Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Déroulement des examens du Bepc et du Bac : Les acteurs de l’éducation apprécient

Les deux dernières semaines ont essentiellement été marquées par la tenue effective des examens de Brevet d’études du premier cycle (Bepc) et du baccalauréat. Deux examens dont l’organisation a reçu les honneurs des acteurs de l’éducation. Enseignants, syndicats et apprenants ont salué l’implication des acteurs tels que le Directeur des examens et concours (Dec) et le Directeur de l’office du baccalauréat.

Anselme Amoussou, Sg Csa-Bénin
« Que la célérité ne nuise pas à la qualité des travaux de correction »

JPEG - 457.3 ko

La plupart du temps, l’organisation pratique des examens se passe sans fausse note majeure. Donc, cette année aussi, je pense que c’est déjà le cas pour le Bepc et que ce sera certainement le cas pour le bac aussi.
Mais la qualité d’un examen, c’est également le délai mis pour mettre fin au stress des candidats en donnant assez tôt les résultats. Et je pense que cela a toujours été une des doléances des parents et des apprenants. Si les directeurs des examens montrent qu’ils sont sensibles à cet aspect de l’organisation des examens nationaux, nous ne pouvons que nous en réjouir.
Il faut juste souhaiter que la célérité ne nuise pas à la qualité des activités de correction et de dépouillement des copies. On fera le point à la fin pour tirer les enseignements et faire de nouvelles propositions. »

Alexandre Adjinan, Porte-parole de l’intersyndicale des enseignants du secondaire
« Le déroulement sans faille des travaux n’est pas synonyme d’absence de malaise »

JPEG - 55.6 ko

« L’année scolaire qui tend vers sa fin a enregistré trois semaines de grève. Ce débrayage est dû au non-respect des engagements du gouvernement vis-à-vis des enseignants. À l’issue des négociations et vu les promesses faites par le gouvernement, les enseignants ont donné la preuve de leur bonne foi en reprenant le chemin de l’école.
Puisque les dates des examens n’ont pas été décalées, les enseignants qui sont de vrais patriotes ont consenti des sacrifices supplémentaires pour terminer les programmes dans toutes les classes, en l’occurrence celles d’examen. Les différents examens de fin d’année ont donc démarré conformément au calendrier initialement retenu par le gouvernement. Ainsi, au niveau de l’enseignement secondaire général, les épreuves écrites du Brevet d’Etudes du Premier Cycle (Bepc) se sont déroulées du lundi 12 au mercredi 15 juin 2017. Celles du Baccalauréat se sont déroulées du lundi 19 au mercredi 21 juin 2017.
La correction des épreuves écrites du Bepc a démarré sur toute l’étendue du territoire national ce jeudi 22 juin 2017. Celle des épreuves écrites du Baccalauréat va démarrer certainement le lundi 03 juillet 2017. Le déroulement sans faille des travaux liés aux différents examens n’est pas synonyme d’absence de malaise au niveau du sous-secteur de l’enseignement secondaire. Des problèmes existent et sont sans solution. On peut citer par exemple la non prise des arrêtés d’application du décret 2015-592 du 21 novembre 2015 portant statuts particuliers des corps des personnels enseignants de l’enseignement du second degré ; le non-respect des engagements pris par le Mestfp lors des négociations avec l’intersyndicale. À ce niveau, il s’agit du refus du Cabinet du Mestfp de convoquer le comité devant travailler sur l’arrêté portant modalités de recrutement et d’emploi des enseignants vacataires ; du refus du gouvernement de régler les problèmes de reconnaissance de diplômes en instance depuis des années ; le refus du Mestfp de prendre des dispositions pour le retour des détenteurs du Bapes et du Bapet ayant déjà rempli les conditions prévues par les textes, dans les différentes écoles normales supérieures, pour être formés respectivement pour le Capes et le Capet ; l’incertitude relative à l’organisation des sessions de rattrapage au profit des Ace de la promotion 2008 mis en formation depuis 2011. Face à ce tableau sombre, il est clair que la rentrée d’octobre 2017 est systématiquement hypothéquée, si le gouvernement continue dans le refus de régler les problèmes et le non-respect de ses engagements ».

Noël Chadaré, Sg Cosi-Bénin
« Il faut accorder une mention spéciale à l’organisation de ces deux examens »

