Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Polémique autour des propos de Patrice Talon sur le mandat unique :

JPEG - 200.6 ko

« Le second mandat est une prérogative constitutionnelle », selon Georges Anagonou
L’intervention du président Patrice Talon sur l’émission « Internationales » de RFI et TV5 Monde dimanche dernier a suscité beaucoup de réactions dans l’opinion publique. Le socio anthropologue Georges Anagonou invité pour décrypter l’actualité relative à cette sortie médiatique du Chef de l’Etat n’a pas hésité à rejeter les allégations des détracteurs du Président Patrice Talon étant donné que la Constitution lui donne la liberté de se présenter pour un second mandat présidentiel. Et ce, dans la mesure où la Constitution actuelle ne reconnait pas le mandat unique.
Dans un contexte où certains présidents africains battent des records de longévité au pouvoir, souvent au gré de tripatouillages constitutionnels ou d’élections dénoncées comme « frauduleuses », le président Patrice Talon a voulu poser le Bénin en exception en limitant le mandat présidentiel à un seul quinquennat. Pour Georges Anagonou, cette réforme permet de libérer le locataire du Palais de la Marina des pressions politiques, des lobbys, des forces économiques et même des électeurs qui agitent l’épouvantail de la sanction par les urnes. Débarrassé de l’obsession de la réélection, le Président de la République gouvernerait donc à l’aune de l’intérêt général du pays. Dans cette logique, le Président ne serait plus dans le calcul politicien et pourrait aisément prendre des mesures impopulaires. Malheureusement, cette réforme n’a pas reçu l’écho favorable du Parlement béninois en avril 2017.
Le principe du mandat unique n’est plus donc d’actualité, confirme l’invité de l’émission « Internationales ». Selon ses explications, la Constitution du 11 décembre 1990 en vigueur au Bénin donne la possibilité au Président élu de faire un second mandant constitutionnel s’il en a l’ambition et si le peuple lui renouvelle sa confiance ; du moment où la réforme constitutionnelle n’a pas abouti. « Dans l’état actuel de notre Constitution, la possibilité est donnée à tout président de briguer un second mandat. De ce fait, Patrice Talon est le seul maitre de son destin », renchérit l’invité de Canal 3.
S’interrogeant sur les raisons réelles des agitations de certains hommes politiques sur la question du mandat unique, Georges Anagonou croit qu’en réalité, ils voudraient savoir si Patrice Talon sera candidat en 2021 ou non afin de se déterminer. A l’en croire, pour le bon fonctionnement et l’harmonie de son action gouvernementale, il n’est pas question aujourd’hui que le Chef de l’Etat donne une réponse claire à cette préoccupation. Il salue donc la démarche du Président qui, en homme bien averti, n’a pas voulu exposer le pays à des perturbations alors qu’il n’a fait que deux ans sur les cinq de son mandat. Ses réponses successives « J’aviserai », « Je verrai… », en disent long sur la parfaite maitrise de l’environnement politique béninois par le président Talon. A Georges Anagonou de conclure que ces réponses sont claires et suffisantes pour la période que traverse le pays.
Les autres questions abordées par le président Talon n’ont pas échappé à l’analyse du sociologue. S’agissant de la question du conflit d’intérêt, Georges Anagonou pense que le président de la république a prouvé sa bonne foi en se désengageant dès sa prise de fonction de toutes ses sociétés. Mieux, pour lui, « C’est lorsqu’on n’est pas à l’abri du besoin et qu’on arrive au pouvoir, qu’on a pour objectif d’assurer sa prospérité et le bien-être de sa descendance ». Puisque le Président Talon n’est pas dans cette situation, l’invité de Jean Eudes Mitokpè pense que cela lui permet de mieux se conduire face aux biens de l’Etat. « Patrice Talon à l’abri du besoin, c’est un gage de bonne gouvernance. C’est en effet ceux qui peuvent faire la chose qui transposent cela sur le président de la République ». Georges Anagonou trouve que le président Patrice Talon a mené un débat philosophique qu’il faudra lier à sa conception du pouvoir d’Etat. Il loue son courage à prendre cet engagement devant le peuple béninois.

24-04-2018, Landry Salanon


CHRONIQUES

Editorial : Le péril ‘‘crue’’ !
22-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
Crue au Nord, danger à l’horizon. Dans le bassin septentrional, les cours d’eau en crue déversent leur surplus et déjà, les premières victimes et les (...) Lire  

En vérité : Dangnivo, l’ultime procès ?
22-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La rentrée de tous les enjeux
20-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Urgence pour une rentrée !
20-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Repenser les fêtes identitaires
16-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Directeur sur conditions !
14-08-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En toute sincérité : Hygiène au foyer !
17-08-2018, Naguib ALAGBE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2820

Cour d’assises : Affaire Dangnivo : débats autour de l’identité du (...)
22-08-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Véritable puzzle, le procès Dangnivo est à une phase cruciale : celle de l’identification du corps exhumé à Womey le 27 (...)  

Collecte illégale de fonds : Germain Cadja-Dodo écope de 6 mois (...)
22-08-2018, Patrice SOKEGBE
6 mois d’emprisonnement ferme pour l’ex Chef d’arrondissement de Godomey, Germain Cadja-Dodo, 3 mois d’emprisonnement (...)  

Après quelques semaines de vacances gouvernementales : Dona (...)
22-08-2018, La rédaction
L’esprit de discernement du Président Patrice Talon a su très tôt détecter en lui, une « crème hors pair » pour le (...)  

Boycott de l’évaluation pédagogique : Le gouvernement menace les (...)
20-08-2018, Arnaud DOUMANHOUN
Le bout du tunnel est encore loin dans ce feuilleton que déroule le ministère des enseignements maternel et primaire (...)