Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Procès en usurpation de titre contre les ‘’anciens’’ membres de l’Arcep : La portée des décisions de la Cour constitutionnelle en débat

JPEG - 68.2 ko

Leur procès s’ouvre ce jour, et ils encourent une peine d’emprisonnement six mois et deux ans. Les ‘’anciens’’ membres de l’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste (Arcep), comparaissent en effet, pour répondre du chef d’accusation d’usurpation de titre, retenu contre eux. Ceci fait suite à la plainte qu’ils ont déposée contre les nouveaux membres de la même structure désignés en leurs lieu et place, sur la base d’un décret qui, par la suite, sera déclaré contraire à la Constitution par le juge constitutionnel.
Il sied d’observer dès lors, qu’il se pose dans ce procès hautement attendu de l’opinion en général, la récurrente question de la portée des décisions de la Cour. Serait-ce pour autant un tort que de se prévaloir d’une décision de la cour ? La question reste entière.
Pour rappel, leur mandat avait été suspendu au terme du conseil des ministres du mercredi 27 Juillet 2016. Le gouvernement, par un décret pris à la même date, avait abrogé les trois décrets de l’ancien régime portant nomination des divers membres de l’Arcep-Bénin. Ces derniers avaient alors saisi la cour constitutionnelle qui, dans sa décision Dcc 17-023 du 2 février 2017 a déclaré contraire à la constitution, cette démarche du gouvernement.
C’est ainsi que, se fondant sur cette décision, les conseillers déchus ont saisi la justice pour faire constater l’illégitimité des nouveaux membres. Mais mal leur en a pris. Ils seront poursuivis à leur tour, pour s’être prévalu du titre de conseiller duquel ils avaient été déchus par un décret pris en conseil des ministres et dans lequel ils ont dû se croire, se fondant sur cette décision de la Cour constitutionnelle.
Du reste, l’issue de ce procès promet d’être historique, en ce qu’elle situera les uns et les autres sur ce qu’il convient de retenir de la valeur exécutoire des décisions du juge constitutionnelen général.

22-05-2017, Naguib ALAGBE


CHRONIQUES

En vérité : Talon, tel que nous l’aimons !
22-06-2017, Angelo DOSSOUMOU
Du désaveu au préfet Toboula, respect et humilité envers son peuple. Devant Dieu et devant les hommes, le président Patrice Talon vient, une fois (...) Lire  

Editorial : Une capitale sans route
22-06-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Deuxième Compact à table !
21-06-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Contraint à la performance
21-06-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La thérapie Vlavonou
20-06-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Conflit royal à Parakou !
20-06-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Communiqué de la Présidence
22-06-2017, La rédaction


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2190

Marche de protestation du Front pour le sursaut patriotique : Le (...)
23-06-2017, La rédaction
Les militants du Front pour le sursaut patriotique (Fsp) ont battu hier le macadam à Cotonou pour désapprouver la (...)  

Crise à la Renaissance du Bénin : Le film de l’audience au tribunal (...)
23-06-2017, Landry Salanon
L’audience de l’assignation en référé des réformistes de la Renaissance du Bénin (RB) s’est déroulée hier au Tribunal de (...)  

Communiqué de la Présidence
22-06-2017, La rédaction
Le Président de la République, Monsieur Patrice Talon a instruit cet après-midi le préfet du littoral Monsieur Modeste (...)  

Après douze mois à la tête du département de l’Alibori : Le préfet (...)
22-06-2017, Isac A. YAÏ
Mohamadou Moussa, préfet du département de l’Alibori boucle ce jour 12 mois à la tête de ce département. Nommé le 22 (...)