Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Mise en service du câble sous-marin Ace : Yayi et Kossi pour une économie numérique prospère

« Faire du Bénin le Quartier numérique de l’Afrique ». Tel est le vœu du Chef de l’Etat, le Docteur Boni Yayi en ce qui concerne la connexion internet haut débit au Bénin. Dans cette dynamique, il a été mis en service le mardi dernier la station du câble sous-marin à Fidjrossè à Cotonou afin de faire prospérer l’économie numérique au Bénin et dans toute la sous-région.

JPEG - 198.1 ko

Appuyé par la Banque mondiale dans le cadre du Programme régional d’infrastructures de communication pour l’Afrique de l’Ouest (West Africa Regional Communications Infrastructures Program-Warcip), le câble sous-marin mis en service mardi dernier par le Chef d’Etat et le ministre de la Communication et des Tics vise à accroître la portée géographique des réseaux à large bande et à contribuer à la réduction des coûts des services de télécommunications sur les territoires des pays participants. Pour Etienne Kossi, ministre de la Communication et des Tics, ce projet a été rendu possible grâce à la volonté du Chef de l’Etat. « Mes remerciements vont particulièrement à son Excellence Dr Thomas Boni Yayi, chef de l’Etat, Chef du gouvernement pour sa détermination à faire asseoir dans notre pays l’économie numérique malgré les résultats mitigés des dernières années qui ont émoussé l’espoir de nos populations de bénéficier de l’accès au large bande », a-t-il déclaré. Il a d’ailleurs mis l’accent sur les parties prenantes à ce Projet que sont l’Etat béninois, Bénin Télécoms Sa (Bénin Télécoms services et Infrastructures), les opérateurs de téléphonie mobile et les fournisseurs d’accès internet à travers un partenariat 45,83 Public-Privé dans lequel l’Etat et ses sociétés détiennent 54,17% et les privés. Pour le président de la République, la mise en service de ce câble sous-marin Ace vient à point nommé et va faciliter la création d’emplois pour les jeunes en matière des Tics. « Aujourd’hui, l’internet vous permet d’avoir une grande ouverture sur le monde. Il participe aussi à une croissance de plus de 5% du Pib dans notre pays. Donc, l’économie numérique reste un secteur de pourvoyeur d’emplois et de richesse pouvant permettre à notre pays de passer à un taux de croissance à deux chiffres », a-t-il conclu.
Félicienne HOUESSOU (Coll)

16-10-2015, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : Désastre écologique à Toho !
23-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Des milliers de poissons morts empoisonnés. Des risques énormes pour l’écosystème et une activité principale paralysée. A Athiémé, sur le lac Toho, (...) Lire  

Editorial : Une lueur d’espoir pour les (...)
23-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les paradigmes de l’espérance (...)
22-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une polémique précoce
22-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Une vitrine au Vatican !
17-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Difficile ascension pour la (...)
17-05-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2670

Campagne cotonnière 2018-2019 : Le gouvernement augmente le prix (...)
25-05-2018, Arnaud DOUMANHOUN
« Le gouvernement a entrepris depuis deux ans, le renforcement de la professionnalisation du secteur. Et de 451.000 (...)  

Réaction de quelques députés après la décision de la HAAC
25-05-2018, La rédaction
Réaction de quelques dispoquotenibilité Louis Vlavonou « …Je prends acte de la décision de la HAAC tout en regrettant (...)  

La HAAC, le canon braqué contre la presse libre
25-05-2018, La rédaction
Je ne suis pas de ceux qui, habituellement proposent de supprimer les institutions qui posent problème dans leur (...)  

Agapit Napoléon Maforikan, Ancien conseiller de la Haac : « La (...)
25-05-2018, La rédaction
Nul ne peut se réjouir lorsqu’un organe de presse est en difficulté. La liberté de presse est un bien précieux que nous (...)