Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Révision de la Constitution béninoise : Les analyses de Abraham Zinzindohoué et Me Badou

L’émission ‘’le Grand rendez-vous’’ de soleil Fm a reçu hier, l’ancien ministre de la justice Abraham Zinzindohoué et Me Charles Badou. Les deux juristes se sont prononcés sur la procédure de la révision, ont analysé le rythme politique et le contenu du projet envoyé à l’Assemblée nationale par le gouvernement.

JPEG - 126.1 ko
Abraham Zinzindohoué

Le projet de révision de la Constitution transmis à l’Assemblée nationale par le gouvernement continue de susciter des débats. Si les acteurs politiques semblent trainer le pas, les techniciens continuent de décrypter ce projet. C’est le cas des juristes Abraham Zinzindohoué et Me Charles Badou qui ont décortiqué les nouvelles dispositions contenues dans le projet de révision. Sur la procédure de révision, ils ont exposé des avis techniques sur la voie parlementaire et celle référendaire. En faisant référence aux dispositions de la Constitution, les deux juristes ont fait comprendre qu’aller directement au référendum, c’est ôter aux députés leurs prérogatives. « La voie parlementaire est la mieux indiquée, et c’est quand l’unanimité voulue par la Constitution ne serait pas atteinte que l’on peut avoir recours au référendum », a déclaré Abraham Zinzindohoué. En ce qui concerne la procédure d’urgence, les invités pensent que la question ne se pose plus, car les députés ont déjà, à l’unanimité, rejeté cette demande du gouvernement. C’est la première fois que la décision a été prise selon Abraham Zinzindohoué. Une analyse partagée par Me Badou. « Analyser le projet en procédure d’urgence n’est pas une précipitation, mais une envie d’aller vite », a affirmé ce dernier. Concernant le problème de consensus autour du projet, ils ont exprimé des inquiétudes relatives aux décisions de la Cour Constitutionnelle sur ce point. « Nul n’est plus préoccupé que l’autre sur la question du consensus national », a dit Me Charles Badou. Selon Abraham Zinzindohoué, la sortie médiatique du Président Patrice Talon qui a reconnu officiellement que le texte envoyé aux députés est perfectible, ouvre enfin la porte au débat. Sur le fond, les juristes ont porté des réserves sur le projet de révision. Sur l’élection du Président de la cour suprême par exemple, Me Badou estime que le Chef de l’Etat, bien qu’il ne désigne plus le président de cette institution, peut toujours avoir de l’influence sur l’élection. Pour cela, il souhaite que ce point soit renforcé de sorte à garantir l’indépendance de cette institution. En ce qui concerne l’inamovibilité des magistrats, les invités pensent que des apports significatifs sont nécessaires pour améliorer cet aspect. Sur la question de l’immunité, ils ont salué les nouvelles dispositions. « Le fait qu’un ministre qui n’est plus en fonction, ne serait plus jugé par la Haute Cour de Justice, est une grande avancée », a estimé Me Charles Badou.
Lazarre TCHEZOUNME (Stag)

27-03-2017, La rédaction


CHRONIQUES

Editorial : L’os dans la gorge de la décentralisation
19-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Les maires de Pèrèrè et de Lokossa sont assis sur des sièges éjectables. Les membres des conseils communaux qu’ils dirigent sont remontés contre eux. (...) Lire  

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le décret de toutes les polémiques
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2370

Transfert de l’activité commerce de de gros de Dantokpa : Le marché (...)
20-10-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Le conseil des ministres a autorisé en sa séance du mercredi 18 octobre 2017, la signature d’un contrat pour (...)  

Assistance aux populations sinistrées de Sinendé, Karimama et (...)
18-10-2017, La rédaction
Suite à la descente du Ministre d’État Abdoulaye Bio Tchané dans les communes de Sinende, Karimama et Malanville et sur (...)  

En prélude au démarrage du Ravip : Le Comité de suivi monte au (...)
18-10-2017, La rédaction
Tout se met progressivement en place pour le démarrage, le 1er novembre prochain, du Recensement administratif (...)  

Œuvres sociales dans la 10ème circonscription électorale : Agoua au (...)
16-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Fidèle à ses habitudes, l’élu de la 10ème circonscription électorale, a une fois de plus partagé le vécu des populations (...)