Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Formation des formateurs sur les Spg : La Giz pour la promotion de l’agriculture biologique

Du 12 au 16 décembre se déroule à Livingstone à Cotonou la formation des formateurs sur les Systèmes participatifs de garantie (Spg). Initiée par la Coopérative allemande Giz, cette formation réunit des participants venus de cinq pays francophones africains tels que le Bénin, le Burkina-Faso, le Cameroun, le Mali et le Togo.

JPEG - 139.6 ko

Mettre à la disposition des consommateurs des produits agricoles biologiques, sains et moins coûteux. Tel est le but de l’atelier de formation des formateurs sur les Systèmes participatifs de garantie (Spg) sur l’agriculture biologique qui se tient depuis hier à Livingstone à Cotonou. Initiée par la coopérative allemande Giz, cette formation entre dans le cadre de l’initiative « Un seul monde sans faim » (Sewoh). « Les deux projets de l’initiative « Un seul monde sans faim » à savoir le Projet des Centres d’innovations vertes pour le secteur agro-alimentaire (ProCiva) et celui de la Protection et réhabilitation des sols pour améliorer la sécurité alimentaire (ProSol), sont financés par le gouvernement allemand à travers le ministère de la coopération économique et du développement et réalisée par la Giz. Ces deux projets, en pleine complémentarité, sont actifs dans les mêmes zones d’intervention au Bénin. Dans le cadre de leur exécution, ils ont convenu d’adopter l’agriculture biologique d’une part comme un système de production durable pouvant garantir la protection des sols et la sauvegarde des services écosystémiques du sol face à leur dégradation persistante qui constitue une menace pour les exploitants agricoles. D’autre part, la production biologique peut être considérée comme une solution potentielle pour affronter les nombreux défis tout au long de la chaîne de valeurs en contribuant à atteindre les indicateurs du programme des Centres d’innovations vertes pour le secteur agro-alimentaire », a expliqué Andreas König, Directeur résident de la Giz au Bénin.

Une option pour la réduction des coûts de production
A l’en croire, l’agriculture biologique offre une véritable option de réduction des coûts de production. Considérée comme système de production alternative, cette agriculture offre une approche systémique qui assure une augmentation durable de la productivité et a du potentiel à créer des emplois tout au long de la chaine de valeurs. Ainsi, du 12 au 16 décembre, les participants venus du Cameroun, du Togo, du Burkina-Faso, du Mali et bien sûr du Bénin seront outillés afin d’être en mesure de former leurs pairs dans leurs pays respectifs. pour Abdoulaye Toko, Secrétaire général du ministère de l’agriculture, les participants à cette formation auront la possibilité de s’inspirer de l’expérience béninoise en matière de l’agriculture bio. « Au cours de cette formation, vous aurez la possibilité de visiter un système participatif de garantie expérimenté par l’Association pour le maintien d’une agriculture paysanne (Amap) à Sèmè-Kpodji. Si possible, vous vous familiariserez avec d’autres acteurs des groupes de contrôles en Spg tels que la Fédération des unions des producteurs du Bénin (Fupro-Bénin) qui est l’institution de certification Spg au Bénin en vue de partager leurs expériences », a-t-il ajouté. Selon le Directeur résident de la Giz, le Bénin a été retenu pour abriter cette formation pour les francophones car il est me pionnier dans le développement des Spg au sein de la communauté francophone. A l’en croire, les Spg sont des systèmes de certification biologiques alternatifs, adaptés au contexte local et peu coûteux. Ils reposent sur des outils et des normes d’agriculture biologique qui intègre tous les acteurs du cycle : les producteurs, les transformateurs, les transporteurs, les distributeurs, les associations et Ong d’appui et les consommateurs »,

13-12-2016, Isac A. YAÏ


CHRONIQUES

En vérité : Le style Zinzindohoué !
27-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
Ça y est ! Les bons apôtres pour une révision de qualité sortent des bois. En dehors des Béninois qui se sont fait leur religion sans, au préalable, (...) Lire  

Editorial : Le calme après la tempête
27-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Plaidoyer pour les journées de (...)
23-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Fausse route pour l’Unamab !
23-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Républicaine posture !
22-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un projet avorté ?
22-03-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1920

Etroitesse d’une partie de la voie Comè-Lokossa-Dogbo en (...)
23-03-2017, La rédaction
Le Directeur des Infrastructures et des Transports Jacques Ayadji est à nouveau dans le collimateur des populations, (...)  

Cinquantenaire de la Jama’at Islamique Ahmadiyya du Benin La (...)
22-03-2017, Isac A. YAÏ
La Jama’at Islamique Ahmadiyya du Bénin a organisé le Samedi 18 mars 2017, la troisième conférence Interreligieuse (...)  

Enseignement de la langue française : Les enseignants se plaignent (...)
22-03-2017, La rédaction
Le Bénin, à l’instar des autres pays francophones dans le monde, a célébré hier la journée internationale de la (...)  

Audit du reversement dans la fonction publique : Des agents (...)
21-03-2017, La rédaction
Dans le cadre de l’audit annoncé par le Gouvernement et qui vise à faire la lumière sur le reversement massif d’agents (...)