Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Fêtes de fin d’année : Les préparatifs vont bon train malgré la morosité économique

A l’approche des fêtes de fin d’année, Cotonou et ses environs brillent de mille feux. Les couleurs et les senteurs nous plongent dans l’ambiance euphorique que peuvent susciter Noel et le Nouvel An. Mais ce climat particulier n’efface pas pour autant la morosité économique qui sévit actuellement. Reportage :

JPEG - 288.2 ko

La ville semble toute brillante avec ses décorations et ses guirlandes. Les feux tricolores, les ronds-points et les divers carrefours de la ville sont pris d’assaut par les marchands ambulants de jouets, d’accessoires et masques de déguisement, mais aussi de pétards et de feux d’artifice. Cotonou est totalement dans l’effervescence des fêtes de fin d’année. Le constat est clair, les fêtes sont là. D’Itaa carrefour au carrefour Toyota en passant par l’échangeur de Godomey, tout scintille. Abomey-Calavi et Cotonou font leur toilette. Rien n’y échappe. En plus du désensablement des axes routiers, les grands carrefours sont aménagés pour la circonstance. « Au moins, les fêtes de fin d’année permettent aux autorités d’assainir la ville. Un air de propreté se dégage et c’est bien pour les fêtes. Tous ces aménagements nous plongent dans l’ambiance des fêtes », a affirmé Johannès Houssou, informaticien. Pour Diane, la trentaine environ et mère de famille, « j’aime cette période de fin d’année, car ceci est l’occasion de rendre propre son entourage et de se réjouir ». Mais à côté de toute cette ambiance se trouve une autre réalité moins heureuse. La morosité économique qui sévit en cette veille de fêtes de fin d’année.

Malgré la morosité économique
« Je n’ai même pas encore payé un poulet ni les boissons. C’est incroyable. L’année passée, j’ai eu les moyens de payer un cabri. La situation économique devient de jour en jour difficile », a déclaré Innocent, père de famille. Aussi, selon dame Sossouhounto, « il y a tout pour fêter, de bons pagnes, des jouets destinés aux enfants et les boissons. Mais les moyens financiers font défaut ». A l’instar de ceux-ci, beaucoup pensent que l’argent ne circule pas dans le pays depuis l’avènement du gouvernement de la rupture, d’où la mévente qui s’observe dans les marchés. « Les fêtes s’approchent à grands pas et je ne vends même pas. Tous les clients qui viennent disent qu’il n’y a pas d’argent. Ceux qui font l’effort d’acheter jugent trop cher les articles qui leur sont proposés », a confié Viviane, vendeuses de pagne et de chaussures au carrefour Itaa. Selon Ignace, un client rencontré sur les lieux, « diverses gammes de produits sont disponibles, mais les moyens font défaut. Donc, j’essaie de payer le strict nécessaire pour la fête. Ce n’est pas une année comme les autres. C’est une année spéciale et on fera avec les moyens qu’on a tout en espérant que la situation s’améliore dans les prochaines années ». Aussi, a-t-il ajouté, « peu importe la morosité qu’il y aura, la fête aura lieu. Le plus important, c’est la santé ». En plus de la mévente dans les marchés, un autre phénomène majeur se révèle, la vente des produits périmés.

Les produits périmés s’invitent dans la fête
La période des fêtes est un moment pour faire de bonnes affaires, aussi bien pour les commerçants que pour les consommateurs. On assiste par endroits à des « promos choc ». De nouveaux produits apparaissent à des prix défiant toute concurrence. La liquidation est le terme employé par ces vendeurs pour attirer les clients. « Je fais beaucoup attention en vérifiant la date de péremption des produits que je paie en cette période. Des bonnes dames sont prêtes à tout pour écouler les produits périmés en cette période », a déclaré dame Assogba, cliente rencontrée au marché Mènontin. A en croire ses propos, tout le monde n’est pas vigilant en cette période. « Malgré les mises en garde du ministère de la santé, nombreux sont ceux-là qui tombent encore dans le piège. En tout cas, je suis avertie et je prends mes précautions, notamment en ce qui concerne les boissons, biscuits et les boîtes de conserve », a expliqué Sandrine, médecin. De ce fait, il est important que les autorités à divers niveaux prennent les dispositions afin que les fêtes se déroulent dans le calme et la gaité.

