Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Cotonou : Gbégamey, Adjaha, Fidjrossè…Le diktat de l’eau

JPEG - 62.8 ko

Les pluies répétées de ces derniers jours ne sont pas restées sans dégâts dans la ville de Cotonou. Certains quartiers de la capitale économique du Bénin sont déjà sous l’emprise des eaux. Dans le 13ème arrondissement, les habitations sont inondées. Les riverains sont contraints de marcher parfois pieds nus dans l’eau avant d’accéder à leurs chambres. De Gbégamey à Vodjè, la voie est devenue quasi impraticable. Ici, l’eau s’étend sur 20 m environ. La circulation est au ralenti. Certaines motos, ne pouvant supporter la hauteur de l’eau, s’éteignent en pleine circulation, ce qui crée par endroits des embouteillages. « Nous vivons un calvaire à la moindre pluie, qu’elle soit grande ou petite. C’est vraiment un casse-tête », a affirmé Ahmed Gbadamassi, un sinistré du quartier. Nourou Yora Kpara déplore quant à lui qu’à chaque saison, le même phénomène se répète. « C’est dommage. Nous sommes souvent victimes d’inondation. Parfois, vous fermez votre atelier, et le lendemain, vous venez trouver l’eau plein dans l’atelier. On se demande par où l’eau passe pour entrer. Les caniveaux sont pleins et ne sont pas régulièrement curés. Et pourtant, on vous réclame la patente ». Plus loin, sur l’axe Agla-Adjaha, la situation devient de plus en plus critique. L’eau s’étend sur plus de 2 kilomètres. La plupart des boutiques installées au bord de la voie sont fermées. Les usagers sont à bout de souffle. Selon eux, le phénomène perdure depuis des années, et s’accentue de jour en jour. « Nous invitons la mairie de Cotonou à agir le plus rapidement possible, sinon nous risquons nos vies. On devient des aquatiques. Normalement, il devrait y avoir un service de garde pour évacuer l’eau de l’autre côté. A chaque fois qu’il y a pluie, ils doivent orienter l’eau de l’autre côté. Parce que s’il pleut encore aujourd’hui, je ne crois pas que les populations puissent emprunter cette voie », suggère Samuel Fadohan, un autre riverain. Quant aux conducteurs de taxi-moto, ils n’ont d’autres choix que de sortir pour aller chercher de l’argent. « L’autre problème, ce sont les véhicules qui circulent brutalement dans l’eau et nous éclaboussent. Ma moto a une panne à cause de ces désordres… », fustige Eloi Kpogué, conducteur de Zémidjan. Les premières pluies donnent déjà de la sueur froide aux populations qui appellent la mairie de Cotonou au secours, au risque de vivre le feuilleton de 2010.

Togoudo-Womey-Tankpè, un chemin de croix !
Sur l’axe Togoudo-Womey-Tankpè, dans l’arrondissement de Godomey, les populations crient à la rescousse. Les premières pluies ont provoqué une dégradation très avancée des voies. On note par endroits de grands trous remplis d’eau. Cet état de choses crée d’énormes préjudices aux usagers, dont les motos tombent régulièrement en panne. Les élèves quant à eux, sont obligés de se salir avant de se rendre à l’école. Plus loin, au-delà du caractère impraticable de l’axe, les usagers sont constamment exposés à des risques d’accident, car, selon Aubin, un usager, ces voies sont quotidiennement empruntées par des camions chargés de sacs de charbon et autres marchandises. « Les camions qui prennent par ici peuvent facilement se renverser, vu l’état de dégradation de la voie », signale-t-il. Exaspéré, Ulrich, conducteur de Zémidjan, pointe d’un doigt accusateur la mairie d’Abomey-Calavi qui, selon lui, reste passive face ce phénomène. Il invite donc le Maire Georges Bada à vite agir.

24-05-2016, Patrice SOKEGBE


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : L’inaltérable Yayi
12-02-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2400

Entretien avec Rémi Tamègnon, Docteur en économie des transports « (...)
22-02-2018, Isac A. YAÏ
Docteur en Economie des Transports à l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) et Expert agréé en Economie des Transports et (...)  

Atelier de formation : 2A2Bj partage ses expériences avec la (...)
21-02-2018, Isac A. YAÏ
L’Amicale des anciens bénéficiaires des bourses japonaises (2A2Bj) a organisé au Carder d’Abomey-Calavi un atelier de (...)  

Construction du centre hospitalier Toviklin-Lalo-Dogbo : Dr (...)
21-02-2018, La rédaction
Tout est fin prêt pour la mise en service du centre hospitalier Toviklin-Lalo-Dogbo. A travers cet entretien, le (...)  

Respect de la décision de la Cour constitutionnelle : Les Osc (...)
21-02-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Les organisations de la société civile s’inquiètent du retard dans la désignation et l’installation du Cos-Lépi. A (...)