Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Affaire découverte de 50 Kg de cocaïne : Quand Me Paul Kato Attita fait dans du dilatoire

JPEG - 156.6 ko

Une mauvaise blague de plus de Maitre Kato Attita. Dans la nouvelle affaire de découverte de 50 Kg de cocaïne au Port de Cotonou qui secoue l’actualité nationale depuis le 21 novembre dernier, Me Paul Kato Attita fait feu de tout bois pour défendre son client, l’indo-pakistanais responsable de la société mise en cause. Hier, l’avocat a tenu une conférence de presse à son cabinet pour ressortir plusieurs interrogations. « C’est ce 19 novembre, en dehors des responsables de la société Trinity qu’ils affirment avoir découvert de la drogue dans ce container. Allez leur demander ce qui s’est passé ce 19 novembre. Il faut leur demander pourquoi les plombs ont été jetés pour un dossier qui doit aller à la justice », a pesté Me kato Attita.
La ligne de défense de l’avocat est claire. Avec des sous-entendus, il semble dire que la drogue a été introduite au Port de Cotonou dans le container Mrku 6636 987 de son client. Des allégations graves qui jettent du discrédit sur l’image du Bénin au plan international. En effet, toute cette agitation stérile est au finish, dégradante et inquiétante pour la crédibilité des services de l’Etat. S’il est normal que Me Attita défende avec fougue son client, il est moins admissible qu’il adopte une position qui ternisse l’image de notre pays et donne l’impression que le Bénin est un nid de narcotrafiquants où des services de l’Etat peuvent introduire de la drogue chez le premier venu. D’ailleurs, cette sulfureuse affaire a été relayée le 23 novembre dernier par l’agence de presse internationale Reuters et d’autres médias internationaux.
Me Paul Kato Attita a toujours fait montre d’un zèle et d’une passion débordante dans la défense de ses clients. Mais hier, sa conférence de presse n’a pas permis d’éclairer davantage la lanterne de l’opinion sur cette affaire. Au contraire, elle a suscité des interrogations qui entretiennent davantage l’imbroglio et la confusion dans les esprits. Et pourtant, l’avocat devrait savoir raison garder, calmer ses ardeurs, changer de ligne de défense pour son client et laisser la justice dire le droit loin du tintamarre.

28-11-2016, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : Azannaï en sapeur-pompier
24-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
La barque de Candide Azannaï tangue. Les militants du parti « Restaurer l’espoir » ne jouissent pas des fruits de leurs labeurs. Dans leurs rangs, (...) Lire  

Transversal :Le Gabon au tapis !!!
23-01-2017, Ambroise ZINSOU
Editorial : L’école à nouveau dans la tourmente
19-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Trois tickets ‘‘dauphinat’’ à (...)
19-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Tribune verte : Passons en mode renouvelable (...)
19-01-2017, La rédaction
En vérité : Imposteurs, à la barre !
18-01-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1830

Traque des conducteurs de taxi-motos dormant à la belle étoile : (...)
23-01-2017, La rédaction
Décidée le jeudi dernier par le Préfet du département du Littoral, Modeste Toboula, la traque des conducteurs de (...)  

Recensement des agents de la fonction publique : 1331 militaires (...)
23-01-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Un coup de balaie et la moisson est inadmissible. 1331 militaires fictifs ! Comment a-t-on pu entretenir une telle (...)  

Mise en œuvre du Pag et modernisation du marché Dantokpa : Armand (...)
23-01-2017, La rédaction
Il ne saurait avoir un Bénin entièrement révélé, dans ses aspects économiques et culturels sans des marchés modernes et (...)  

Fabrication des briques en terre battue : Réinventer le bâti pour (...)
19-01-2017, La rédaction
Pour la construction d’infrastructures, résistantes aux intempéries, un choix efficace du matériau est indispensable. (...)