Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Révision de la Constitution béninoise : Les analyses de Abraham Zinzindohoué et Me Badou

L’émission ‘’le Grand rendez-vous’’ de soleil Fm a reçu hier, l’ancien ministre de la justice Abraham Zinzindohoué et Me Charles Badou. Les deux juristes se sont prononcés sur la procédure de la révision, ont analysé le rythme politique et le contenu du projet envoyé à l’Assemblée nationale par le gouvernement.

JPEG - 126.1 ko
Abraham Zinzindohoué

Le projet de révision de la Constitution transmis à l’Assemblée nationale par le gouvernement continue de susciter des débats. Si les acteurs politiques semblent trainer le pas, les techniciens continuent de décrypter ce projet. C’est le cas des juristes Abraham Zinzindohoué et Me Charles Badou qui ont décortiqué les nouvelles dispositions contenues dans le projet de révision. Sur la procédure de révision, ils ont exposé des avis techniques sur la voie parlementaire et celle référendaire. En faisant référence aux dispositions de la Constitution, les deux juristes ont fait comprendre qu’aller directement au référendum, c’est ôter aux députés leurs prérogatives. « La voie parlementaire est la mieux indiquée, et c’est quand l’unanimité voulue par la Constitution ne serait pas atteinte que l’on peut avoir recours au référendum », a déclaré Abraham Zinzindohoué. En ce qui concerne la procédure d’urgence, les invités pensent que la question ne se pose plus, car les députés ont déjà, à l’unanimité, rejeté cette demande du gouvernement. C’est la première fois que la décision a été prise selon Abraham Zinzindohoué. Une analyse partagée par Me Badou. « Analyser le projet en procédure d’urgence n’est pas une précipitation, mais une envie d’aller vite », a affirmé ce dernier. Concernant le problème de consensus autour du projet, ils ont exprimé des inquiétudes relatives aux décisions de la Cour Constitutionnelle sur ce point. « Nul n’est plus préoccupé que l’autre sur la question du consensus national », a dit Me Charles Badou. Selon Abraham Zinzindohoué, la sortie médiatique du Président Patrice Talon qui a reconnu officiellement que le texte envoyé aux députés est perfectible, ouvre enfin la porte au débat. Sur le fond, les juristes ont porté des réserves sur le projet de révision. Sur l’élection du Président de la cour suprême par exemple, Me Badou estime que le Chef de l’Etat, bien qu’il ne désigne plus le président de cette institution, peut toujours avoir de l’influence sur l’élection. Pour cela, il souhaite que ce point soit renforcé de sorte à garantir l’indépendance de cette institution. En ce qui concerne l’inamovibilité des magistrats, les invités pensent que des apports significatifs sont nécessaires pour améliorer cet aspect. Sur la question de l’immunité, ils ont salué les nouvelles dispositions. « Le fait qu’un ministre qui n’est plus en fonction, ne serait plus jugé par la Haute Cour de Justice, est une grande avancée », a estimé Me Charles Badou.
Lazarre TCHEZOUNME (Stag)

27-03-2017, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : Bail sans pagaille !
26-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Les comptes sont bons. Pour le bonheur des locataires et des propriétaires, la loi sur le bail est votée. Encore deux petites étapes et un véritable (...) Lire  

Chronique judiciaire : 7 ans de travaux forcés (...)
26-04-2018, Isac A. YAÏ
Editorial : L’agro industrie en hibernation
26-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Jeunesse, grande inquiétude (...)
25-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Plaidoyer pour l’hygiène publique
25-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Attention…Enfin promulguée !
24-04-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Vie des partis politiques : Malaise au Fdu
17-04-2018, Naguib ALAGBE
L’argent public n’est pas un gain politique.
13-04-2018, Arnaud DOUMANHOUN
Vie des partis politiques : Malaise au Fdu
17-04-2018, Naguib ALAGBE
L’argent public n’est pas un gain politique.
13-04-2018, Arnaud DOUMANHOUN


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2610

Tribunal de première instance de première classe de Cotonou : Le (...)
26-04-2018, Arnaud DOUMANHOUN
Le Conseil des ministres s’est penché hier sur les anomalies relevées dans la gestion de l’ex greffier en chef du (...)  

Polémique autour des propos de Patrice Talon sur le mandat unique (...)
24-04-2018, Landry Salanon
« Le second mandat est une prérogative constitutionnelle », selon Georges Anagonou L’intervention du président Patrice (...)  

An 2 de la gestion du Chef de l’Etat : La Coalition de la Rupture (...)
20-04-2018, La rédaction
Patrice Talon peut toujours compter sur le soutien indéfectible de la coalition de la rupture, qui a activement (...)  

Cos-Lépi : les députés désignent leurs représentants
20-04-2018, Isac A. YAÏ
Les députés à l’Assemblée nationale, 7ème législature, ont procédé ce jeudi 19 avril 2018 à l’élection de leurs (...)