Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Crise à l’université d’Abomey-Calavi : Le Recteur Brice Sinsin explique la situation

L’Université d’Abomey-Calavi (Uac) traverse depuis un certain temps une situation de crise. Face aux hommes des médias hier dans la salle des actes du rectorat, le Recteur Brice Sinsin a fait l’état des lieux et invité les étudiants à écouter leurs enseignants.

JPEG - 299.8 ko

« Ce n’est pas le système Lmd qui est à la base de la crise. C’est en réalité un problème de gestion d’effectif pléthorique », a fait comprendre Brice Sinsin, Recteur de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) l’entame de la conférence de presse qu’il a animée hier dans la salle des actes du rectorat. A l’en croire, la crise est partie de la Faculté des lettres, arts et sciences humaines (Flash). « Les enseignants ont décidé depuis deux ans, d’entreprendre des réformes d’évaluation. L’une des plus importantes de ces réformes, consiste à passer à une session unique au lieu de deux, en faisant une délibération par semestre », a expliqué le Recteur. Selon Brice Sinsin, cette réforme est connue des étudiants qui avaient donné leur accord.
Poursuivant dans cette logique, le Recteur Brice Sinsin a fait comprendre que la crise était partie des résultats non satisfaisants obtenus par les étudiants après les évaluations du premier semestre. « Après l’affichage des premières notes, les étudiants n’ayant pas travaillé, ont pensé qu’il faut une seconde session pour rattraper leurs mauvais résultats. Le règlement prévoit pourtant une seule session », précise-t-il. Selon le Recteur suite à l’intervention du vice-premier ministre chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, François Abiola et du maire Hounsou-Guèdè, les enseignants se sont concertés et ont accepté d’accorder la seconde session aux étudiants en vue de sortir de la crise.
Au terme de cette conférence, le recteur invite les étudiants des autres facultés qui ne sont pas concernées par la crise à reprendre les cours. Il a aussi appelé les responsables d’associations des étudiants à lever leur motion de grève à fin que cette crise soit conjuguée au passé.
Melle Elvire SOGLO& Monia AZIAKOU (Stags)

23-07-2015, La rédaction


CHRONIQUES

En toute sincérité : Couple tête baissée !!
24-02-2017, Naguib ALAGBE
Sur le revers d’un veston, un long cheveu blond. Dans une poche, la facture d’un romantique restaurant. Et, un discret mais éloquent parfum émanant (...) Lire  

En vérité : La Cpi malgré tout !
22-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Pour un Hadj sans tribulations
22-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les Cauris au gré des intérêts (...)
20-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Couple et Incompatibilités (...)
17-02-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Des sacrifices pour l’intérêt (...)
14-02-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Enfants sorciers et infanticide rituel.
8-02-2017, La rédaction
Enfants sorciers et infanticide rituel.
8-02-2017, La rédaction


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1890

Lutte contre l’insécurité à Abomey-Calavi : Le CB Cyriaque Houngbo (...)
24-02-2017, La rédaction
Les populations de Cocotomey dans la commune d’Abomey-Calavi vivent mieux depuis quelques semaines. Ce calme, elles (...)  

Guerre autour des programmes télévisés : Quand la passion prend le (...)
24-02-2017, La rédaction
La cohabitation laisse souvent place à des oppositions de goût. L’un des conflits les plus courants met aux prises (...)  

La Cedeao fait le point de la mise en place de la réserve régionale (...)
23-02-2017, Isac A. YAÏ
La réserve régionale de sécurité alimentaire de la Cedeao est dans sa phase active. Afin de faire le bilan de ses (...)  

Insécurité grandissante au Bénin : Des véhicules attaqués, des biens (...)
23-02-2017, La rédaction
, Cotonou renoue progressivement avec l’insécurité. Le calme observé dans la capitale économique depuis quelques mois (...)