Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Affaire découverte de 50 Kg de cocaïne : Quand Me Paul Kato Attita fait dans du dilatoire

JPEG - 156.6 ko

Une mauvaise blague de plus de Maitre Kato Attita. Dans la nouvelle affaire de découverte de 50 Kg de cocaïne au Port de Cotonou qui secoue l’actualité nationale depuis le 21 novembre dernier, Me Paul Kato Attita fait feu de tout bois pour défendre son client, l’indo-pakistanais responsable de la société mise en cause. Hier, l’avocat a tenu une conférence de presse à son cabinet pour ressortir plusieurs interrogations. « C’est ce 19 novembre, en dehors des responsables de la société Trinity qu’ils affirment avoir découvert de la drogue dans ce container. Allez leur demander ce qui s’est passé ce 19 novembre. Il faut leur demander pourquoi les plombs ont été jetés pour un dossier qui doit aller à la justice », a pesté Me kato Attita.
La ligne de défense de l’avocat est claire. Avec des sous-entendus, il semble dire que la drogue a été introduite au Port de Cotonou dans le container Mrku 6636 987 de son client. Des allégations graves qui jettent du discrédit sur l’image du Bénin au plan international. En effet, toute cette agitation stérile est au finish, dégradante et inquiétante pour la crédibilité des services de l’Etat. S’il est normal que Me Attita défende avec fougue son client, il est moins admissible qu’il adopte une position qui ternisse l’image de notre pays et donne l’impression que le Bénin est un nid de narcotrafiquants où des services de l’Etat peuvent introduire de la drogue chez le premier venu. D’ailleurs, cette sulfureuse affaire a été relayée le 23 novembre dernier par l’agence de presse internationale Reuters et d’autres médias internationaux.
Me Paul Kato Attita a toujours fait montre d’un zèle et d’une passion débordante dans la défense de ses clients. Mais hier, sa conférence de presse n’a pas permis d’éclairer davantage la lanterne de l’opinion sur cette affaire. Au contraire, elle a suscité des interrogations qui entretiennent davantage l’imbroglio et la confusion dans les esprits. Et pourtant, l’avocat devrait savoir raison garder, calmer ses ardeurs, changer de ligne de défense pour son client et laisser la justice dire le droit loin du tintamarre.

28-11-2016, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Plus de bruit, pas de résistance. Mieux, à Glo-Djigbé, les chèques d’indemnisation des propriétaires terriens situés, dans l’emprise du prochain (...) Lire  

Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En toute sincérité : Infidèle sans conscience (...)
16-02-2018, Naguib ALAGBE
Editorial : Le Fonds culturel sous un nouveau (...)
15-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : L’inaltérable Yayi
12-02-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2400

Atelier de formation : 2A2Bj partage ses expériences avec la (...)
21-02-2018, Isac A. YAÏ
L’Amicale des anciens bénéficiaires des bourses japonaises (2A2Bj) a organisé au Carder d’Abomey-Calavi un atelier de (...)  

Construction du centre hospitalier Toviklin-Lalo-Dogbo : Dr (...)
21-02-2018, La rédaction
Tout est fin prêt pour la mise en service du centre hospitalier Toviklin-Lalo-Dogbo. A travers cet entretien, le (...)  

Respect de la décision de la Cour constitutionnelle : Les Osc (...)
21-02-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Les organisations de la société civile s’inquiètent du retard dans la désignation et l’installation du Cos-Lépi. A (...)  

Rebondissement dans le dossier faux médicaments : Mandat de dépôt (...)
21-02-2018, Arnaud DOUMANHOUN
Le procès dédié au flagrant délit de trafic de faux médicaments dont le principal mis en cause est l’honorable Atao (...)