Les places publiques de Cotonou scintillent

JPEG - 77.1 ko

Mercredi 21 décembre 2016, il est 9h. Sur la place de l’Etoile rouge, des ouvriers mettent les bouchées doubles pour la rendre plus attrayante avant le 31 décembre. Les guirlandes dressées autour du statut ‘’Jacob’’ donnent à la place l’image d’une case qui brille une fois la nuit tombée. A l’entrée de la place publique, du côté de la voie qui mène à l’église catholique Saint Jean Baptiste, se dresse sous forme de porte en grand format l’année 2017. Plusieurs vœux écrits sur un petit pylône se succèdent au fur et à mesure qu’on contourne la place publique. « J’ai du plaisir à me balader ici tous les soirs. La première fois que j’ai vu la décoration, je croyais qu’ils avaient fini le travail, mais chaque soir je constate qu’il y a encore quelque chose de nouveau qui s’y ajoute », déclare Isidore, un riverain rencontré sur place. Assis à même le sol, Isidore regarde, admiratif, les ouvriers poser les guirlandes dans les arbres qui ceinturent la place. Pour lui, c’est la toute première fois qu’on prend soin de ce lieu qui l’a vu naître. « Cotonou n’a rien à envier aux autres villes dites développées. On a aussi chez nous des places publiques qui peuvent rivaliser avec celles des pays européens si on prend soin d’elles », a-t-il confié. Les soirs, la place de l’Etoile rouge grouille de monde. Bien éclairée et rendue attrayante par ces diverses décorations, elle ne laisse personne indifférent. « On sent qu’il y a une fête qui s’annonce lorsqu’on vient sur la place de l’Etoile rouge », affirme Patrick, un habitué des lieux. Du rond-point carrefour ‘’Toyota’’ à la place des martyrs en passant par cadjèhoun, le constat est le même. La ville, malgré la morosité économique, est dans la ferveur de la fête.
Dios CHACHA & Sandric DJIKPE (Coll)

22-12-2016, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : Ofmas, pas de quoi fouetter un chat !
21-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Des poux, même sur des crânes rasés, il y a des spécialistes de la polémique qui toujours, en trouvent. Des accusations sans fondement et des (...) Lire  

Editorial : Hehomey, un tigre en papier (...)
20-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Retour d’un fils polémiste !
20-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Dans la tourmente de l’Unesco (...)
19-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un mutisme surprenant
19-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La rentrée du Nouveau départ (...)
18-09-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Mises aux arrêts de rigueur : Les explications du Dgpn au (...)
31-08-2017, La rédaction, Landry Salanon
Mises aux arrêts de rigueur : Les explications du Dgpn au (...)
31-08-2017, La rédaction, Landry Salanon


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2160

Vie des couples : Les femmes ménagères, des êtres aux mille (...)
20-09-2017, La rédaction
Elles sont nombreuses, les femmes qui n’ont de dévotion que pour leur foyer. Consacrées en permanence aux activités (...)  

Amélioration du système éducatif au secondaire : Lucien Kokou lance (...)
20-09-2017, La rédaction
Le Ministre de l’Enseignement Secondaire de la Formation Technique et Professionnelle, Lucien Kokou, a lancé le (...)  

Rentrée scolaire 2017-2018 : Le vrai visage de l’école
20-09-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Les cours dans les établissements publics ne se dispenseront pas sur les chaînes de radio et de télévision, encore (...)  

Interview avec Dr Stéphane Hountovo, Gynécologue-Obstétricien au (...)
20-09-2017, La rédaction
La dysménorrhée ou règles douloureuses est une douleur qui précède, accompagne ou suit la menstruation 30 à 50% des (...)