Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Au nom du progrès : Faire évoluer le droit du travail

JPEG - 299.3 ko

Très vite, la Confédération des syndicats autonomes du Bénin est sortie de sa réserve, suite aux deux propositions de lois relatives à l’embauche et au statut des collaborateurs extérieurs de l’Etat. Tout en appréciant la pertinence de ces propositions de lois encore en étude, la Csa-Bénin joue la carte de la prudence au nom des intérêts des travailleurs dont elle est chargée de la protection. Au même moment où cette centrale syndicale appelle à la vigilance pour que les travailleurs ne soient pas lésés si ces deux propositions de lois venaient à être votées sans la prise en compte de ses observations, il y a que les employeurs ont aussi des intérêts à sauvegarder.
On doit pouvoir évoluer dans le droit du travail. On ne peut continuer par donner priorité au travailleur sans tenir compte de l’employeur qui prend des risques en mettant ses capitaux en jeu pour créer la richesse. Il faut le capital et le travail pour avoir les facteurs de production. Si les employés du secteur privé sont des charges à vie pour l’employeur, il sera difficile pour ce dernier d’évaluer leur performance au sein de l’entreprise. Tant que le code de travail comportera des conditions aussi rigides édictées en faveur de l’employé, les investisseurs auront du mal à se défaire de leurs salariés, car les indemnités de licenciement tuent les entreprises. L’idéal serait d’en finir avec les emplois à vie et militer pour la flexibilité de l’emploi. Toutes les économies modernes ont adopté ces mécanismes.
La Csa fait bien de tirer la sonnette d’alarme. Les députés concernés au premier chef sauront accomplir leur mission pour le bien des entreprises et des employés.

13-03-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : L’inaltérable Yayi
12-02-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2400

Entretien avec Rémi Tamègnon, Docteur en économie des transports « (...)
22-02-2018, Isac A. YAÏ
Docteur en Economie des Transports à l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) et Expert agréé en Economie des Transports et (...)  

Atelier de formation : 2A2Bj partage ses expériences avec la (...)
21-02-2018, Isac A. YAÏ
L’Amicale des anciens bénéficiaires des bourses japonaises (2A2Bj) a organisé au Carder d’Abomey-Calavi un atelier de (...)  

Construction du centre hospitalier Toviklin-Lalo-Dogbo : Dr (...)
21-02-2018, La rédaction
Tout est fin prêt pour la mise en service du centre hospitalier Toviklin-Lalo-Dogbo. A travers cet entretien, le (...)  

Respect de la décision de la Cour constitutionnelle : Les Osc (...)
21-02-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Les organisations de la société civile s’inquiètent du retard dans la désignation et l’installation du Cos-Lépi. A (...)