Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Décrispation de la situation sociale Les magistrats montrent la voie à suivre

JPEG - 67.1 ko

La genèse de l’endurcissement des mouvements de grève dans divers secteurs de la vie socio-économique nous renvoie indubitablement vers la question du retrait du droit de grève aux personnels de la santé, de la justice, de sécurité et aux magistrats, contenue dans la loi n°2017-43 modifiant et complétant la loi n°2015-18 du 13 juillet 2017 portant statut général de la Fonction publique votée par l’Assemblée nationale le 28 décembre 2017, et la loi n°2018-01 portant statut de la magistrature en République du Bénin votée par l’Assemblée nationale le 04 janvier 2018.
C’est dire que la montée en flèche de la tension sociale est essentiellement due à la suppression de l’exercice de ce droit, et non pas aux revendications d’ordre corporatiste, qui ont déjà fait l’objet de négociations pour la plupart, parfois même avec le président Patrice Talon, et assorties d’un échéancier convenu entre les parties. Ceci est d’autant plus vrai qu’à l’ouverture hier des négociations gouvernement-partenaires sociaux à l’Infosec de Cotonou, le premier point à l’ordre du jour est relatif à la question des libertés.
Pourquoi donc maintenir le mot d’ordre de grève pendant que le dialogue est ouvert, et que la Cour constitutionnelle a résolu l’essentiel de la question en déclarant contraires à la Constitution les dispositions querellées de la loi portant statut général de la Fonction publique et celles des nouveaux statuts de la magistrature relatives au retrait du droit de grève. La logique recommanderait que les centrales syndicales emboitent le pas aux magistrats en levant leur motion de grève, tout en poursuivant le dialogue pour la satisfaction des revendications. Il urge que l’Etat reprenne vie.

31-01-2018, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : Semaine décisive pour les candidats
18-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Pour eux, c’est la délivrance. Pendant que plusieurs candidats attendus aux prochaines élections législatives ne savent pas à quel saint se vouer (...) Lire  

En vérité : Sourire XXL chez les fonctionnaires
14-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Au secours de l’état civil (...)
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction
chronique culturelle : Retour à l’écriture
14-02-2019, La rédaction
En vérité : L’article 242 selon la Cena
13-02-2019, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Drame, larmes et après ?
18-02-2019, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2880

Comè / Lutte contre la criminalité faunique : 2 présumés trafiquants (...)
18-02-2019, La rédaction
Le gouvernement du Bénin fait de la lutte contre la criminalité faunique son cheval de bataille pour la protection (...)  

Naufrage d’une barque sur le fleuve Niger : L’Anpc vole au secours (...)
18-02-2019, Adrien TCHOMAKOU
Du soutien, les rescapés du naufrage survenu, il y a quelques jours, sur le fleuve Niger à Karimama en ont reçu de la (...)  

Commune d’Abomey-Calavi : Un fétiche Tolègba prend feu à Godomey, (...)
18-02-2019, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Le fétiche Tolègba situé au milieu de la rue à Godomey Denou, en face de l’église céleste en direction du Ceg Godomey a (...)  

Protection des obtentions végétales et des droits des agriculteurs (...)
18-02-2019, Isac A. YAÏ
Les organisations de la société civile réunies au sein de la Convergence globale des luttes pour la terre et l’eau (...)