JPEG - 79.2 ko

« Ce que j’ai eu comme information, aussi bien du Bepc que du Bac, c’est que ces deux examens ont été organisés avec beaucoup de professionnalisme. Il n’y a pas eu d’incident majeur, tout s’est bien passé, comme à l’accoutumée. Même au niveau des sujets, les candidats au Bepc ont estimé que l’examen était à leur portée. Pour le Bac, il y a eu quelques plaintes au niveau de la série D, des plaintes concernant la teneur des épreuves. Selon ces candidats, c’est des épreuves qui sont très corsées. D’autres disent que c’est acceptable. Mais dans l’ensemble, il faut accorder une mention spéciale à l’organisation de ces deux examens. A la tête de la Direction de l’office du baccalauréat et de la Direction des examens et concours, ce sont des gens qui sont habitués à la chose. Donc, il ne peut en être autrement. Les examens sont très bien organisés.
La nouveauté ici, c’est beaucoup plus du côté du Bepc, parce que le Bac respecte toujours le délai. On a déjà une idée de quand les délibérations vont s’effectuer. Vous voyez que je suis dans l’organisation du bac en tant que superviseur adjoint, et on est en train de faire l’anonymat. Progressivement, nous irons à la correction et la délibération. Pour le Bepc, c’est une nouveauté, parce qu’on constate que le délai qui sépare le déroulement des épreuves de la correction a été réduit. C’était généralement deux semaines, mais on a constaté que la correction a démarré hier. Ça permet de réduire aussi l’attente anxieuse des candidats qui ont composé et attendent désespérément leurs résultats. Il faut féliciter le Directeur des examens et concours pour cet effort. C’est un plus qu’il faut apprécier à sa juste valeur. On espère que les corrections se dérouleront bien, et que les correcteurs travailleront avec beaucoup de professionnalisme, n’iront pas à la va vite pour bâcler le travail. Les enfants pourraient en pâtir. On attend de voir des correcteurs soucieux de faire un bon travail. Les connaissant, je crois qu’il y a une dose élevée de conscience professionnelle. Il suffit qu’on insiste là-dessus pour attirer leur attention sur cet état de choses. On espère qu’à la fin, on aura de bons résultats….
…Il ne devrait pas y avoir une guéguerre entre les enseignants du secondaire et du supérieur, il y a eu un séminaire que nous avons tenu. Il suffit d’appliquer les résolutions du séminaire de Bohicon, et il ne devrait pas avoir de guéguerre entre ces acteurs au sujet des travaux du Bac. On est suffisamment responsables et conscients de ce que les candidats attendent de nous. L’exigence des enseignants du secondaire est la mise en œuvre des résolutions du séminaire de Bohicon sur le Bac. Il y a des actes administratifs qui doivent être pris pour que chacun joue sa partition pour une meilleure organisation du Bac. Les actes administratifs tardent à être pris par le ministère de l’enseignement supérieur. C’est peut-être ce retard qui provoque quelques mécontentements. Mais je crois qu’il n’y aura véritablement pas de guéguerre. On est condamné à travailler ensemble, à nous entendre pour le bonheur des enfants ».

Solange Gangbazo, élève en Tle A
« Nous avons travaillé dans une très bonne ambiance »

L’examen s’est très bien passé. Nous avons travaillé dans une très bonne ambiance. Nous n’avons pas trop subi la pression des surveillants. Même les agents de sécurité ont fait preuve de sérénité. Seulement qu’en Mathématique et en Anglais, j’ai eu un peu de difficultés, mais je pense que ça ira. C’est vrai qu’en Maths, je ne comprends pas grand-chose, mais je pense que je pourrais m’en sortir. Avant l’examen, j’ai reçu beaucoup de conseils, ce qui m’a permis de me débrouiller dans les autres matières. Actuellement, je me repose pour me remettre de la fatigue. Ensuite, j’ai fait le programme de rendre visite à quelques amis. L’examen est fini et j’ai le regard tourné vers les résultats. Je prie Dieu que le succès soit de mon côté.

23-06-2017, Patrice SOKEGBE


CHRONIQUES

En vérité : Après Macron, la Cedeao… !
25-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Que diable reprochent-ils au boom démographique en Afrique ! D’abord, comme une pavée dans la marre, c’est le président Macron, en marge du sommet du (...) Lire  

Editorial : Un éternel recommencement !
25-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’Un en chute libre
24-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Chronique culturelle
21-07-2017, La rédaction
Editorial : Le pain à polémique
20-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Des vagues à combattre !
20-07-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Cep 2017 : Un taux de réussite de 65,15%
24-07-2017, Patrice SOKEGBE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2100

Organisation des examens nationaux de Licence : Forum grandes (...)
25-07-2017, Karim O. ANONRIN
L’association des grandes écoles, instituts et universités privés du Bénin dénommée Forum Grandes Ecoles (Fge) a tenu le (...)  

Formation des associations de consommateurs partenaires : (...)
25-07-2017, Isac A. YAÏ
Aider les consommateurs à mieux comprendre les offres de services des opérateurs Gsm. Tel est l’objectif de l’atelier (...)  

Cep 2017 : Un taux de réussite de 65,15%
24-07-2017, Patrice SOKEGBE
L’examen du Certificat d’études primaires session de juin 2017 a livré son verdict vendredi dernier. A la délibération, (...)  

Mauvaise gouvernance à la Sonacop : Les Béninois toujours en (...)
21-07-2017, La rédaction
Les mois s’égrènent, et l’attente se fait longue, voire peu prometteuse. De nombreux clients de la Société nationale (...)