Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Report de l’ouverture de la 5ème session extraordinaire du Parlement : L’élection du 2ème Questeur créent le défaut de quorum

JPEG - 52.9 ko

La cinquième session extraordinaire de l’Assemblée nationale pour le compte de l’année 2015 sera plutôt ouverte le vendredi prochain au Palais des gouverneurs à Porto-Novo. Initialement prévu pour hier, l’ouverture de cette session a été reportée par président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji, faute de quorum. En effet, ils étaient 29 députés hier dans l’hémicycle au moment de la vérification du forum. Ceci, conformément aux dispositions de l’article 85 de la Constitution du 11 décembre 1990 qui stipule que « Si, à l’ouverture d’une session, le quorum de la moitié plus un des membres composant l’Assemblée nationale n’est pas atteint, la séance est renvoyée au troisième jour qui suit. Les délibérations sont alors valables, quel que soit le quorum... » et des dispositions du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale en la matière. L’ouverture aurait pu avoir enfin lieu ce jeudi 24 septembre 2015. Mais cette date étant chômée et payée sur toute l’étendue du territoire nationale pour l’Aïd El Kébir. La présence de seulement 29 députés à l’Assemblée nationale à l’ouverture d’une session extraordinaire avec plusieurs points inscrits à l’ordre du jour dont l’examen du projet de budget de l’institution pour l’année 2016 peut paraître paradoxale. Mais il y a bien des raisons qui justifient cette faible présence des députés hier à l’hémicycle.

La raison du report
De sources proches des groupes parlementaires, l’on apprend que les tractations pour l’élection du Deuxième Questeur de l’institution inscrit à l’ordre du jour de la session extraordinaire qui devrait s’ouvrir hier n’ont pas encore abouti. Le Deuxième Questeur qui sera élu remplacera l’ancien Deuxième Questeur, le député Georges Bada, qui a préféré démissionner du Parlement pour se consacrer à la Commune d’Abomey-Calavi après son élection comme Maire de cette Commune. Des mêmes sources, l’on apprend que c’est le non aboutissement desdites tractations qui constitue la vraie raison de l’absence du grand nombre de députés hier à l’hémicycle. Au fait, conformément aux dispositions de l’article 16.2 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, l’élection de ce Deuxième Questeur aurait pu avoir lieu si la session extraordinaire avait été ouverture, l’article 16.2 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale stipulant que « …En cas de nécessité, l’Assemblée nationale pourvoit au remplacement des autres membres du Bureau conformément aux dispositions de l’article 15 ci-dessus soit immédiatement si elle est en session lorsque survient la vacance soit dès l’ouverture de la session suivante ». Il faudra donc aux députés à l’Assemblée nationale, toutes tendances confondues d’accorder leurs violons avant le vendredi prochain. L’ancien Deuxième Questeur, Georges Bada, étant issu de la Renaissance du Bénin (Rb), il n’est d’aucun doute que la présidente groupe parlementaire Nation, Unité et Développement, la députée Rosine Vieyra Soglo et le président de la Rb Léhady Soglo vont chercher à placer l’un des leurs à ce poste ; ce qui ne sera pas facile. L’on parle même au sein de la Rb du député Boniface Yèhouétomè pour remplacer Georges Bada. Mais il faudra forcément le soutien de la majorité parlementaire constituée des députés ayant porté le président Adrien Houngbédji au perchoir il y a quelques mois. Mais le député Boniface Yèhouétomè n’est pas le seul à convoiter le poste de Deuxième Questeur au sein du bureau de l’Assemblée nationale. L’on cite également les députés de la minorité parlementaire, Gilbert Bagana et Lucien Houngnibo, et bien d’autres députés de la majorité parlementaire comme Nazaire Sado. Les probables candidats dans le camp de la minorité parlementaire auraient même le soutien de certains députés de la majorité parlementaire.

22-09-2015, Karim O. ANONRIN


CHRONIQUES

En vérité : Attention… Loi contre conflits récurrents !
23-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Un arsenal juridique pour sceller la paix entre éleveurs et agriculteurs. Pour l’instant, nous ne sommes qu’à l’étape de proposition de loi. Mais déjà, (...) Lire  

Editorial : Le Cnsr à la barre
23-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Lacrymogène : La directive Talon
23-11-2017, La rédaction
tribune verte : Un nouvel espoir pour l’Habitat
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Exit la longévité au pouvoir (...)
22-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Lacrymogène : Mètognon et l’impunité
22-11-2017, La rédaction




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : L’UN fait vraiment la Nation !
15-11-2017, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2400

Projet de construction du port pétrolier en eau profonde de (...)
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Sous le Nouveau départ, priorité est donnée aux opérateurs privés locaux dans les prises de décision au sommet de (...)  

Entretien téléphonique de Paul Nindo Sahgui depuis le Sénégal : La (...)
23-11-2017, La rédaction
Le Maire de la commune de Tanguiéta, Paul Nindo Sahgui en mission au Sénégal a, dans un entretien téléphonique, (...)  

Projet de budget général de l’Etat, gestion 2018 : Cinq ministres (...)
22-11-2017, Karim O. ANONRIN
5 Ministres ont planché hier devant la Commission budgétaire de l’Assemblée nationale dans le cadre de l’étude du (...)  

Journée de réflexion sur le Fonds de développement de la formation (...)
22-11-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Le ministre de la fonction publique, Adidjatou Mathys a procédé à l’ouverture d’un atelier de réflexions sur le Fonds de (...)