Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Menace de déguerpissement des occupants du ‘’parc dindon’’ : Toboula doit tirer leçons du passé

JPEG - 60.3 ko

Dans un communiqué en date du 19 juin 2017, le préfet du Littoral, Modeste Toboula a sommé les usagers du parc de stationnement des véhicules de transport de marchandises, communément appelé ‘‘parc dindon’’ de vider les lieux au plus tard le 22 de ce mois, donc dans un délai de 72h, sous peine de se voir déguerpir avec le concours des forces de l’ordre. Une épée de Damoclès qui plane sur la tête de ces citoyens qui n’ont nulle part où aller, afin d’échapper aux griffes de ce préfet reconnu pour son excès de zèle. Pourtant, Modeste Toboula devrait tirer des leçons du passé et ne pas mettre, une fois encore, la charrue avant les bœufs. Avant toute opération de libération de cet espace pour cause d’utilité publique, le bon sens obligerait à reloger préalablement ces chauffeurs de taxi, qui y mènent leurs activités depuis des lustres. Il ne faut surtout pas inscrire dans la conscience collective que l’on ne connait pas autre langage que celui de la force. Certes, le motif est légitime et l’occupation illégale, mais il faut savoir trouver le juste milieu. C’est facile de jouer les pyromanes et de laisser d’autres en payer le prix. Les Cotonois portent encore les séquelles de l’opération de déguerpissement sauvage des occupants des espaces publics, et le régime du Nouveau départ continue d’en payer le prix en terme de popularité. L’erreur est humaine, mais persévérer dans ce sens est diabolique. Toboula doit tirer leçons de ce passé encore vivant dans les esprits. C’est une évidence que la construction d’un immeuble pour la base des Unités spéciales de la police fluviale (Uspf) est dans l’intérêt général, mais à quel prix ? Il y a lieu de trouver un lieu d’accueil pour ces personnes qui vivent de cette activité de transport de marchandises sur ce site. Ce n’est pas impossible.

21-06-2017, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

Chronique culturelle
21-07-2017, La rédaction
Nous nous sommes donnés comme mission depuis un certain temps d’apporter notre expertise et notre expérience au service de la culture béninoise qui (...) Lire  

Editorial : Le pain à polémique
20-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Des vagues à combattre !
20-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Formule ‘‘Portabilité mobile’’ !
19-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Que fait Talon de sa majorité (...)
19-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le Bénin sportif, pourquoi pas (...)
18-07-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2220

Présidence du Parti social démocrate : La justice renvoie Amoussou, (...)
21-07-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Le juge n’a pas tranché sur la question de fond. Très attendu par les parties, le verdict du tribunal de première (...)  

Avancées dans le passage de l’analogie au numérique : Rafiatou (...)
21-07-2017, La rédaction
Faire le point de l’évolution des travaux techniques et échanger sur les orientations institutionnelles et juridiques (...)  

Mesures sociales sous la rupture : La vision Talon démontre sa (...)
21-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Ne jamais mettre la charrue avant les bœufs. A ce piège, malgré les critiques les plus acerbes sur le manque de (...)  

Narcisse Djègui à propos de la fête nationale du cotonculteur : « (...)
20-07-2017, La rédaction
Parakou accueille le samedi prochain l’édition 2017 de la fête nationale du cotonculteur (Fnc). Il s’agit d’un (...)