Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Révision de la Constitution et réformes du système partisan : Urbain Amégbédji salue des avancées, Victor Topanou et Francis Lalèyè relèvent des insuffisances

JPEG - 89.4 ko

Tous reconnaissent, à l’unanimité, l’urgence de réformer le système partisan pour une consolidation de la démocratie béninoise. Cependant, dans la méthode et sur certaines dispositions clés inscrites dans le Projet de révision transmis au Parlement, le Professeur Victor Topanou, enseignant-chercheur des sciences politiques, le politologue Francis Lalèyè et le Vice-président de Alternative Citoyenne Urbain, Directeur de l’Anpe, Amégbédji ne partagent pas les mêmes points de vue. Invités sur l’Emission « Réformes en débat », coproduite par les télévisions Canal3 et Ortb, chacun des acteurs énonce des arguments pour se faire comprendre.
Soutenant le projet de révision, Urbain Amégbédji, a souligné que la réforme du système partisan est plus qu’urgente au regard, dit-il, de « la fragmentation excessive et du repli identitaire » que la multiplicité des partis engendre. Contrairement à lui, le professeur Victor Topanou fait remarquer qu’il se pose un problème de diagnostic qui a abouti à ce que les solutions proposées ne comblent pas les attentes. « Il se pose plutôt un problème de fonctionnement des partis. Il faut s’assurer que le diagnostic est juste. A-t-on pris le soin d’examiner l’impact des 200 partis sur les populations ? Agissons plutôt sur la loi électorale », a-t-il fait savoir. Le politologue Francis Lalèyè, quant à lui soutient que la réforme du système partisan ne saurait être réalisée que par la révision de la Constitution mais par l’application des lois électorales. « Rien, qu’en mettant en œuvre la charte des partis politiques, bien que imparfaite, nous n’aurons qu’une cinquantaine », affirme Francis Lalèyè.

« Le projet de révision favorise les plus représentatifs »
En réponse à ces réserves, le 2e vice-président d’Alternative Citoyenne a expliqué que la fragmentation des partis politiques empêche la population d’avoir de la visibilité dans les choix à faire, et qu’il faille œuvrer à favoriser les plus représentatifs à travers un financement. « La proposition ne limite pas mais favorise les plus représentatifs », soutient-il. De son côté, Francis Lalèyè déplore que l’on veuille faire croire que le financement règle tous les problèmes. « Ce n’est qu’une solution parcellaire. Et avec les seuils proposés dans le projet de révision, on pourrait se retrouver dans une configuration Nord-Sud », a-t-il déclaré. Même avis de la part de l’ancien ministre de la Justice, Victor Topanou qui prévient de ce que les seuils indiqués peuvent constituer des pièges pour la démocratie. « Et si, lors des prochaines élections aucun parti ne réunit les conditions fixées ? Le système partisan n’est pas lié qu’aux législatives. Les réformes ne peuvent être appréciées dans leur performance que par l’exactitude du diagnostic », argumente l’enseignant de sciences politiques.
Rebondissant sur les incompréhensions suscitées par la question des seuils dans l’attribution des sièges et pour le financement des partis, le Directeur de l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi (Anpe) a rassuré ses vis-à-vis que le seuil est une option. Il reste, précise-t-il, aux parlementaires de faire le débat et d’amender. Présent également au cours de l’émission, l’ancien Président de la Cour Suprême Abraham Zinzindohoué a attiré l’attention des uns et des autres sur la nécessité de clarifier dans la charte des partis politiques le concept de « Alliance ou groupe de partis » qui constitue un virus introduit dans la charte des partis politiques.

Des mandats harmonisés pour plus de stabilité ?

JPEG - 101.6 ko

Au cours de l’émission, la question des mandats a été aussi abordée. Pour Urbain Amégbédji, l’augmentation de la durée des mandats des maires, des députés et du chef de l’Etat vise une harmonisation des élections et permettra d’avoir des forces politiques stables. « L’alignement permet de résoudre certains problèmes. Nous pouvons faire des économies sur l’organisation des élections », soutient le Directeur de l’Anpe. Des arguments que ne partagent pas Victor Topanou et Francis Lalèyè pour qui cette solution ne pourra régler la question de la cherté des élections au Bénin.
Fulbert ADJIMEHOSSOU

27-03-2017, La rédaction


CHRONIQUES

Chronique culturelle
21-07-2017, La rédaction
Nous nous sommes donnés comme mission depuis un certain temps d’apporter notre expertise et notre expérience au service de la culture béninoise qui (...) Lire  

Editorial : Le pain à polémique
20-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Des vagues à combattre !
20-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Formule ‘‘Portabilité mobile’’ !
19-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Que fait Talon de sa majorité (...)
19-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le Bénin sportif, pourquoi pas (...)
18-07-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2220

Présidence du Parti social démocrate : La justice renvoie Amoussou, (...)
21-07-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Le juge n’a pas tranché sur la question de fond. Très attendu par les parties, le verdict du tribunal de première (...)  

Avancées dans le passage de l’analogie au numérique : Rafiatou (...)
21-07-2017, La rédaction
Faire le point de l’évolution des travaux techniques et échanger sur les orientations institutionnelles et juridiques (...)  

Mesures sociales sous la rupture : La vision Talon démontre sa (...)
21-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Ne jamais mettre la charrue avant les bœufs. A ce piège, malgré les critiques les plus acerbes sur le manque de (...)  

Narcisse Djègui à propos de la fête nationale du cotonculteur : « (...)
20-07-2017, La rédaction
Parakou accueille le samedi prochain l’édition 2017 de la fête nationale du cotonculteur (Fnc). Il s’agit d’un (...)