Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Exercice en clientèle privée : 81 médecins spécialistes quittent le service public

JPEG - 64.7 ko

L’injonction faite par le gouvernement aux praticiens de la santé exerçant dans le service public risque d’être lourd de conséquences. Forcés à choisir entre exercer en clientèle privée ou être fonctionnaires de l’Etat, ils sont nombreux à laisser libre cours à leur penchant pour le privé. Ainsi, 81 médecins spécialistes viennent de renoncer à leur titre de fonctionnaire. Du moins, selon l’arrêté portant autorisation de l’exercice en clientèle privée de la profession médicale, des gynécologues, obstétriciens, chirurgiens traumatologues, orthopédistes, généralistes, pédiatres, immunologues, hématologues et pathologues médicaux, ophtalmologues, dermatologues, vénérologues, rhumatologues, biologistes, cardiologues, anesthésistes réanimateurs, radiologues, neurologues et bien d’autres sont autorisés à exercer la profession de médecin spécialiste en clientèle privée dans le respect de la déontologie et des textes en vigueur. Mais : « au cas où il s’avèrerait que le bénéficiaire d’une autorisation conserverait des liens contractuels ou similaires avec une formation sanitaire publique, la présente autorisation s’annule automatiquement ». Avec une telle autorisation, les personnes concernées sont désormais exclus des formations sanitaires publiques.
Et c’est là tout l’enjeu, surtout quand on se réfère au nombre insuffisant de médecins spécialistes. Certes, ces départs ‘’volontaires’’ prouvent à suffisance que le diagnostic posé par le gouvernement et qui fait état de ce que ces fonctionnaires délaissaient le public au profit du privé est exact. Seulement, le vide laissé causera davantage de tort aux usagers des hôpitaux publics notamment les plus démunis. Il va alors falloir que l’Etat prenne dans les meilleurs délais des mesures palliatives. Mieux, il doit se pencher sur les réels problèmes qui ont facilité cette ruée vers le privé. Car, ce nombre impressionnant de démissionnaires devrait interpeller à plus d’un titre.

2-11-2018, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : La bibliothèque qu’il manquait
17-04-2019, Moïse DOSSOUMOU
32 000 lois et décrets disponibles et accessibles sur une seule et même plateforme électronique. C’est le défi qu’a relevé le secrétariat général du (...) Lire  

En toute sincérit : Le mystère du mariage
17-04-2019, La rédaction
En vérité : Talon face au peuple
11-04-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Interdits pour campagne !
11-04-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : La réforme du vêtement
9-04-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’envolée digitale !
9-04-2019, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2940

Mobilisation de recettes : La Douane réalise un taux de 100,14% au (...)
18-04-2019, La rédaction
Le directeur général de la douane, Charles Sacca, a procédé lundi dernier au renforcement des capacités des agents de (...)  

Assemblée générale élective de l’Amreb : Le Gl Mathieu Boni reconduit (...)
11-04-2019, Isac A. YAÏ
Un nouveau départ pour les anciens militaires. Au terme de leur Assemblée générale nationale élective, les membres de (...)  

Insécurité dans le Golfe de Guinée : Des acteurs outillés pour (...)
11-04-2019, Arnaud DOUMANHOUN
Sécurité sur les côtes du Golfe de Guinée. Le ministre de la justice, Séverin Quenum a ouvert les travaux de l’atelier (...)  

Suite et fin du processus de transformation du manioc en gari : (...)
11-04-2019, Patrice SOKEGBE
Permettre aux femmes d’avoir une autonomie financière. Tel est l’objectif de l’Association des Femmes Alôdo-Alômin pour (...)