Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Campagne cotonnière 2015-2016 : L’Exécutif se mure dans un silence coupable

JPEG - 82.5 ko

Le gouvernement a-t-il perdu ses bonnes habitudes qui consistaient à faire le point sur la mise en place des intrants, la superficie emblavée et les prévisions en ce qui concerne la production cotonnière ? Le constat est là. Pour la campagne cotonnière 2015-2016, le gouvernement s’est muré dans un silence assourdissant et coupable qui laisse les producteurs dans l’incertitude. Sinon, officiellement, le gouvernement qui a habitué les acteurs de la filière de l’or blanc aux différents points relatifs à la superficie emblavée, à la quantité des herbicides et pesticides disponibles pour les producteurs pour faire leur travail en toute quiétude et aux prévisions chiffrées de coton à récolter n’a pas sacrifié à la tradition. Et pourquoi ? Peut-être bien que le gouvernement redoutant un échec, a choisi garder le silence pour ne pas se mettre la corde au cou après des annonces tendancieuses qui, généralement, sont des vœux pieux.
En effet, en ce qui concerne la gestion des précédentes campagnes cotonnières, les Béninois ont été habitués à des chiffres avancés sur papier et qui ne reflètent toujours pas les réalités du terrain. Pour la campagne cotonnière en cours, il y a donc de bonnes raisons de s’interroger sur ce que peuvent bien cacher le nouveau ministre de l’agriculture et le nouveau Dg de la Sonapra. Le gouvernement ne disposerait-il pas d’une quantité suffisante d’intrants pour satisfaire les producteurs au cours de la campagne ? Est-ce une manière de ne pas avoir à répondre aux préoccupations des producteurs qui réclament plus d’intrants ? Le gouvernement est dans l’obligation de lever l’équivoque. Autrement, il donnerait raison à ceux qui pensent qu’il n’a pas les moyens de sa politique en matière de fourniture d’intrants cotonniers et ça serait dommageable aux cotonculteurs qui ne cessent d’appeler à une meilleure gestion de cette filière qui apporte à notre pays la plupart de ses devises.

24-07-2015, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : L’inaltérable Yayi
12-02-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2400

Entretien avec Rémi Tamègnon, Docteur en économie des transports « (...)
22-02-2018, Isac A. YAÏ
Docteur en Economie des Transports à l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) et Expert agréé en Economie des Transports et (...)  

Atelier de formation : 2A2Bj partage ses expériences avec la (...)
21-02-2018, Isac A. YAÏ
L’Amicale des anciens bénéficiaires des bourses japonaises (2A2Bj) a organisé au Carder d’Abomey-Calavi un atelier de (...)  

Construction du centre hospitalier Toviklin-Lalo-Dogbo : Dr (...)
21-02-2018, La rédaction
Tout est fin prêt pour la mise en service du centre hospitalier Toviklin-Lalo-Dogbo. A travers cet entretien, le (...)  

Respect de la décision de la Cour constitutionnelle : Les Osc (...)
21-02-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Les organisations de la société civile s’inquiètent du retard dans la désignation et l’installation du Cos-Lépi. A (...)