Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Revendications et grèves en fin de mandat : La crise sociale de trop !

JPEG - 106.9 ko
Boni Yayi, Président de la République

Revendications, grèves et crise sociale jusqu’à la dernière minute. Les acteurs sociaux ne savent plus où s’arrêter. A quelques cinq mois de la fin du deuxième et dernier mandat du président Boni Yayi, les doléances à satisfaire continuent de pleuvoir sur la table de l’Exécutif. La grève, elle n’a pas fini d’avoir droit de cité. La preuve, depuis hier, l’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab) observe une grève de 72h. Le Front des trois ordres de l’enseignement est sur ses gardes et prêt à paralyser la rentrée scolaire si ses revendications ne sont pas prises en compte. Les étudiants, eux, sont toujours sur leurs gardes. Même les conseillers et travailleurs de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac) sont en colère. Pas donc de répit pour les syndicalistes dans la lutte pour l’obtention des avantages liés à l’amélioration des conditions de vie et de travail des fonctionnaires.
D’ailleurs, personne ne peut, a priori, leur faire un procès pour cette mission qu’ils se sont assignée, celle de défendre les intérêts de leurs syndiqués. Mais, aussi vrai que la lutte est noble, il est tout aussi important de se poser des questions sur la pertinence, l’opportunité des grèves et l’extrémisme autour de certaines revendications à quelques cinq mois de la fin de règne. Et quand l’histoire récente de l’animation de la vie politique à la veille de la présidentielle, nous renseigne que la société civile est un tremplin pour certaines personnalités pour se hisser dans l’arène politique, il y a de quoi être soupçonneux. Quel Béninois ne se rappelle pas ces activistes de la société civile qui, juste après la présidentielle, ont démontré qu’ils étaient des ‘‘mercenaires’’. Alors, au vu de ces précédents, quelle crédibilité accorder à des revendications cycliques et qui sont sans frontière ? Elles deviennent, au finish, ennuyantes.
L’Etat est une continuité !
Mieux, pour bon nombre de personnes, cette manière de faire a simplement pour but de pourrir la vie à un président qui n’a plus trop sa tête à satisfaire les revendications. L’écorcher vif, le rendre impopulaire et chercher à embraser le pays à des fins politiques. Un cliché qui doit pouvoir dissuader les syndicalistes à ne pas franchir une limite donnée. Sinon, à quoi sert-il de réveiller quelqu’un qui ne dort pas ? A rien. Au mieux, à instaurer une crise sociale inutile. Car, la probabilité d’avoir gain de cause avec un président résolument tourné vers les préparatifs de sa succession est très mince.
Bref, psychologiquement, avec le délai qui sépare de la fin de mandat, le peuple a sa tête à l’après le président en exercice. Et comme le nôtre, officiellement, n’a pas de dauphin, à moins qu’il change d’avis à la dernière minute, il n’a donc aucune pression devant l’amener à céder aussi facilement aux jérémiades des travailleurs. Alors, à moins que les raisons des cris de cœur des travailleurs soient d’une urgence sans pareille, autant se faire une raison et s’en remettre à l’appréciation et à la magnanimité du prochain président. Fort heureusement d’ailleurs, l’Etat est une continuité. Et si tant est que les syndicalistes ont raison et qu’il y a des ressources disponibles pour satisfaire à leurs revendications, ils finiront par rentrer dans leurs droits. Mais, grèves, revendications, menaces à cinq mois d’un au revoir du palais de la Marina, le cocktail ne peut être qu’acide et difficile à boire pour le président. Pour lui, autant en emporte le vent…

9-09-2015, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En toute sincérité : Pas de roi sans reine, pas de reine sans (...)
28-07-2017, La rédaction
En amour, on se dispute, on s’entredéchire mais on reste unis. C’est ainsi que va la vie, et nul ne peut affirmer le contraire. Les conflits font (...) Lire  

En vérité : Micmac à préjudice pour Djougou (...)
27-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le geste du cœur !
26-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Après Macron, la Cedeao… !
25-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un éternel recommencement !
25-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’Un en chute libre
24-07-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2250

Gouvernance à la municipalité de Cotonou : Léhady Soglo auditionné (...)
28-07-2017, La rédaction
Le maire Léhady Soglo est attendu à la session extraordinaire du Conseil départemental de concertation et de (...)  

Lutte contre l’insécurité au Bénin : Ce que cache la Police (...)
28-07-2017, Arnaud DOUMANHOUN
La Police Républicaine comme force unique de sécurité intérieure est sujette depuis peu la polémique, notamment sur (...)  

A l’occasion du lancement de l’ouvrage « l’Afrique en marche » : (...)
27-07-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Un discours politique empreint de réalisme. On aurait cru entendre un académicien de l’époque contemporaine dont la (...)  

Lancement officiel des infrastructures routières : Le (...)
26-07-2017, Karim O. ANONRIN
Le Ministre des infrastructures et des transports, Hervé Hèhomey, a procédé ce mardi 25 juillet 2017 à Porto-Novo au (...)