Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Droit des procédures de l’Ohada : Praticiens de droit et Sfd s’approprient les nouveaux dispositifs

JPEG - 337.7 ko

Informer les praticiens de droit sur les innovations de l’acte uniforme portant organisation des procédures collectives d’apurement du passif adopté le 10 septembre 2015. Tel est l’objectif de l’atelier qui s’est déroulé hier dans les locaux de Bénin royal hôtel à Cotonou. Initié par le Conseil présidentiel de l’investissement (Cpi), cet atelier qui s’est penché sur l’importance de l’acte uniforme révisé a réuni les acteurs de l’appareil judiciaire et les financiers. « D’après le communiqué du secrétariat permanent de l’Ohada du 11 septembre 2015, le nouvel acte tend à renforcer la célérité et l’efficacité des procédures collectives, favoriser le sauvetage des entreprises viables et le paiement substantiel des créanciers. Il est donc de nature à soutenir le développement du marché des crédits et du secteur privé dans les pays de l’espace Ohada. Il constituera donc un levier important d’accès à un meilleur financement pour les entreprises, de préservation et de création d’emplois et de promotion de la croissance économique dans les Etats membres de l’Ohada », a expliqué Nasser Yayi, Secrétaire permanent du Conseil présidentiel de l’investissement (Sp/Cpi). Ainsi, ce nouvel acte favorise progressivement l’accès aux crédits des micro et petites entreprises et vient au secours des entreprises en difficulté. « L’acte uniforme portant organisation des procédures collectives est le produit d’une longue évolution du droit applicable aux agents économiques dont l’activité connaît déjà ou laisse entrevoir des difficultés qui ne peuvent être résolues que par une intervention particulière des associés, de leur partenaire financier ou de l’appareil judiciaire… Originairement, cette mesure peut conduire à une remise à flot ou à la liquidation, mais le législateur Ohada privilégie la sauvegarde de l’entreprise en tant que cellule économique », a expliqué le garde de des sceaux, ministre de la justice, de la législation et des droits de l’homme.

JPEG - 320.6 ko

Ainsi, le nouvel acte adopté le 10 septembre 2015 a connu des innovations permettant de faciliter davantage l’accès des entreprises au crédit bancaire. « La première innovation consiste à dissocier le traitement de l’entreprise de celui de l’entrepreneur en faisant prévaloir le principe de la distinction de l’homme et de l’entreprise qui doit être sauvée », a précisé le ministre de la justice. A en croire Nasser Yayi, le législateur Ohada a su aligner le nouveau texte sur les standards internationaux en rendant les mécanismes existants plus attractifs, notamment en matière de prévention et de traitement des créanciers en y apportant de remarquables innovations avec des spécificités procédurales nouvelles. « Mon souhait est qu’à l’issue de cet atelier, les banques et les établissements financiers de même que le système financier décentralisé soient davantage éclairés et surtout rassurés quant au financement qu’ils pourront accorder aux micro et petites entreprises. L’acte uniforme révisé représente un droit protecteur des créanciers, mais également un droit de sauvegarde des entreprises », a-t-il conclu.

3-02-2016, Isac A. YAÏ


CHRONIQUES

En vérité : Ofmas, pas de quoi fouetter un chat !
21-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Des poux, même sur des crânes rasés, il y a des spécialistes de la polémique qui toujours, en trouvent. Des accusations sans fondement et des (...) Lire  

Editorial : Hehomey, un tigre en papier (...)
20-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Retour d’un fils polémiste !
20-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Dans la tourmente de l’Unesco (...)
19-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un mutisme surprenant
19-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La rentrée du Nouveau départ (...)
18-09-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Mises aux arrêts de rigueur : Les explications du Dgpn au (...)
31-08-2017, La rédaction, Landry Salanon
Mises aux arrêts de rigueur : Les explications du Dgpn au (...)
31-08-2017, La rédaction, Landry Salanon


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2160

Vie des couples : Les femmes ménagères, des êtres aux mille (...)
20-09-2017, La rédaction
Elles sont nombreuses, les femmes qui n’ont de dévotion que pour leur foyer. Consacrées en permanence aux activités (...)  

Amélioration du système éducatif au secondaire : Lucien Kokou lance (...)
20-09-2017, La rédaction
Le Ministre de l’Enseignement Secondaire de la Formation Technique et Professionnelle, Lucien Kokou, a lancé le (...)  

Rentrée scolaire 2017-2018 : Le vrai visage de l’école
20-09-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Les cours dans les établissements publics ne se dispenseront pas sur les chaînes de radio et de télévision, encore (...)  

Interview avec Dr Stéphane Hountovo, Gynécologue-Obstétricien au (...)
20-09-2017, La rédaction
La dysménorrhée ou règles douloureuses est une douleur qui précède, accompagne ou suit la menstruation 30 à 50% des (...)