Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Fonctions de juge et de conseiller consulaires : Les opérateurs économiques outillés sur les modalités

JPEG - 223.4 ko
Jean Baptiste Satchivi, Président de la Ccib

La chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Ccib) a instruit hier les opérateurs économiques des départements du Zou et des Collines, du Mono et du Couffo sur les modalités portant établissement des listes d’aptitude aux fonctions de juge consulaire dans les tribunaux de commerce ou de conseiller consulaire dans les cours d’appel de commerce. La sensibilisation tenue à la direction départementale de la Ccib à Abomey vise à pourvoir les juridictions commerciales d’hommes et de femmes de qualité maîtrisant le monde des affaires, et qui, aux côtés des juges professionnels, seront capables de mener à bien et dans des délais records, le règlement des conflits entre particuliers ou entre particuliers et l’Etat central issus du domaine des affaires. En effet, l’État en juillet dernier, avec l’appui de l’Assemblée Nationale, à doter le Bénin d’une loi portant création des tribunaux de commerce à Cotonou, Abomey et Parakou et des cours d’appels de commerce à Porto-Novo, Abomey et Parakou. Cette loi pour laquelle le privé s’est battu, rappelle Bernard Hounnouvi, Directeur exécutif du Cnpa Bénin, va conforter les opérateurs économiques dans leur besoin d’investir. Dans ces juridictions commerciales, siègeront des magistrats mais aussi des opérateurs économiques portant le titre de juges consulaires ou de conseillers consulaires. « Si la médiation et la conciliation échouent, ce sont des professionnels qui s’occuperont du dossier », s’est réjoui Christophe Tozo, Président de la chambre d’arbitrage de conciliation et de médiation à la Ccib (Camec Ccib). L’autre avantage renchérit le Préfet du Zou, Firmin Kouton, est la célérité que connaîtront les dossiers de litiges qui parviendront à ces juridictions de commerce. « Le temps, c’est de l’argent, dit-on en affaires. Il n’est pas indiqué de perdre du temps. La célérité requise dans ce monde faisant défaut dans nos juridictions ordinaires, il était nécessaire de créer les juridictions commerciales », a dit Firmin Kouton. Cette loi et la concrétisation des juridictions commerciales rassureront les investisseurs aussi bien nationaux qu’internationaux sur la destination Bénin.

29-12-2016, Géraud AGOÏ


CHRONIQUES

Chronique culturelle
21-07-2017, La rédaction
Nous nous sommes donnés comme mission depuis un certain temps d’apporter notre expertise et notre expérience au service de la culture béninoise qui (...) Lire  

Editorial : Le pain à polémique
20-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Des vagues à combattre !
20-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Formule ‘‘Portabilité mobile’’ !
19-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Que fait Talon de sa majorité (...)
19-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le Bénin sportif, pourquoi pas (...)
18-07-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2100

Mauvaise gouvernance à la Sonacop : Les Béninois toujours en (...)
21-07-2017, La rédaction
Les mois s’égrènent, et l’attente se fait longue, voire peu prometteuse. De nombreux clients de la Société nationale (...)  

Avancée audiovisuelle : 3 nouveautés majeures pour les abonnés (...)
21-07-2017, Isac A. YAÏ
A compter de ce vendredi 21 juillet, les abonnés Canal+ constateront 3 nouveautés majeures dans leur abonnement. Ces (...)  

2ème édition de la fête du cinéma : Canal+ Bénin rapproche davantage (...)
20-07-2017, Isac A. YAÏ
Après le succès connu par la première édition, Canal+ Bénin lance la deuxième édition de la « fête du cinéma ». Cette (...)  

Affaire 54 kg de drogue au port de Cotonou : Les deux (...)
19-07-2017, Naguib ALAGBE
Ils ne sont certainement pas au bout de leurs peines. Mais ils peuvent déjà se frotter les mains. Interpellés une (...)