Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Floraison des transporteurs clandestins à Bohicon : Complicité ou laxisme des forces de l’ordre et des autorités communales ?

JPEG - 67.7 ko
Luc Attrokpo, maire de Bohicon

Complices ou simplement passifs ? Dans tous les cas, le laisser-aller qui prévaut dans la gestion de certaines affaires à Bohicon met les forces de l’ordre et la mairie dans une position délicate. Le mal est profond à telle enseigne que si les autorités communales n’y prennent garde, il finira par voiler les efforts à la tête de la commune. Sinon, comment comprendre qu’au vu et au su des agents de la mairie et des forces de l’ordre, sur un domaine mis à disposition par l’administration territoriale pour servir de gare routière, des conducteurs de taxi-ville hors-norme vaquent délibérément à leurs activités en toute assurance. Sur la gare routière de Zakpo par exemple, la clandestinité est criante au point où il devient difficile de ne pas y voir la passivité de la mairie. Sans aucune inquiétude, les fraudeurs contournent délibérément les contraintes d’exercice d’une telle activité. En réalité, un véhicule personnel, de plaque d’immatriculation blanche, ne peut servir à faire du taxi-ville. C’est une activité régie par des normes et qui contraint les conducteurs à des formalités obligatoires au niveau de la Direction des transports. Et vraisemblablement, c’est pour éviter de payer certaines taxes à l’Etat et réduire les frais d’assurance exigés et qui reviennent plus chers aux conducteurs de taxi-autos que des conducteurs trouvent l’échappatoire de faire du « clando ». Et là-dessus, l’indifférence de la mairie de Bohicon favorise la prolifération. De même, on est forcé de reconnaitre le laxisme des forces de sécurité qui semble être défiée par ces conducteurs. Et quand, le phénomène en question participe à une évasion fiscale, il faudra bien qu’au plus tôt et pour une justice équitable, on en arrive à y mettre fin.

25-01-2017, Géraud AGOÏ


CHRONIQUES

En toute sincérité : Entre midi et deux !
27-04-2018, Naguib ALAGBE
Douze heure trente ! A Cotonou c’est la pause. Publique ou pas, l’administration peut maintenant se vider momentanément de son personnel. Il faut (...) Lire  

En vérité : Bail sans pagaille !
26-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Chronique judiciaire : 7 ans de travaux forcés (...)
26-04-2018, Isac A. YAÏ
Editorial : L’agro industrie en hibernation
26-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Jeunesse, grande inquiétude (...)
25-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Plaidoyer pour l’hygiène publique
25-04-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2490

Le Cb douane Marcellin Laourou annonce la répression de la (...)
27-04-2018, La rédaction
Au Port autonome de Cotonou, la répression de la non-conformité des plombs est désormais systématique, assortie (...)  

Dr Akibou Akindélé, spécialiste en ethno-climatologie « Il faut (...)
26-04-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
A travers les comportements de la faune et de la flore, il est aussi possible d’apprécier la variabilité climatique. (...)  

Efficacité des mesures douanières au Port de Cotonou : Le Cb (...)
25-04-2018, La rédaction
Vigilance et pragmatisme. Ce sont les mots qui caractérisent désormais la Brigade Douane Cotonou Port, notamment face (...)  

Stigmatisation des vieillards : Les personnes du 3ème âge victimes (...)
25-04-2018, La rédaction
Les personnes du 3ème âge sont pour la plupart moins considérées dans la société. Elles subissent le plus souvent une (...)