Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Entretien avec Rémi Tamègnon, Docteur en Economie des Transports : « Le gouvernement béninois a pris une bonne décision en augmentant les tarifs aux postes de péage »

Docteur en Economie des Transports à l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) et Expert Agrégé en Economie des Transports et Assurances Maritime, Aérienne et Terrestre près la Cour d’Appel de Cotonou et les Juridictions béninoises, Rémi Tamègnon se prononce sur la décision du gouvernement qui augmente les grilles tarifaires aux postes de péage sur tout le territoire national.

JPEG - 254.3 ko

Depuis quelques jours, le gouvernement a augmenté les frais aux postes de péage sur tout le territoire national. Que pensez-vous de cette décision ?
Le gouvernement béninois a pris une bonne décision en augmentant les frais aux postes de péage sur tout le territoire. Depuis plus d’une dizaine d’années, l’Etat n’a jamais pensé à augmenter les tarifs au niveau des postes de péage, ce qui pèse lourdement sur les concessionnaires. Cela justifie le non renouvellement de leurs matériels et des équipements adéquats selon les normes en vigueur. Ces tarifs qui sont restés statiques depuis plusieurs années ne permettent pas non plus à l’Etat béninois de faire l’aménagement des espaces publics au niveau des carrefours et la réhabilitation des infrastructures routières.
Cette hausse des prix au niveau des postes de péage peut s’expliquer en 3 points essentiels :
• l’augmentation minimale prévue dans le contrat des concessionnaires d’une période bien déterminée en tenant compte de certains facteurs ;
• la redevance domaniale : qui est versée par les concessionnaires à l’Etat. Cette somme étant en hausse, les sociétés peuvent augmenter les prix au niveau des postes de péage.
• l’impact des travaux sur les prix : si des travaux ont été effectués sur les sections de la société, cela peut expliquer en partie ces tarifs revus à la hausse.

Quels impacts aura cette décision sur l’économie du transport ?
Les impacts que cela peut avoir sur l’économie du transport sont énormes. L’Etat va encaisser des fonds pour l’entretien des infrastructures routières, le financement des réseaux routiers pour la libre circulation des personnes et des biens, le développement direct et indirect d’autres secteurs.

A quoi pourront servir ces nouveaux frais ?
Il ne s’agit pas de nouveaux frais mais de révision des prix des péages compte tenu du trafic et d’autres paramètres. A mon avis, le contrat entre les concessionnaires et l’Etat béninois doit bien stipuler la révision ou l’augmentation des prix de péages après une période donnée. Il peut être sur 2 ou 5 ans selon la décision de l’Etat, vu l’ambition du chef de l’Etat pour la réalisation et la modernisation de certaines infrastructures routières, la création d’échangeurs, d’aires de covoiturage, d’éco- ponts ou encore de murs antibruit, des parcs de stationnement modernes….. Toutes ces activités devraient également permettre la création d’emplois

Un dernier mot pour clore cet entretien ?
Je remercie le Chef de l’Etat Patrice Talon et son Ministre des Infrastructures et des Transports, Dr Alassane Séidou pour la décision salutaire en ce qui concerne l’augmentation des frais aux postes de péage sur tout le territoire national. On ne peut pas construire un pays sans le minimum de redevances.
Je profite de cette occasion pour encourager le Chef de l’Etat dans sa politique de développement en matière d’infrastructures routières et accélérer le plus tôt possible l’achèvement des autres ponts péage dans le pays afin de permettre aux usagers la libre circulation des personnes et des biens. Je demande au Chef de l’Etat de faire appel aux experts en Economie des Transports pour l’accompagner dans sa politique de développement en matière d’infrastructures routières et aussi pour l’économie de notre pays.
Propos recueillis par Isac A. YAI

4-07-2018, Isac A. YAÏ


CHRONIQUES

En vérité : Ganvié, de l’ombre à la lumière
19-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Elle est en passe de mériter ce qualificatif. Baptisée pompeusement sous le vocable de « Venise de l’Afrique », la cité lacustre de Ganvié est restée (...) Lire  

Editorial : Energie : Prestation tendance (...)
19-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Semaine décisive pour les candidats
18-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Sourire XXL chez les fonctionnaires
14-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Au secours de l’état civil (...)
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Drame, larmes et après ?
18-02-2019, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2880

Papa pour la première fois : Merveilleuse histoire de vie après (...)
19-02-2019, La rédaction
L’une des meilleures expériences que peut faire un homme sur terre, est de devenir père. Une responsabilité pas des (...)  

Moutawakil Boukari Malick au sujet du site d’accueil des pèlerins : (...)
19-02-2019, La rédaction
Le Gouvernement met les bouchées doubles pour offrir de meilleures conditions aux pèlerins au Hadj. Le conseil des (...)  

Comè / Lutte contre la criminalité faunique : 2 présumés trafiquants (...)
18-02-2019, La rédaction
Le gouvernement du Bénin fait de la lutte contre la criminalité faunique son cheval de bataille pour la protection (...)  

Naufrage d’une barque sur le fleuve Niger : L’Anpc vole au secours (...)
18-02-2019, Adrien TCHOMAKOU
Du soutien, les rescapés du naufrage survenu, il y a quelques jours, sur le fleuve Niger à Karimama en ont reçu de la (...)