Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Affaire Ppea II/Supposée chasse aux sieurs Codo et Gnéri : Tout prouve que c’est du bluff !

JPEG - 92.5 ko
Des cadres ont préféré de détourner les fonds destinés à la fourniture d’eau potable aux populations

Rémy Codo et Rock Gnéri, où qu’ils se trouvent, doivent se rendre à l’évidence qu’ils ne peuvent plus courir pour longtemps. Depuis la lumière faite sur le dossier Ppea II à la faveur du rapport de l’audit du cabinet Kroll, le gouvernement du Bénin a fait de leur arrestation une question d’honneur. Mais, les Béninois ont de bonnes raisons d’être sceptiques sur ce désir manifesté et clamé par leurs gouvernants.
En effet, si l’arrestation de ces deux cerveaux du détournement de près de 8,500 milliards en un an, non seulement dans le dossier Ppea II mais aussi dans d’autres dossiers serait une avancée pour réunir toutes les pièces du puzzle, il est certain qu’elle serait à la base d’un tsunami. D’ailleurs, Rémy Codo et Rock Gnéri sont loin d’être des enfants de chœur et dos au mur, il y a de fortes chances qu’ils crachent des vérités qui risquent d’emporter près de 80% des membres du gouvernement. Sinon, qui ne sait pas que ces deux opérateurs économiques devenus célèbres dans le secteur des marchés publics avaient des entrées dans plusieurs ministères ? L’urbanisme, l’agriculture, les différents secteurs de l’enseignement dont celui du vice-premier ministre, la santé, l’environnement etc. Rien n’échappait aux griffes de Codo et Gnéri. Et comment en était-on arrivé à ça ? Espérons que Yayi réussisse le pari de l’arrestation des deux personnes wanted pour comprendre qu’il portait des lunettes bien noires qui l’empêchaient de voir la corruption à grande échelle qui se déroulait sous ses yeux.
Mais, les Béninois ne se font pas trop d’illusions. D’ailleurs pour ceux qui savent qu’avec cette arrestation, c’est une boîte de Pandore qui risque de s’ouvrir mettent au défi Yayi et son gouvernement de pouvoir les arrêter. Déjà, s’ils sont de bonne foi, il serait intéressant que la liste des différentes structures concernées par les magouilles de Codo et Gnéri soit publiée. Et qui ne savait pas que ces deux lascars étaient proches du régime et ont même financé des activités politiques ? Il n’y a que les illuminés pour croire à ces arrestations dans ce dossier. Les loups ne se mangent pas entre eux. C’est du bluff !

28-07-2015, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En toute sincérité : Parité mon œil !
26-05-2017, Naguib ALAGBE
Parité avez-vous dit ? C’est sans nul doute un concept des plus controversés. Mais pour une fois, osons l’appréhender sincèrement et donc, sagement, (...) Lire  

En vérité : Notre pain de chaque jour !
24-05-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : * Récade à terre à la Rb !
22-05-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Chambre à part !!
19-05-2017, Naguib ALAGBE
En vérité : Le nœud Ppea-II dénoué !
18-05-2017, Angelo DOSSOUMOU
Tribune verte : Mauvais signal des ‘’climatosceptiqu
18-05-2017, La rédaction




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2010

Construction de la route Natitingou-Boukoumbé-Korontière : Le (...)
29-05-2017, La rédaction
La construction des infrastructures de transport constitue un pilier essentiel de la mise en œuvre du Pag. Le (...)  

Première session de la cour d’assises d’Abomey : 30 jours pour (...)
29-05-2017, La rédaction
La cour d’appel d’Abomey tient sa première session de la cour d’assises comptant pour l’année en cours. 30 dossiers (...)  

Formation des chefs d’entreprises sur les normes de qualité : Le (...)
26-05-2017, La rédaction
Le Bureau de Restructuration et de Mise à niveau (Brmn) met les bouchées doubles pour accroitre les chances de (...)  

Winnoc Goudjo, Médecin coordonnateur de la zone sanitaire (...)
26-05-2017, Isac A. YAÏ
Le Programme de Renforcement de la Performance du Système Sanitaire (Prpss) contribue depuis plus de cinq ans à (...)