Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Présidentielle de 2016 : Les creusets culturels pris au piège de la politique

Wémèxwé, Nonvitcha, Nonvizan, Fête de l’igname, Gaani… les divers creusets culturels suscitent un intérêt de plus en plus croissant. Au-delà de la mobilisation des ressortissants des localités concernées qui y trouvent une occasion de retrouvailles annuelles en vue de la réflexion pour la valorisation de leur aire géographique et culturelle, ces fêtes purement apolitiques au départ semblent dévier de leur trajectoire.

Depuis quelques années, les politiciens de tout acabit, ne ratent aucune occasion pour se ruer sur les lieux des manifestations. Parés aux couleurs locales, installés au premier rang, ces animateurs de la vie politique en quête de popularité et de suffrages envahissent les lieux des manifestations à des fins purement électoralistes. La tendance qui a commencé timidement a pris de l’ampleur à telle enseigne qu’il est pratiquement impossible de ne pas croiser des politiciens sur place. Ceux-ci, candidats à l’élection présidentielle, profitent de la mobilisation populaire, pour se donner en spectacle, susciter la sympathie des populations afin de les rallier à leur cause.
La 7ème édition de la fête de Wémèxwé, récemment conjuguée au passé a donné l’occasion aux observateurs de la vie politique nationale de constater cet état de choses. Avant cet événement purement culturel, les hommes politiques, notamment les présidentiables se sont fait remarquer à la fête de la Gaani, que ce soit à Djougou ou à Nikki. Lorsqu’on remonte dans les souvenirs, ce fut aussi le cas à Grand-Popo lors de la dernière édition de la fête de Nonvitcha.
D’une région à une autre, les politiciens ne démordent pas et tiennent à se présenter physiquement afin de se faire apprécier des populations à ces moments d’intenses communions. Ce fait nouveau devenu insistant dénature quelque peu la nature de ces rencontres qui se veulent apolitiques. Mais puisqu’au Bénin, la fin justifie les moyens, surtout lorsque les candidats sont à la quête des voix, ils font feu de tout bois pour parvenir à leurs objectifs, indépendamment de tout.

20-01-2016, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2550

Mise sur écoute des Béninois : La Cour donne carte blanche
22-02-2018, La rédaction
La loi n°2017-44 portant recueil du renseignement en République du Bénin, votée par l’Assemblée nationale le 29 décembre (...)  

Malversation financière au Cncb : Antoine Dayori et le Pca en (...)
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Décidément ! Sous la rupture, la lutte contre la corruption n’épargne presque personne. Grand artisan de l’avènement du (...)  

Saturation de l’actuel cimetière municipal de Parakou : Charles (...)
21-02-2018, La rédaction
L’actuel cimetière municipal de Parakou n’est plus en mesure d’abriter de nouveaux corps. Tels sont les propos du maire (...)  

Conséquences des grèves perlées dans l’administration publique : (...)
20-02-2018, La rédaction
Journée décisive pour les grévistes. Ils attendent de constater sur leurs fiches de paie, la mise à exécution ou non de (...)