Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Recevabilité des dossiers de candidatures : Le juge constitutionnel à l’épreuve du respect des textes

Des présidentiables aptes et irréprochables au regard des lois de la République. C’est la lourde mission qui est assignée aux sept sages de la Cour constitutionnelle qui sont appelés au contrôle de recevabilité des dossiers de candidatures à la présidentielle de 2016. A cet effet, la Haute juridiction, après la désignation du collège de trois médecins assermentés qui depuis hier, procèdent à la visite médicale de chaque candidat, devra statuer sur la recevabilité des candidatures et notifier sa décision à la Cena. Mais, plus facile à dire qu’à faire. Car, il n’est pas exclu qu’il y ait du laxisme en ce qui concerne le respect strict des dispositions du code électoral.
Déjà, sur le volet de la visite médicale, les médecins doivent se montrer rigoureux et les sages intraitables. Il ne faut surtout pas que cette obligation faite aux candidats ne soit en définitive qu’une formalité. Un laxisme qui accouche dans bien de cas, de présidents inaptes et donc qui ne jouissent pas d’un état complet de bien-être physique et mental. Et, ce ne sont les exemples de présidents élus et qui ont gouverné ou continuent d’exercer le pouvoir alors qu’ils ont des problèmes sanitaires qui manquent. Alors, la Cour constitutionnelle doit prendre ses responsabilités et écarter dès à présent, les présidentiables inaptes de la course à la présidentielle de 2016.

Un dispositif sélectif !
Aussi, doit-elle mettre à la touche ces prétendants à la Marina qui ont un lourd passif au regard du respect des droits de l’homme et des lois de la République. C’est dire que le contrôle de la capacité juridique à se présenter devant les électeurs ne doit non plus être une farce. D’ailleurs, si le législateur a exigé dans le dossier de candidature un casier judiciaire, c’est en conséquence de cause.
Seulement, les sept sages ne doivent pas se fier qu’à ce seul document. La Constitution est claire : nul ne peut être président, s’il ‘‘n’est de bonne moralité et d’une grande probité ; ne jouit de tous ses droits civils et politiques’’. En somme, la Cour constitutionnelle doit installer un dispositif très sélectif pour sanctionner les candidats qui ont des tares ! Le Bénin a besoin d’un président aux capacités intrinsèques irréprochables. Et pour qu’il en soit ainsi, les sept sages ne doivent pas trahir leur serment.

26-01-2016, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Attention… Loi contre conflits récurrents !
23-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Un arsenal juridique pour sceller la paix entre éleveurs et agriculteurs. Pour l’instant, nous ne sommes qu’à l’étape de proposition de loi. Mais déjà, (...) Lire  

Editorial : Le Cnsr à la barre
23-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Lacrymogène : La directive Talon
23-11-2017, La rédaction
tribune verte : Un nouvel espoir pour l’Habitat
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Exit la longévité au pouvoir (...)
22-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Lacrymogène : Mètognon et l’impunité
22-11-2017, La rédaction




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : L’UN fait vraiment la Nation !
15-11-2017, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2400

Projet de construction du port pétrolier en eau profonde de (...)
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Sous le Nouveau départ, priorité est donnée aux opérateurs privés locaux dans les prises de décision au sommet de (...)  

Entretien téléphonique de Paul Nindo Sahgui depuis le Sénégal : La (...)
23-11-2017, La rédaction
Le Maire de la commune de Tanguiéta, Paul Nindo Sahgui en mission au Sénégal a, dans un entretien téléphonique, (...)  

Projet de budget général de l’Etat, gestion 2018 : Cinq ministres (...)
22-11-2017, Karim O. ANONRIN
5 Ministres ont planché hier devant la Commission budgétaire de l’Assemblée nationale dans le cadre de l’étude du (...)  

Journée de réflexion sur le Fonds de développement de la formation (...)
22-11-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Le ministre de la fonction publique, Adidjatou Mathys a procédé à l’ouverture d’un atelier de réflexions sur le Fonds de (...)