Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Présidence du Parti social démocrate : La justice renvoie Amoussou, Golou et Ebo dos à dos

JPEG - 71.9 ko

Le juge n’a pas tranché sur la question de fond. Très attendu par les parties, le verdict du tribunal de première instance (Tpi) de Cotonou dans le conflit qui oppose les leaders du Parti social démocrate laisse un goût d’inachevé. En effet, le juge a rétracté hier, l’ordonnance portant interdiction au Parti social démocrate (Psd), aile Emmanuel Golou, de tenir son congrès ordinaire, précédemment annoncé pour le mois de juin 2017. Le Tpi de Cotonou revient donc sur une décision motivée par un risque de troubles à l’ordre public, dans un contexte où les dissidents, se réclamant de la majorité, étaient prêts à en découdre avec la minorité du clan Golou. Mais le juge se déclare incompétent pour ce qui est de statuer sur le second objet de sa saisine à savoir, dire qui de Golou, Amoussou ou Ebo est président légitime du Psd. Ce faisant, il laisse libre cours aux parties en conflit, d’organiser chacune en ce qui la concerne son congrès, quitte à être censurée plus tard par une autre décision de justice devant définitivement trancher la question de la légitimité de l’un ou l’autre camp. Car, il faut le rappeler, après le Conseil national du parti organisé par la majorité en porte à faux avec la gestion de Golou, et ayant désigné en conséquence Clément Ebo, pour assurer l’intérim à la présidence, ce camp de la majorité projetait aussi d’aller en congrès.

Le camp Ebo reconnu par le ministère de l’intérieur

JPEG - 146.8 ko

Et avec cette décision du tribunal de première instance de Cotonou, les deux parties pourraient dans les jours à venir tenter une mobilisation parallèle dans le cadre de l’organisation de ces assises. C’est dire que le camp Golou n’a aucun motif de se réjouir de cette décision du juge qui, en réalité, n’a pas statué sur le fond. Mieux, le ministre de l’intérieur, Sacca Lafia dans sa correspondance du 11 juillet, en réponse au dossier de notification des décisions du Conseil national du Psd, a pris acte des changements intervenus dans la vie du parti, donc de la désignation par ses instances, de Clément Ebo pour assurer l’intérim à la présidence jusqu’au prochain congrès. Au dire du ministre de l’intérieur, Sacca Lafia, cette déclaration des décisions prises par le Conseil national du parti est conforme aux dispositions de la loi portant charte des partis politiques.
Avec cette nouvelle donne, l’on est bien curieux de savoir si l’aile Golou tiendra vraiment son congrès sans l’aval du ministère de l’intérieur.

21-07-2017, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2550

Mise sur écoute des Béninois : La Cour donne carte blanche
22-02-2018, La rédaction
La loi n°2017-44 portant recueil du renseignement en République du Bénin, votée par l’Assemblée nationale le 29 décembre (...)  

Malversation financière au Cncb : Antoine Dayori et le Pca en (...)
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Décidément ! Sous la rupture, la lutte contre la corruption n’épargne presque personne. Grand artisan de l’avènement du (...)  

Saturation de l’actuel cimetière municipal de Parakou : Charles (...)
21-02-2018, La rédaction
L’actuel cimetière municipal de Parakou n’est plus en mesure d’abriter de nouveaux corps. Tels sont les propos du maire (...)  

Conséquences des grèves perlées dans l’administration publique : (...)
20-02-2018, La rédaction
Journée décisive pour les grévistes. Ils attendent de constater sur leurs fiches de paie, la mise à exécution ou non de (...)