Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Vitalité de la démocratie à l’ère de la rupture : Quelle place pour l’opposition dans les réformes ?

JPEG - 112.4 ko

Le Bénin a besoin pour son développement des institutions fortes et non des hommes forts…En cela, le président Patrice Talon a décidé de marquer l’histoire de la démocratie béninoise en proposant à ses concitoyens, des réformes politiques et institutionnelles qui réduisent le pouvoir du chef de l’Etat mais renforcent celui des institutions. Le peuple a souscrit à cette vision et comme promis dans son projet de société, dès les premiers jours de son règne, le gouvernement de Patrice Talon a posé des actes pour montrer sa détermination à respecter la parole donnée.
A présent, au sein de la commission en charge des réformes politiques, l’heure est à la réflexion pour des propositions à soumettre à l’Assemblée nationale. Mais avant d’en arriver à cette étape, il y a d’importants paramètres à prendre en compte par la commission. En effet, dans un pays où jusqu’ici, le détenteur du pouvoir exécutif peut, s’il n’est pas éclairé, s’arroger, à la limite, tous les droits, et où c’est carrément la hantise d’appartenir à l’opposition, il faut forcément des préalables pour entretenir la vitalité de la démocratie. Et, la première des conditions, si tant est que les réformes visent à renforcer les institutions, c’est de tenir compte de la minorité dans l’attribution des postes au sein desdites institutions.

Mettre fin aux institutions monocolores !
Sinon, dix ans durant, l’ancien président Boni Yayi a éprouvé notre Constitution et permis à ceux qui en doutaient encore de comprendre que le régime présidentiel à la béninoise faisait du chef de l’Etat un hyper président. Conséquence, l’ancien président Boni Yayi qui s’est très souvent arrangé pour contrôler les institutions de contre-pouvoir s’est permis d’aller à tous les abus. Maintenant qu’il est dit qu’il faut des réformes politiques et institutionnelles pour corriger ces incongruités, il est inconcevable qu’elles n’aboutissent pas à des dispositifs pour empêcher que les institutions soient monocolores et prises en otage par un homme, fût-il président de la République.
Ainsi, à l’Assemblée nationale, à la Cour constitutionnelle, à la Haac, à la Cour suprême, à la Haute cour de justice…, le Nouveau départ doit s’inviter dans la composition des bureaux et dans le mode de désignation des présidents. Des quotas doivent être fixés au sein de ces institutions pour la minorité. Mieux, pour ne pas s’écarter de la vision du président Talon qui est non seulement de donner le plein pouvoir aux institutions et non aux hommes mais également de redonner ses lettres de noblesse à la démocratie au Bénin, l’opposition doit avoir une place de choix dans les réformes à venir.
Il est vrai qu’un statut de l’opposition existe mais, la démocratie gagnerait à ce qu’il accorde plus d’avantages à ceux qui, librement, ont décidé de jouer leur partition en s’opposant au régime en place. Autrement, chassez le naturel, synonyme actuellement au pays de Patrice Talon d’un système partisan presque monocolore et il reviendra au galop. Et, c’est ce danger qui guette une démocratie qui se veut la plus appréciée sur le continent qu’il faut éviter.

4-05-2016, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En toute sincérité : Couple tête baissée !!
24-02-2017, Naguib ALAGBE
Sur le revers d’un veston, un long cheveu blond. Dans une poche, la facture d’un romantique restaurant. Et, un discret mais éloquent parfum émanant (...) Lire  

En vérité : La Cpi malgré tout !
22-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Pour un Hadj sans tribulations
22-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les Cauris au gré des intérêts (...)
20-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Couple et Incompatibilités (...)
17-02-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Des sacrifices pour l’intérêt (...)
14-02-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Azannaï face à l’équation du partage des gains électoraux
24-01-2017, Isac A. YAÏ, Moïse DOSSOUMOU
Azannaï face à l’équation du partage des gains électoraux
24-01-2017, Isac A. YAÏ, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1980

Gestion du parc automobile de L’Etat : Gustave Dékpo Sonon parle (...)
24-02-2017, Adrien TCHOMAKOU
Dans un entretien exclusif, le ministre du régime défunt, Gustave Dékpo Sonon a donné son point de vue sur l’approche (...)  

Loi portant statut général de la fonction publique : Les députés (...)
24-02-2017, Karim O. ANONRIN
Les députés à l’Assemblée nationale ont procédé hier, à la mise en conformité de la loi n°2015-18 du 27 août 2015 portant (...)  

Conflits territoriaux entre Porto-Novo et ses voisins : Le (...)
22-02-2017, Karim O. ANONRIN
Le Conseil municipal de la ville de Porto-Novo vient d’autoriser le Maire Emmanuel Zossou à recourir à la justice pour (...)  

Réformes constitutionnelles à quelles conditions ?
22-02-2017, La rédaction
L’Afrique de l’Ouest a fait l’option de la démocratie dans le cadre de l’Etat de Droit comme régime politique dans les (...)