Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Révision de la Constitution : Le ‘’Oui’’ mitigé de Gilbert Tognifodé

JPEG - 90 ko

Les langues se délient progressivement au sujet du projet de révision de la Constitution du 11 décembre 1990, transmis la semaine dernière à l’Assemblée nationale. En plus des praticiens de droit et des acteurs politiques, des organisations non gouvernementales approuvent la nécessité de modifier des dispositions obsolètes de la loi fondamentale, après 27 ans de vie démocratique. C’est le cas de Gilbert Tognifodé, Président de l’Ong Martin Luther King pour la démocratie, les droits civiques et les droits de l’Homme pour qui la Constitution prévoit d’ailleurs elle-même sa révision.
Pour le Professeur certifié de droit et consultant juridique, la révision de la Constitution s’était imposée depuis plus d’une décennie. Elle a été durant tout ce temps retardée par des suspicions et des craintes d’une révision opportuniste, depuis Mathieu Kérékou à Boni Yayi. Pourtant, croit savoir le Président de l’Ong Martin Luther King pour la démocratie, les droits civiques et les droits de l’Homme, il est nécessaire d’y parvenir en œuvrant pour le consensus autour du projet. « Il faut que l’ensemble de la classe politique se retrouve autour d’une même table pour échanger et apporter leurs point de vue. Il faut le débat parce que la Constitution reste et demeure le socle du développement. Ceci nous permettra d’éviter d’avoir une loi fondamentale taillée sur mesure », a-t-il souligné.
Analysant les nouvelles dispositions du projet de loi, Gilbert Tognifodé porte quelques réserves et fait des suggestions à l’endroit du Gouvernement et des députés pour une révision inclusive et qui ne puisse pas porter plus tard des préjudices à la démocratie béninoise. Sur la question du mandat unique, le Président de l’Ong Martin Luther King pour la démocratie, les droits civiques et les droits de l’Homme souhaite plutôt un mandat de cinq ans au lieu de 6 ans s’inspirant de l’expérience de certains pays de la sous-région. Et au-delà de tout, l’Ong Martin Luther King pour la démocratie, les droits civiques et les droits de l’Homme a par ailleurs attiré l’attention du Chef de l’Etat sur la morosité économique à laquelle sont confrontées les populations. Gilbert Tognifodé souhaite que des actions soient menées pour amoindrir les effets de la pauvreté.
Fulbert ADJIMEHOSSOU

21-03-2017, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : Mérite à la Rupture !
11-12-2017, Angelo DOSSOUMOU
Pour la Rupture et le président Patrice Talon, le risque politique est énorme. Mais, audace en deçà, lâcheté au-delà. Ça, c’était avant. A l’époque où (...) Lire  

En vérité : Vivres détournés et indignité (...)
7-12-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil diplomatique
7-12-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Un réquisitoire signé Mahougnon (...)
6-12-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le budget selon l’opposition
6-12-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un cadeau suspect
5-12-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2430

Visite de la Directrice Générale du Fmi à Cotonou : La Dg/Fmi salue (...)
12-12-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En visite au Bénin, la Directrice Générale du Fonds Monétaire International (Fmi), Christine Lagarde a échangé hier (...)  

Criminalité pharmaceutique : Encore 200 cartons de faux médicaments (...)
12-12-2017, La rédaction
A chaque jour son lot de faux médicaments retrouvés chez l’honorable Atao Hinnouho. Depuis le vendredi dernier, où la (...)  

Département du Mono : Dakpè Sossou mobilise les populations de (...)
12-12-2017, La rédaction
Le député de la 18e circonscription électorale, Dakpè Sossou fait montre d’une détermination inédite pour la réussite du (...)  

Contre la corruption et les pratiques connexes : Patrice Talon (...)
11-12-2017, Naguib ALAGBE
D’une révolution à la Ghanéenne des années 80 notamment, nul doute que le Bénin en avait grand besoin. Le constat était (...)