Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Aviation civile du Bénin : Fluidité, rapidité et sécurité caractérisent l’aéroport de Cotonou

JPEG - 253 ko

Plus de temps à perdre pour remplir les formalités d’usage et être en possession de ses bagages à l’aéroport international Cardinal Bernardin Gantin de Cotonou. Désormais, fluidité, rapidité et sécurité caractérisent l’aviation civile au Bénin. Ces innovations qui rehaussent l’image de l’aéroport de Cotonou ont été portées à la connaissance des professionnels des médias le vendredi dernier par Karl Lègba, Directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile (Anac) entouré de ses Directeurs techniques dans les locaux de ladite agence. A l’occasion, les hommes des médias ont effectué une visite guidée à l’aéroport de Cotonou. Ainsi, de la vérification des bagages au remplissage des formalités de sortie en passant par le hall de réception des bagages, les journalistes se sont rendus compte de la sécurité et de la raplidité qui sont désormais de mise à l’aéroport international Cardinal Bernardin Gantin de Cotonou. La technologie permet désormais de lier facilitation et sécurisation. Ainsi, il y a deux types de contrôle à l’aéroport dès que le voyageur sort de l’avion : « le premier se déroule au niveau des guichets de la police des frontières. Ce contrôle se fait en trois étapes : la vérification du document de voyage, il faut ensuite s’assurer que le porteur du document en est vraiment le propriétaire. Le seul moyen d’allier ces deux informations, c’est la biométrie, car le document de voyage porte des informations de l’individu. Donc, dès que l’individu se présente, on prend ses empreintes d’une manière extrêmement sophistiquée. Ainsi, en une seconde, on prend les empreintes des quatre doigts d’une main et ensuite pour la deuxième main. Alors, en deux secondes, cette opération est terminée. Une fois qu’on est rassuré que le porteur du document de voyage en est le propriétaire, on passe au troisième contrôle. A ce niveau, on vérifie si ce voyageur est une personne recherchée. Ainsi, on introduit les informations recueillies dans les bases de données nationales et internationales de type interpole. Tout ceci se fait en moins de 25 secondes », a expliqué Daniel Abihssira, Directeur général de Morpho Dys, entreprise en charge de ces opérations.
A l’aéroport de Cotonou, les passagers béninois ont leurs couloirs. Ceci a été fait afin de faciliter le voyage tout en maintenant le niveau de sécurité. A ce niveau également, le contrôle est entièrement automatique et respecte les trois tapes (vérification du document de voyage, prise d’empreintes du voyageur et enfin contrôle dans les bases de données). Le tout en moins de 5 secondes.

JPEG - 289.6 ko

Tous ces contrôles faits, le voyageur peut franchir la frontière de façon fluide et aller chercher ses bagages. Au lieu de passer des heures à attendre, il fait désormais moins de 30 minutes pour récupérer ses bagages. « Lorsque le passager arrive à ce niveau, il ne passe pas plus de 30 minutes pour récupérer ses bagages. Car, de nos jours, il y a un système de récupération automatique des bagages. Ces réformes ont été faites en un laps de temps depuis l’arrivée au pouvoir du Président Patrice Talon. C’est quelque chose d’assez structurant qui est en train d’être fait au niveau de l’aviation civile du Bénin », a souligné Karl Lègba.
Selon ses dires, toutes ces réformes ne sont que le début d’une série d’innovations qui mettront l’aviation civile au service du développement durable. « L’Anac n’évolue pas en vase clos. Tout ce qui se fait à l’aéroport de Cotonou doit suivre les normes prescrites par l’Organisation de l’aviation civile internationale (Oaci). Notre ambition est de connecter l’aviation civile du Bénin au tourisme et au commerce car le Bénin est équidistant de plusieurs pays européens et africains », a-t-il précisé. A en croire les Directeurs techniques de l’Anac, l’agence a déjà ouvert plusieurs lignes aériennes à travers 19 accords, et 20 sont en attente d’être signés. Pour ces Directeurs techniques, aucune barrière ne devrait exister entre les compagnies aériennes car, un marché unique est en train d’être créé. « Notre aéroport peut être petit, mais doit être beau, attrayant et fréquentable. Nous rêvons donc grand pour notre pays qui doit recevoir beaucoup de touristes », a conclu Karl Dècandji Lègba.

15-01-2018, Isac A. YAÏ


CHRONIQUES

En vérité : Repenser les fêtes identitaires
16-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Elles sont très prisées par ici. A chaque édition, les fêtes identitaires, cultuelles et culturelles drainent un monde fou. Occasions annuelles de (...) Lire  

Editorial : Directeur sur conditions !
14-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’étonnant silence du Prd !
14-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Hadj sans tapage !
13-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Une curieuse réforme !
13-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Tapis rouge pour Odile
9-08-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Les bombes du code électoral !
9-08-2018, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2640

Célébration de la fête du 15 Août 2018 : Le Groupe Adeco de Brice (...)
17-08-2018, La rédaction
Le Pdg du Groupe Adeco, Brice Hondi, ne manque aucune occasion pour mettre en relief les potentialités des artisans (...)  

62ème édition de Dogboxwé : Le député Jocelyn Dégbey appelle à (...)
17-08-2018, La rédaction
Une fête de retrouvailles pour aplanir les divergences et s’unir autour du développement de Dogbo. Pour sa 62ème (...)  

Fernand Nouwligbèto, Enseignant-Chercheur à l’Uac : « Le théâtre est (...)
17-08-2018, Patrice SOKEGBE
Enseignant-chercheur au Département des Lettres Modernes, Fernand Nouwligbèto a mené avec ses étudiants une expérience (...)  

Management de la qualité dans les structures étatiques : Aubin (...)
16-08-2018, La rédaction
La salle de conférence du Centre national de sécurité routière a abrité mardi dernier, un atelier de formation sur les (...)