Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Commissariat central de Cotonou : Pourquoi Lambert Agblo a été liomogé

JPEG - 74.8 ko

Lambert Agblo, qui a été déchargé de ses fonctions, il y a quelques jours, a passé service hier. Le discours prononcé par le désormais ex-commissaire central de Cotonou au cours de la cérémonie de passation de charges a remis au goût du jour les raisons qui ont présidé à son limogeage.
De toute évidence, l’une des principales raisons qui ont conduit au départ de Lambert Agblo du commissariat central de Cotonou a été la recrudescence des actes de braquages dans la capitale économique du Bénin et ses environs. Les vols à main armée étaient devenus si fréquents que les populations avaient décidé de répliquer à chaque braquage par la vindicte populaire. La situation était si délétère que même les éléments de l’ex-commissaire central de Cotonou n’étaient plus motivés pour assurer convenablement leur mission. D’ailleurs, plusieurs parmi eux réclamaient son départ. Ils élaboraient des fiches à l’encontre de leur supérieur hiérarchique adressées au Directeur général de la police nationale (Dgpn) et au Ministre de l’intérieur et de la sécurité publique (Misp).
Lambert Agblo, depuis son arrivée à la tête du commissariat central de Cotonou, ne s’est jamais montré à la hauteur de la mission à lui assignée par la hiérarchie policière. Et en 2014, l’insécurité a atteint son paroxysme à Cotonou et ses environs. Beaucoup y ont perdu la vie, aussi bien dans le rang des populations que celui des hommes en uniforme. Sous Lambert Agblo, deux policiers ont trouvé la mort et trois ont été grièvement blessés. Et les blessés en trainent toujours les séquelles. Certains ont été amputés de leurs membres. C’est aussi sous Lambert Agblo que les malfrats ont réussi à emporter 1 milliard 200 millions de francs Cfa d’une banque de la place. Le braquage a été perpétré en plein cœur de la ville de Cotonou par un agent d’une société de convoyage de fonds. Et le Dgpn Idrissou Moukaïla a eu raison de prendre ses responsabilités pour mettre fin à cette situation devenue invivable et à la mauvaise gestion des ressources humaines dont plusieurs éléments accusaient Lambert Agblo.
Entre 2014 et 2015, Lambert Agblo et Louis Phillipe Houndégnon étaient les hommes forts du régime Yayi. Bien qu’ayant nommé l’ancien commissaire central de Cotonou, l’ancien Dgpn a eu du mal à le décharger de ses fonctions et a dû mettre en place ses propres renseignements pour lutter contre l’insécurité.
Lambert Agblo a reconnu dans son discours de passation de service qu’il a commis des erreurs et a demandé la grâce de ceux qu’il a offensés dans l’exercice de ses fonctions. Aujourd’hui, il est redevenu un simple justiciable comme nombre de commissaires limogés.

25-11-2016, Adrien TCHOMAKOU


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : L’inaltérable Yayi
12-02-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2400

Entretien avec Rémi Tamègnon, Docteur en économie des transports « (...)
22-02-2018, Isac A. YAÏ
Docteur en Economie des Transports à l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) et Expert agréé en Economie des Transports et (...)  

Atelier de formation : 2A2Bj partage ses expériences avec la (...)
21-02-2018, Isac A. YAÏ
L’Amicale des anciens bénéficiaires des bourses japonaises (2A2Bj) a organisé au Carder d’Abomey-Calavi un atelier de (...)  

Construction du centre hospitalier Toviklin-Lalo-Dogbo : Dr (...)
21-02-2018, La rédaction
Tout est fin prêt pour la mise en service du centre hospitalier Toviklin-Lalo-Dogbo. A travers cet entretien, le (...)  

Respect de la décision de la Cour constitutionnelle : Les Osc (...)
21-02-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Les organisations de la société civile s’inquiètent du retard dans la désignation et l’installation du Cos-Lépi. A (...)