Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plainte du Chef de l’Etat contre le député Janvier Yahouédéou : Adrien Houngbédji rejette la demande du Procureur général

JPEG - 40.7 ko

Le président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji, est très remonté contre le Procureur général près la Cour d’appel de Cotonou, Gilles Sodonon et le Garde des sceaux, Ministre de la justice, de la législation et des droits de l’homme, Evelyne da Silva. Et pour cause. La Ministre de la justice, Evelyne da Silva, a transmis au président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji, une correspondance du Procureur général près la Cour d’appel de Cotonou, Gilles Sodonon, dans laquelle le Chef de l’Etat, le président Boni Yayi porte plainte contre le député Janvier Yahouédéou, qui a fait le 9 juin dernier à la tribune du Parlement, une déclaration dans laquelle il accuse le Chef de l’Etat d’être l’auteur du détournement de la somme de 8 milliards Fcfa saisis chez les promoteurs de Icc-Services.
Pourquoi Me Adrien Houngbédji a rejeté la lettre du Procureur général
Ce qui fâche le président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji dans cette affaire est le fait que le Procureur général près la Cour d’appel de Cotonou, Gilles Sodonon, lui demande de tout faire pour mettre le député à la disposition de la justice. « …Le Parquet général près la Cour d’appel de Cotonou a été saisi par correspondance N°274/MJLDH/SP-C du 26 juin 2015 du Garde des sceaux, Ministre de la justice, de la législation et des droits de l’homme d’une lettre par laquelle le Chef de l’Etat se plaint contre le député Yahouédéou Janvier pour offense au Chef de l’Etat. En effet, au cours de la plénière du 9 juin 2015, le député Yahouédéou Janvier aurait déclaré. Citation : ‘’J’affirme que le président Boni Yayi est auteur du détournement de la somme de 8 milliards Fcfa des pauvres citoyens Béninois à l’instar du vol des 3 milliards Fcfa des contribuables Hollandais destinés à l’eau potable’’ . De plus, le député Yahouédéou Janvier affirmerait détenir les preuves de ces allégations. Pour permettre à la justice de notre pays de faire son travail conformément à la loi et en disposant de tous les éléments objectifs d’appréciation, j’ai l’honneur de vous prier très respectueusement de bien vouloir amener l’honorable Yahouédéou Janvier à mettre à la disposition de la justice, des éléments qui soutiennent de telles déclarations… », a écrit le Procureur général Gilles Sodonon dans la correspondance au Garde des sceaux pour le président de l’Assemblée nationale. Malheureusement pour le Procureur général près la Cour d’appel de Cotonou, Gilles Sodonon, sa demande au président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji, ne va pas prospérer. Publiquement hier, en début de séance plénière à l’Assemblée nationale et après avoir porté l’information à la plénière, le président Adrien Houngbédji a tout simplement laissé entendre que ce n’est pas son rôle d’accéder à une telle demande.
(Lire ci-dessous la déclaration de Me Adrien Houngbédji au sujet de la demande du Procureur général près la Cour d’appel de Cotonou à l’encontre du député Janvier Yahouédéou)
Déclaration de Me Adrien Houngbédji au sujet de la demande du Procureur général à l’encontre du député Janvier Yahouédéou

« …Le Procureur général me dit de demander au député Janvier Yahouédéou de mettre à la disposition de la justice, des éléments qui soutiennent sa déclaration. Est-ce que c’est mon rôle de président de l’Assemblée nationale ? Il y a des juristes dans cette salle ! Il y a des Avocats ! Des Magistrats ! Est-ce que c’est mon rôle ça ? Il y a la séparation des pouvoirs ! Moi, je suis législatif. Si un député dit quelque chose que la justice estime qu’il ne doit pas dire, elle n’a qu’à faire son travail. Ce n’est pas au président de l’Assemblée nationale de se transformer en Magistrat instructeur pour demander à un député de me remettre à moi des éléments pour que je les envoie au Garde des sceaux ou au Procureur général. Donc, c’est pour vous dire que je ne vais pas répondre à cette lettre qui me paraît être vraiment… Je ne peux même pas répondre à cette lettre. Et je suis persuadé que le Procureur général sait très bien que ce qu’il me demande, je n’ai pas le pouvoir de le faire ».
Propos recueillis par Karim Oscar ANONRIN

22-07-2015, Karim O. ANONRIN


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2550

Mise sur écoute des Béninois : La Cour donne carte blanche
22-02-2018, La rédaction
La loi n°2017-44 portant recueil du renseignement en République du Bénin, votée par l’Assemblée nationale le 29 décembre (...)  

Malversation financière au Cncb : Antoine Dayori et le Pca en (...)
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Décidément ! Sous la rupture, la lutte contre la corruption n’épargne presque personne. Grand artisan de l’avènement du (...)  

Saturation de l’actuel cimetière municipal de Parakou : Charles (...)
21-02-2018, La rédaction
L’actuel cimetière municipal de Parakou n’est plus en mesure d’abriter de nouveaux corps. Tels sont les propos du maire (...)  

Conséquences des grèves perlées dans l’administration publique : (...)
20-02-2018, La rédaction
Journée décisive pour les grévistes. Ils attendent de constater sur leurs fiches de paie, la mise à exécution ou non de (...)