Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Commercialisation des viandes braisées à Cotonou et environs : « Tchantchanga » ou le délice à caractère publicitaire

Aux carrefours et autres coins de Cotonou se trouvent des étalages de viande braisée communément appelée « Tchatchanga » qui, à travers son assaisonnement, attire les clients. Ces derniers courent parfois le risque de consommer des viandes braisées dont ils ignorent la nature.

JPEG - 75 ko

On les retrouve dans presque tous les coins de Cotonou. Souvent installés en plein air au bord des rues, aux carrefours et dans les marchés, les étalages de viande braisée dénommée « Tchatchanga » attirent l’attention des usagers de la route. Pour les identifier, c’est fort simple. L’étalage de « Tchatchanga » est souvent un grand fourneau formé de baril dont la base cylindrique est posée au sol. Ce baril a deux ouvertures par lesquelles le boucher fait le feu. Ensuite, une grille est posée sur le baril, ce qui permet de braiser les brochettes de viande. Les étalages de « Tchatchanga » se caractérisent généralement par la couleur noire que prennent le baril et la grille et les alentours qui sont relativement couverts de cendre.

Stratégie ou dextérité ?
Le « Tchatchanga » est une brochette dont les usagers raffolent. Pour les amener à en consommer davantage, Issa, un vendeur explique : « Pour bien assaisonner la viande, j’achète, l’ail, le gingembre, le piment et autres ingrédients que j’écrase. Ensuite, les brochettes, avant d’aller au feu, reçoivent des coups de pinceau des produits d’assaisonnement. Je fais une réserve des produits d’assaisonnement que je mélange avec de l’huile. Ce mélange est versé dans une bouteille en plastique dont le couvercle est percé. Lors de la cuisson, je verse de temps en temps un peu de ce mélange sur le feu, ce qui donne des flammes. De ces flammes sort également une odeur appétissante qui attire les usagers… ». La plupart des vendeurs de viandes braisées adoptent la technique de Issa. Pour eux, cette méthode fait assez vendre, ce qui a d’ailleurs inspiré Thomas, un agent de la fonction publique qui s’est appuyé
sur la vente du « Tchatchanga » pour ouvrir son restaurant.

Une activité rentable
La spécialité de Thomas, c’est le porc. Il a engagé trois jeunes pour cette activité. Selon lui, cette activité nourrit son homme. « Je ne me plains pas avec cette activité qui est mieux que la fonction publique. Si j’enlève le salaire des employés, les frais de location, les frais d’achat du porc, l’électricité, par jour, il me restera au moins 10.000 Fcfa. Il faut aussi dire que j’accueille par jour plus de 100 clients. Imaginez que je gagne cette somme pendant 30 jours….Grâce à ce travail, j’ai pu construire une maison… », raconte-t-il.

Incursion des viandes “anonymes
Les « abonnés » du Tchatchanga courent très souvent le risque de la consommation de viandes inconnues. Sans connaître la nature de la viande, certains clients, attirés par l’odeur, en consomment. Claude raconte sa mésaventure, après avoir mangé ces viandes braisées. « …Quelques heures après la consommation du Tchatchanga, j’ai commencé par faire la diarrhée. En trois jours, j’ai complètement maigri. Depuis ce moment, j’évite beaucoup ces lieux… ». A en croire Moussa, les vendeurs du Tchatchanga mélangent la viande de chien aux viandes de mouton, de bœuf, de poulet, car « le chien coûte moins cher, et cela leur fait des bénéfices ». Mais, Thomas a son avis sur la question, c’est pourquoi il ne braise la viande de chien. « Il y a des personnes auxquelles la consommation de la viande du chien est interdite. Lorsqu’elles en mangent, par inadvertance, elles sont exposées à des troubles digestifs », dit-il.

Un contrôle nécessaire !
Les Tchatchanga sont contrôlés par les vétérinaires. A l’achat des viandes les matins, le vétérinaire fait un contrôle de routine. Pour Charles Dégbègni, un vétérinaire, le contrôle consiste à s’assurer que l’animal n’est pas atteint d’une maladie avant d’être tué. Ce contrôle se fait aussi les soirs. « C’est aussi pour s’assurer que les viandes “anonymes“ ne sont pas mélangées à celles recommandées », dit-il. Parfois, Issa et ses acolytes signalent aux vétérinaires en contrôle de routine, l’installation d’un nouvel étalage de Tchatchanga ou les vendeurs clandestins. « Lorsque nous découvrons un vendeur qui ne se plie pas à nos recommandations, la Direction de l’élevage procède à la saisie des viandes et à l’interdiction de vente sur les lieux. Le vendeur doit payer 50.000 Fcfa avant de récupérer ses objets saisis », explique Charles Dégbégni. Selon lui, le contrôle de la qualité des viandes est nécessaire pour préserver le bien-être des populations.

3-07-2014, Patrice SOKEGBE


CHRONIQUES

Editorial : A vos plaques…Partez !
15-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
L’axiome est sans équivoque. Qui veut rouler à moto, doit avoir sa plaque d’immatriculation. Défaut longtemps toléré au Bénin, mais défaut bientôt (...) Lire  

En vérité : Transport en commun : le grand (...)
15-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers (...)
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Rapport 2018 de l’Oms : La pollution de l’air, un poison pour (...)
8-11-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU, Isac A. YAÏ
Rapport 2018 de l’Oms : La pollution de l’air, un poison pour (...)
8-11-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU, Isac A. YAÏ


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2760

Sécurité sanitaire des eaux conditionnées : ‘’Pure water’’, l’envers (...)
15-11-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
produits et mis en consommation par des unités, dans des conditions parfois peu hygiéniques. Pendant que des études (...)  

Conseil des ministres : le Gle Jean-Baptiste Aho nommé chef d’état (...)
15-11-2018, La rédaction
Contre-Amiral Patrick Jean-Baptiste Aho. Tel est le nom du tout nouveau chef d’Etat-major général des forces armées (...)  

Innovation de la commission nationale d’assistance aux réfugiés : (...)
15-11-2018, La rédaction
La commission nationale d’assistance aux réfugiés a renforcé la capacité des refugiés vivant au Bénin sur les violences (...)  

Compétition d’innovation numérique : Serge Auguste Zaongo, lauréat (...)
14-11-2018, Isac A. YAÏ
Le Lauréat de la 3ème édition de Rfi Challenge App Afrique est désormais connu. Il a pour nom Serge Auguste Zaongo et (...)