Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Condamnation des réseaux Gsm : L’Arcep apporte des clarifications sur les sanctions contre Mtn et Glo

JPEG - 101.4 ko

L’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste (Arcep) a engagé en mai dernier des procédures de sanctions à l’encontre des réseaux Gsm. Interrogé, le Président de l’institution, Flavien Bah Chabi a levé un coin de voile sur les raisons qui sous-tendent ces sanctions. « Ces sanctions font suite à plusieurs actions. Il y a des préalables. D’abord, en 2015, nous avons vérifié la qualité du service auprès de tous ces opérateurs, et en particulier Mtn et Glo qui n’avaient pas respecté les critères minimaux de service. Ces entreprises ont été mises en demeure en mai 2016 avec un certain délai pour réparer les préjudices causés ou se mettre en conformité avec leurs cahiers de charges », a-t-il expliqué. Selon les propos du président de l’Arcep, en mars dernier, l’institution a fait un contrôle de routine pour s’assurer que les mises en demeure avaient été bien comprises et que les mesures correctives ont été entreprises. « A notre grande surprise, non seulement les défaillances observées en 2015 sont restées non corrigées, mais des défaillances ont été également constatées dans certaines localités. C’est ce qui nous a poussés à engager les procédures de sanctions en mai 2017 », a-t-il ajouté.
Dans les cahiers de charges, poursuit-il, il y a une obligation de qualité de service. A ce sujet, des actes ont été posés à l’endroit de ces opérateurs pour fixer les critères minimaux, et il y a des seuils de tolérance. Il s’agit entre autres des taux de blocage, le taux d’échec des communications, le taux de coupure téléphonique. Selon le Président Flavien Bah Chabi, les sanctions ne sont pas généralement immédiates. « Lorsqu’on engage des procédures de sanctions, on donne la possibilité à ces opérateurs de s’expliquer. Peut-être qu’il pourrait y avoir des circonstances atténuantes. Et tous ces opérateurs ont reconnu qu’il y avait des défaillances et rien ne les empêchait de prendre les mesures correctives. Ils ne les ont pas prises, et ainsi, nous avons décidé d’appliquer tout simplement les textes », a-t-il conclu.

12-07-2017, Isac A. YAÏ


CHRONIQUES

En vérité : A l’heure des réformes électorales
20-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
« Qui va loin ménage sa monture ». S’inspirant de cette sagesse populaire, elle engage les grandes manœuvres. Dans la perspective des scrutins à (...) Lire  

En vérité : Les nouveaux chantiers de la (...)
18-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Révisions en plein Mondial (...)
14-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’enjeu du code électoral
14-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Code électoral à peaufiner (...)
12-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les indésirables sacs plastiques
12-06-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2580

Affaire Cnss-Bibe : Le procès de Mètognon reporté au 27 juin (...)
20-06-2018, La rédaction
Le syndicaliste Laurent Mètognon et ses coaccusés retournent pour quelques jours encore en prison. C’est la (...)  

Autorité nationale de lutte contre la corruption : Les journées (...)
20-06-2018, La rédaction
Le président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc), Jean Baptiste Elias a tenu une rencontre (...)  

Leadership et engagement : Le Nimd offre une plate-forme de (...)
20-06-2018, La rédaction
Permettre aux jeunes d’acquérir les stratégies adéquates pour, d’une part, bénéficier de la confiance de leurs (...)  

Assainissement du secteur de la microfinance : Toboula se prépare (...)
20-06-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Nul n’a le droit d’exercer une activité de microfinance sans disposer d’un agrément. C’est un principe auquel le Préfet (...)