Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Pour défaut d’autorisation : Plusieurs établissements supérieurs privés bientôt fermés

JPEG - 380.3 ko

Odile Attanasso siffle la fin de la récréation dans le secteur de l’enseignement supérieur privé. Les promoteurs indélicats, qui depuis des lustres, ont trouvé refuge dans l’illégalité, se verront bientôt sortis du secteur, à moins de se conformer aux textes en vigueur. L’habitude est devenue la règle. Un siège construit à Cotonou ou ailleurs, et le promoteur de l’établissement privé d’enseignement supérieur peut le démultiplier sur l’ensemble du territoire national, sans au préalable requérir une autorisation formelle de l’autorité de tutelle. Et telle une tâche d’huile, ces bâtis qui abritent des étudiants, sont répandus dans presque toutes les villes du Bénin. Les normes de construction sont foulées au pied et puisque l’Etat n’était pas associé à cette entreprise, le désordre avait droit de cité. Mais autres temps, autres mœurs. Sous le Nouveau départ, tout passe au scanner. La rupture n’épargne aucun secteur, et celui de l’enseignement supérieur privé ne fera pas exception. Visiblement, la ministre Odile Attanasso ne connait autre langage que celui de la fermeté. Elle a prévenu, et les promoteurs d’établissement savent à quoi s’en tenir. Ils ont intérêt. La création de toute annexe est subordonnée à une autorisation. Ceux qui sont dans l’illégalité doivent se régulariser. Autrement, ils subiront la rigueur de la loi.
Mais, la ministre de l’enseignement supérieur ira plus loin. Ces établissements qui ne disposent pas, en leur sein, d’enseignants qualifiés ont aussi des soucis à se faire. Et au nombre des nouvelles réformes, on retient que le Bts ne sera plus un examen national mais, en lieu et place, l’Etat organisera désormais la Licence. Plus de co-signature à partir de l’année universitaire 2016-2017. La dynamisation du Conseil national de l’éducation est également au cœur des changements attendues pour redorer le blason du système éducatif au Bénin.

20-01-2017, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : La grande attente des travailleurs
19-07-2018, Moïse DOSSOUMOU
Elles sont dans l’attente des élections professionnelles. Les centrales et confédérations syndicales rongent leur frein. Depuis 8 ans, plus rien n’a (...) Lire  

Editorial : Alcootest, attention double (...)
19-07-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Plaidoyer pour la fête des paysans
18-07-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Ils nous font regretter Mandela (...)
18-07-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un visionnaire pour foot malade (...)
17-07-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Tournant décisif !
16-07-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2760

Roland Riboux, président du Conseil des investisseurs privés du (...)
19-07-2018, Moïse DOSSOUMOU
Roland Riboux, c’est tout un parcours entre l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique. En 1996, après le Cameroun et le (...)  

Affaire brouillage des fréquences de Soleil Fm et Capp Fm : La (...)
18-07-2018, Arnaud DOUMANHOUN
Les audiences publiques ont repris à la Cour constitutionnelles après une pause de courte durée. Hier, mardi 17 (...)  

Contrôle de l’action gouvernementale : Les députés déposent leur (...)
18-07-2018, Arnaud DOUMANHOUN
50 milliards de francs Cfa pour du vent ! L’évocation de ce scandale fait frémir, suscite au-delà de l’indignation, un (...)  

Lutte contre la fraude douanière : La douane sort la grande (...)
17-07-2018, La rédaction
La douane béninoise s’est résolument engagée dans la mobilisation de ressources et la lutte contre la fraude, qui (...)