Abidjan est la quête par Boni Yayi du soutien de Talon pour briguer un poste à l’international. Et quand on sait que ce rêve de Boni Yayi peut-être mis à mal par son successeur, il y a de quoi qu’il cherche la médiation et le secours de ses anciens collègues pour faire entendre raison au président Patrice Talon.

La paix des braves ?
Enfin, et c’est le plus important, la recherche d’une réelle réconciliation, de la paix des braves peut justifier le conclave privé d’Abidjan entre Talon-Yayi et les président togolais et ivoirien. Car, si a priori, les Béninois peuvent se satisfaire du tête-à-tête du 6 avril dernier à la Marina entre Talon et Yayi, tout porte à croire qu’il y a toujours anguille sous roche.
Normal, jusqu’ici personne à part Patrice Talon et Boni Yayi ne peut parier sur ce qui divisent véritablement les deux hommes. Sauf, qu’il se constate que les rancœurs entretenues durant trois ans ont du mal à s’effacer par un coup de chiffon magique. Et, ce ne sont pas les propos prêtés à Boni Yayi au cours de sa tournée de remerciement dans le septentrion, des communiqués de l’ancien Secrétaire général du gouvernement en réponse aux décisions du conseil des ministres de l’équipe Talon qui peuvent rassurer que les plaies béantes de la rude empoignade entre les deux anciens amis sont définitivement cicatrisées. En définitive, après le simulacre de pardon de Yayi qui n’a véritablement jamais été opérant, la rencontre d’Abidjan est peut-être la dernière occasion, pour qu’enfin, les plaies soient pansées, que la paix se fasse à deux et pour qu’à jamais, les différences entre les deux anciens amis n’entravent pas l’unité nationale.

19-04-2016, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : Azannaï en sapeur-pompier
24-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
La barque de Candide Azannaï tangue. Les militants du parti « Restaurer l’espoir » ne jouissent pas des fruits de leurs labeurs. Dans leurs rangs, (...) Lire  

Transversal :Le Gabon au tapis !!!
23-01-2017, Ambroise ZINSOU
Editorial : L’école à nouveau dans la tourmente
19-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Trois tickets ‘‘dauphinat’’ à (...)
19-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Tribune verte : Passons en mode renouvelable (...)
19-01-2017, La rédaction
En vérité : Imposteurs, à la barre !
18-01-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Azannaï face à l’équation du partage des gains électoraux
24-01-2017, Isac A. YAÏ, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1950

Azannaï face à l’équation du partage des gains électoraux
24-01-2017, Isac A. YAÏ, Moïse DOSSOUMOU
Il a remporté les trois dernières élections haut les mains. Aux législatives de avril 2015, il a écrasé ses concurrents (...)  

Léhady Soglo, maire de Cotonou : « …Je n’ai pas été élu pour perdre (...)
24-01-2017, Patrice SOKEGBE
Vous avez entendu le Préfet Modeste Toboula ce matin sur Radio-Tokpa. Il vous reproche d’être physiquement absent (...)  

Pour défaut d’autorisation : Plusieurs établissements supérieurs (...)
20-01-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Odile Attanasso siffle la fin de la récréation dans le secteur de l’enseignement supérieur privé. Les promoteurs (...)  

Entretien avec le Ministre de l’Energie, de l’Eau et des Mines : (...)
20-01-2017, Adrien TCHOMAKOU, La rédaction
Sans tambours ni trompette, le Gouvernement de la rupture agit pour venir à bout du délestage. Dans un contexte, où (...)