Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Réaction de Me Orounla au sujet de l’affaire Banamè : « Le dieu de Banamè jouit de sa liberté d’aller et de venir »

JPEG - 268.6 ko

Prenant une allure suicidaire pour la paix, la polémique liée à une supposée convocation et fuite de Parfaite, le dieu de Banamè enfle au point de faire réagir Me Alain Orounla. Face aux hommes des médias hier, le démenti de l’avocat conseil des responsables de ladite église est formel. « A l’heure actuelle, l’avocat conseil que je suis n’a pas connaissance de l’existence d’un mandat d’arrêt. L’existence de ce mandat ne serait pas apparue dans les réseaux sociaux sans que cela ne soit porté à notre connaissance », a-t-il martelé.
Une fois la rumeur persistante qui agite l’opinion publique depuis quelques jours démentie, l’avocat a tenu à faire certaines clarifications notamment à propos de la supposée fuite de la hiérarchie de la mission de Banamè. « Le fait d’user de sa liberté d’aller et de venir ne signifie pas qu’il y a fuite. Personne ne fuit. Il faut que cette vilenie soit vite arrêtée. Les personnes traquées sur les réseaux sociaux à dessein jouissent de leur liberté constitutionnelle d’aller et de venir », précise Me Orounla.
Clarifications
L’avocat conseil peine à expliquer les raisons de cette cabale visant à ternir l’image de cette confession religieuse qui draine, dit-il, environ 5 millions de fidèles dans le monde dont 3 millions au Bénin. Et de ses nombreuses hypothèses émises à l’occasion, il voit dans cette affaire née du décès, en janvier 2017, de quelques fidèles une volonté d’en découdre avec une catégorie de citoyens. A cet effet, Me Orounla clarifie : « L’église a recommandé aux fidèles une neuvaine. Au dernier jour, ils devraient allumer des bougies et encens. 4 fidèles sont morts dans une localité. Les responsables partagent cette disparition que personne n’a voulue. De là, à rendre fautive la hiérarchie de Banamè est un pas que la justice n’a pas franchi et ne franchira pas. Aucune instruction n’a été donnée pour que quelqu’un se donne la mort ».
Me Orounla appelle les populations à laisser la justice travailler sereinement, à partir du moment où le même rituel a été fait dans plusieurs autres localités par de milliers de fidèles sans qu’il n’y ait eu de mort. « Il ne faut pas dénaturer les choses, et s’amuser avec la foi des autres. Toucher à un point aussi sensible est une menace à la paix », avertit l’avocat conseil, pour qui « Dieu est unique et il ne revient pas aux hommes de régler les problèmes de Dieu ».
Fulbert ADJIMEHOSSOU

28-09-2017, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : Désastre écologique à Toho !
23-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Des milliers de poissons morts empoisonnés. Des risques énormes pour l’écosystème et une activité principale paralysée. A Athiémé, sur le lac Toho, (...) Lire  

Editorial : Une lueur d’espoir pour les (...)
23-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les paradigmes de l’espérance (...)
22-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une polémique précoce
22-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Une vitrine au Vatican !
17-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Difficile ascension pour la (...)
17-05-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2670

Campagne cotonnière 2018-2019 : Le gouvernement augmente le prix (...)
25-05-2018, Arnaud DOUMANHOUN
« Le gouvernement a entrepris depuis deux ans, le renforcement de la professionnalisation du secteur. Et de 451.000 (...)  

Réaction de quelques députés après la décision de la HAAC
25-05-2018, La rédaction
Réaction de quelques dispoquotenibilité Louis Vlavonou « …Je prends acte de la décision de la HAAC tout en regrettant (...)  

La HAAC, le canon braqué contre la presse libre
25-05-2018, La rédaction
Je ne suis pas de ceux qui, habituellement proposent de supprimer les institutions qui posent problème dans leur (...)  

Agapit Napoléon Maforikan, Ancien conseiller de la Haac : « La (...)
25-05-2018, La rédaction
Nul ne peut se réjouir lorsqu’un organe de presse est en difficulté. La liberté de presse est un bien précieux que nous (...)