Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Situation réelle de la faim au Bénin : Le rapport des experts remis à Talon

JPEG - 69 ko

Le président Patrice Talon a reçu dans la matinée de ce jeudi 4 octobre 2018, le rapport final de l’examen stratégique national ‘’Faim zéro au Bénin’’. Le comité d’experts présidé par le professeur Mathurin Coffi Nago et les membres du corps diplomatique ont revisité à l’occasion, l’état des lieux et les défis qui s’imposent pour l’atteinte de l’objectif 2 des Odd à savoir : « Eliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable ». De la présentation des grands traits de ce document de stratégie nationale élaboré avec l’appui du Programme alimentaire mondial (Pam), il ressort que malgré les efforts de ces dernières années, la situation alimentaire et nutritionnelle du Bénin demeure préoccupante. Au dire du Dr Eunice Koukoubou Nago, membre du comité des experts, plus d’un million de personnes correspondant à 10% de ménages béninois souffrent encore de la faim, et globalement au plan national, seulement un ménage sur deux vit la sécurité alimentaire.
Les zones les plus affectées sont les départements de l’Atacora, des Collines, du Zou et du Couffo. Au niveau des communes, celle de Boukoumbé est sérieusement affectée avec plus de 4 ménages sur 10 touchés par l’insécurité alimentaire. En ce qui concerne l’état nutritionnel, Dr Eunice Koukoubou Nago explique que le Bénin se trouve en situation de lourds travaux nutritionnels avec la coexistence de la malnutrition par carence et de la malnutrition par excès. Un enfant de moins de 5 ans sur 3 souffre de retard de croissance.
Alors qu’au-delà du retard de croissance naturelle, ce type de malnutrition affecte le développement de l’enfant, sa productivité à l’âge adulte et par conséquent le développement de la nation toute entière. Et il existe également de nombreuses carences en micronutriments, notamment la carence en fer avec l’anémie qui touche près de 60% de femmes en âge de procréer et plus de 70% des enfants de moins de 5ans.
Face à cette situation nutritionnelle et alimentaire peu reluisante, l’examen national stratégique s’est également intéressé aux insuffisances au niveau des déterminants de la sécurité alimentaire ainsi qu’au niveau de la mise en œuvre des interventions. Ainsi, il a été noté par rapport à la disponibilité alimentaire que la productivité agricole alimentaire dans notre pays demeure faible, notamment à cause de la pénurie de la main d’œuvre agricole, du fait de la désaffection des jeunes qui trouvent le travail agricole particulièrement dégoûtant. Il est également relevé un problème d’inexistence de système de financement agricole adapté.
Bref : « le régime alimentaire des Béninois est inadéquat aussi bien en terme de quantité qu’en terme de qualité. De même, les pratiques d’hygiène et d’assainissement et l’accès à l’eau potable demeurent insuffisants », a déclaré Dr Eunice Koukoubou Nago. Pourtant, des opportunités sont à saisir pour redresser la pente. Il s’agira entre autres, d’accroitre la production agricole, de renforcer la résilience des populations face aux chocs qui les rendent vulnérables, de renforcer le capital humain à travers l’alimentation scolaire intégral et la réalisation d’infrastructures sociocommunautaires de base, de promouvoir les interventions sensibles à la nutrition et de renforcer le cadre législatif et réglementaire pour favoriser l’atteinte de l’objectif 2 des Odd. « Le contenu du rapport confirme les grandes options du Programme d’actions du gouvernement. Je prends acte des suggestions. Un mandat, c’est court, mais suffisamment long pour impacter notre pays », a déclaré le président Patrice Talon lors de la réception du document, des mains du facilitateur, le professeur Mathurin Coffi Nago.

5-10-2018, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : Ganvié, de l’ombre à la lumière
19-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Elle est en passe de mériter ce qualificatif. Baptisée pompeusement sous le vocable de « Venise de l’Afrique », la cité lacustre de Ganvié est restée (...) Lire  

Editorial : Energie : Prestation tendance (...)
19-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Semaine décisive pour les candidats
18-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Sourire XXL chez les fonctionnaires
14-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Au secours de l’état civil (...)
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 3090

Législatives d’avril 2019 :La Céna dévoile les modalités de (...)
19-02-2019, Fulbert ADJIMEHOSSOU
A 72 heures du démarrage de la réception des dossiers de candidature à l’élection du 28 avril 2019, la Commission (...)  

Ecouté hier par la brigade financière : Modeste Toboula convoqué (...)
19-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Il a passé toute la journée d’hier à la brigade financière. Ecouté dans une affaire domaniale, le préfet du Littoral a (...)  

Assemblée nationale : La deuxième session extraordinaire renvoyée (...)
19-02-2019, Karim O. ANONRIN
La deuxième session extraordinaire de l’Assemblée nationale convoquée pour hier 18 février 2019 n’a pu être ouverte (...)  

Promotion de la bonne gouvernance : Social Watch engagée pour la (...)
19-02-2019, Adrien TCHOMAKOU
Dans son combat pour la promotion de la bonne gouvernance, Social Watch Bénin se fixe un autre défi à relever : celui (...)