Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Procès en usurpation de titre contre les ‘’anciens’’ membres de l’Arcep : La portée des décisions de la Cour constitutionnelle en débat

JPEG - 68.2 ko

Leur procès s’ouvre ce jour, et ils encourent une peine d’emprisonnement six mois et deux ans. Les ‘’anciens’’ membres de l’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste (Arcep), comparaissent en effet, pour répondre du chef d’accusation d’usurpation de titre, retenu contre eux. Ceci fait suite à la plainte qu’ils ont déposée contre les nouveaux membres de la même structure désignés en leurs lieu et place, sur la base d’un décret qui, par la suite, sera déclaré contraire à la Constitution par le juge constitutionnel.
Il sied d’observer dès lors, qu’il se pose dans ce procès hautement attendu de l’opinion en général, la récurrente question de la portée des décisions de la Cour. Serait-ce pour autant un tort que de se prévaloir d’une décision de la cour ? La question reste entière.
Pour rappel, leur mandat avait été suspendu au terme du conseil des ministres du mercredi 27 Juillet 2016. Le gouvernement, par un décret pris à la même date, avait abrogé les trois décrets de l’ancien régime portant nomination des divers membres de l’Arcep-Bénin. Ces derniers avaient alors saisi la cour constitutionnelle qui, dans sa décision Dcc 17-023 du 2 février 2017 a déclaré contraire à la constitution, cette démarche du gouvernement.
C’est ainsi que, se fondant sur cette décision, les conseillers déchus ont saisi la justice pour faire constater l’illégitimité des nouveaux membres. Mais mal leur en a pris. Ils seront poursuivis à leur tour, pour s’être prévalu du titre de conseiller duquel ils avaient été déchus par un décret pris en conseil des ministres et dans lequel ils ont dû se croire, se fondant sur cette décision de la Cour constitutionnelle.
Du reste, l’issue de ce procès promet d’être historique, en ce qu’elle situera les uns et les autres sur ce qu’il convient de retenir de la valeur exécutoire des décisions du juge constitutionnelen général.

22-05-2017, Naguib ALAGBE


CHRONIQUES

Editorial : L’os dans la gorge de la décentralisation
19-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Les maires de Pèrèrè et de Lokossa sont assis sur des sièges éjectables. Les membres des conseils communaux qu’ils dirigent sont remontés contre eux. (...) Lire  

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le décret de toutes les polémiques
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2370

Transfert de l’activité commerce de de gros de Dantokpa : Le marché (...)
20-10-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Le conseil des ministres a autorisé en sa séance du mercredi 18 octobre 2017, la signature d’un contrat pour (...)  

Assistance aux populations sinistrées de Sinendé, Karimama et (...)
18-10-2017, La rédaction
Suite à la descente du Ministre d’État Abdoulaye Bio Tchané dans les communes de Sinende, Karimama et Malanville et sur (...)  

En prélude au démarrage du Ravip : Le Comité de suivi monte au (...)
18-10-2017, La rédaction
Tout se met progressivement en place pour le démarrage, le 1er novembre prochain, du Recensement administratif (...)  

Œuvres sociales dans la 10ème circonscription électorale : Agoua au (...)
16-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Fidèle à ses habitudes, l’élu de la 10ème circonscription électorale, a une fois de plus partagé le vécu des populations (...)