Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Recevabilité des dossiers de candidatures : Le juge constitutionnel à l’épreuve du respect des textes

Des présidentiables aptes et irréprochables au regard des lois de la République. C’est la lourde mission qui est assignée aux sept sages de la Cour constitutionnelle qui sont appelés au contrôle de recevabilité des dossiers de candidatures à la présidentielle de 2016. A cet effet, la Haute juridiction, après la désignation du collège de trois médecins assermentés qui depuis hier, procèdent à la visite médicale de chaque candidat, devra statuer sur la recevabilité des candidatures et notifier sa décision à la Cena. Mais, plus facile à dire qu’à faire. Car, il n’est pas exclu qu’il y ait du laxisme en ce qui concerne le respect strict des dispositions du code électoral.
Déjà, sur le volet de la visite médicale, les médecins doivent se montrer rigoureux et les sages intraitables. Il ne faut surtout pas que cette obligation faite aux candidats ne soit en définitive qu’une formalité. Un laxisme qui accouche dans bien de cas, de présidents inaptes et donc qui ne jouissent pas d’un état complet de bien-être physique et mental. Et, ce ne sont les exemples de présidents élus et qui ont gouverné ou continuent d’exercer le pouvoir alors qu’ils ont des problèmes sanitaires qui manquent. Alors, la Cour constitutionnelle doit prendre ses responsabilités et écarter dès à présent, les présidentiables inaptes de la course à la présidentielle de 2016.

Un dispositif sélectif !
Aussi, doit-elle mettre à la touche ces prétendants à la Marina qui ont un lourd passif au regard du respect des droits de l’homme et des lois de la République. C’est dire que le contrôle de la capacité juridique à se présenter devant les électeurs ne doit non plus être une farce. D’ailleurs, si le législateur a exigé dans le dossier de candidature un casier judiciaire, c’est en conséquence de cause.
Seulement, les sept sages ne doivent pas se fier qu’à ce seul document. La Constitution est claire : nul ne peut être président, s’il ‘‘n’est de bonne moralité et d’une grande probité ; ne jouit de tous ses droits civils et politiques’’. En somme, la Cour constitutionnelle doit installer un dispositif très sélectif pour sanctionner les candidats qui ont des tares ! Le Bénin a besoin d’un président aux capacités intrinsèques irréprochables. Et pour qu’il en soit ainsi, les sept sages ne doivent pas trahir leur serment.

26-01-2016, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Désastre écologique à Toho !
23-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Des milliers de poissons morts empoisonnés. Des risques énormes pour l’écosystème et une activité principale paralysée. A Athiémé, sur le lac Toho, (...) Lire  

Editorial : Une lueur d’espoir pour les (...)
23-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les paradigmes de l’espérance (...)
22-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une polémique précoce
22-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Une vitrine au Vatican !
17-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Difficile ascension pour la (...)
17-05-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2670

Coopération bénino-suisse : Patrice Talon reçu par son homologue (...)
23-05-2018, La rédaction
Après son séjour en Italie, le Président de la République Patrice Talon s’est rendu en Suisse pour une visite de (...)  

Lutte contre les faux médicaments : Patrice Talon vante les (...)
23-05-2018, Arnaud DOUMANHOUN
A la Conférence internationale sur l’accès aux médicaments et autres produits médicaux de qualité en Afrique francophone (...)  

Soutien aux actions du chef de l’Etat : Le Dg /Sbee mobilise les (...)
23-05-2018, Isac A. YAÏ
Le Chef de l’Etat Patrice Talon a un interlocuteur de taille dans le Mono : Laurent Rodrigue Tossou, Directeur (...)  

Renforcement de l’arsenal juridique du Bénin : La loi modifiant le (...)
22-05-2018, Karim O. ANONRIN
Les députés à l’Assemblée nationale, 7ème législature ont adopté le vendredi 18 mai dernier, la loi n° 2018-13 modifiant (...)