Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Déliquescence du système éducatif béninois : Le réquisitoire de Léandre Gbénoudon

L’émission Zone franche du dimanche dernier aura été 90 minutes de réprobation contre la qualité du système éducatif béninois. Léandre Gbénoudon défend l’approche par compétence, pose les conditions de sa réussite puis remet en cause le Certificat d’études primaires.

JPEG - 227.8 ko

L’approche par compétence n’est qu’un bouc-émissaire pour justifier les résultats catastrophiques des examens de fin d’année et le niveau choquant des apprenants. C’est un point de vue de Léandre Gbénoudon,sur l’émission Zone franche hier. L’économiste planificateur de l’éducationdéplace le problème au niveau de la qualité des enseignants et dudéficit de moyens d’accompagnement. « Les nouveaux programmes sont bons. Il faut que ceux qui sont chargés de les mettre en œuvre soient bien formés. Tout le produit n’est pas mauvais. On ne peut pas l’arrêter », a-t-il souligné.
Tout en donnant raison à ceux qui croient savoir que les apprenants ne savent ni lire, ni écrire, il explique que l’apprentissage par les objets imagés était attendupour aider les écoliers à mieux comprendre l’enseignement en attendant d’apprendre par la méthode syllabique en classe de Ce2. Malheureusement, dit-il, « au regard des critiques, la progression a été abandonnée ».

Une question de moyens
Léandre Gbénoudon déplore le manque d’enseignants et de matériels pédagogiques dans les écoles. Une situation qui, selon lui, a contribué à altérer la qualité du système éducatif. D’ailleurs, pour lui, la pénurie d’enseignants de qualité remonte à la suppression des Ecoles normales. « J’ai élaboré la politique éducative en 91. L’accent a été mis sur la formation des maitres. Mais à la faveur des programmes d’ajustement structurel, il a été demandé que les Ecoles nationales d’instituteurs soient fermées. Je m’étais opposé mais ça faisait partie des conditionnalités », a-t-il argumenté. Et pour l’avenir, l’économiste planificateur de l’éducation plaide pour que l’Etat donne priorité à l’éducation, et puisse compter sur ses propres ressources pour développerl’école béninoise. « La volonté quimanque, c’est de maintenir l’équilibre entre les dépenses du personnel et les autres dépenses au profit de l’éducation. C’est aussi une aberration de former les maitres et d’attendre toute une procédure pour les recruter. Il y a des choses qui ne peuvent pas attendre », a laissé entendre l’invité de Zone franche. Il faut alors un plan d’urgence, comme ce fut le cas en Côte d’Ivoire avec un investissement de plus de 168 Milliards pour reconstruire les universités.

Le Cep n’a plus aucun sens
Le certificat d’études primaires perd progressivement sa valeur, au point où le consultant en éducation trouve qu’il faille plutôt le supprimer. C’est d’ailleurs un examen qui ne profiterait qu’à des tiers au regard, des avantages financiers générés par son organisation : « Le Cep n’a plus aucun sens, ce diplôme ne garantit plus rien. C’est un gouffre financier. Les trois milliards qui sont injectés dans l’organisation peuvent servir à développer l’enseignement ». Il suggère d’ailleurs que les écoliers ayant échoué au Cep 2016, soient admis à s’inscrire au secondaire.
La crise qui secoue l’Université d’Abomey-Calavi n’a pas été du reste. Pour l’invité de Zone franche, la décision d’invalidation de l’année à la Flash, bien que malheureuse est tout à fait juste pour garantir la qualité des diplômes. Puisque, dit-il, on ne peut valider des formations qui n’ont pas été exécutées. Léandre Gbénoudon remonte dans un passé récent et dénonce une politisation de l’Université, notamment avec la gratuité des inscriptions. « Au primaire,nous n’avons pas pu régler le problème de la gratuité. Au secondaire, les élèves payent. Mais, contre toute attente, on décrète la gratuité des inscriptions à l’Université, parce qu’on est en quête d’une popularité », a-t-il déploré. L’ancien collaborateur du Ministre Soulé Mana Lawani compte sur le Gouvernement de la rupture pour une restauration de la qualité du système éducatif béninois à travers des choix audacieux à impact réel.
Fulbert ADJIMEHOSSOU

5-09-2016, La rédaction


CHRONIQUES

Editorial : Plaidoyer pour les journées de salubrité
23-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
Disons-le sans détour. La ville de Cotonou a besoin d’un bon coup de balai. L’insalubrité qui y règne et à laquelle s’accommodent les habitants de (...) Lire  

En vérité : Fausse route pour l’Unamab !
23-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Républicaine posture !
22-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un projet avorté ?
22-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
Transversal : Nécessité d’une Dtn
22-03-2017, Ambroise ZINSOU
Editorial : Les députés face à l’histoire
20-03-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1920

Etroitesse d’une partie de la voie Comè-Lokossa-Dogbo en (...)
23-03-2017, La rédaction
Le Directeur des Infrastructures et des Transports Jacques Ayadji est à nouveau dans le collimateur des populations, (...)  

Cinquantenaire de la Jama’at Islamique Ahmadiyya du Benin La (...)
22-03-2017, Isac A. YAÏ
La Jama’at Islamique Ahmadiyya du Bénin a organisé le Samedi 18 mars 2017, la troisième conférence Interreligieuse (...)  

Enseignement de la langue française : Les enseignants se plaignent (...)
22-03-2017, La rédaction
Le Bénin, à l’instar des autres pays francophones dans le monde, a célébré hier la journée internationale de la (...)  

Audit du reversement dans la fonction publique : Des agents (...)
21-03-2017, La rédaction
Dans le cadre de l’audit annoncé par le Gouvernement et qui vise à faire la lumière sur le reversement massif d’agents (...)