Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Grève tous azimuts : Ecoles et hôpitaux dans le tumulte de fin de mandat

JPEG - 280.2 ko

Angoisse jusqu’au bout de son deuxième et dernier mandat pour le président Boni Yayi. A environ quatre mois de la fin de son séjour à la tête du Bénin, le chef de l’Etat n’a aujourd’hui, aucune excuse pour tranquillement gérer les affaires courantes et préparer son avenir après son départ de la Marina. Avec la paralysie de deux secteurs vitaux au Bénin, il serait difficile au premier des Béninois de continuer à garder le mutisme. En effet, après les enseignants qui, depuis des semaines, ont abandonné à leur sort les apprenants, ce sont les paramédicaux qui sont entrés dans la danse et ont également laissé tomber leur précieuse mission de sauver des vies.
La République est en danger. Sans éducation pour ses enfants et sans possibilité de soigner ses alités. De plus, la menace que la crise sociale, déjà si aiguë, s’étende à d’autres secteurs vitaux comme la justice est réelle. Deux piliers de la République ébranlés, un chef de l’Etat indifférent, ce se serait tout simplement pathétique. Boni Yayi n’a donc plus le choix. Il doit écouter les travailleurs en grève, intervenir et faire l’impossible pour donner une réponse claire aux revendications. Même si ces réponses ne vont pas plaire à tout le monde, elles doivent intervenir, situer le peuple et permettre aux uns et aux autres de se faire leur religion.
Mission compliquée mais pas impossible pour le président Boni Yayi. Dans un contexte électoral et de fin de mandat où ses priorités sont, entre autres, l’organisation du prochain scrutin, sa succession, la gestion de la crise sociale aiguë qui paralyse deux secteurs sensibles est carrément une besogne. Car, Boni Yayi doit maintenant forcer la porte des solutions aux difficultés majeures de ses compatriotes et faire entendre raison aux travailleurs décidés à aller jusqu’au bout. Autrement, l’absence de dispositions adéquates pour mettre fin à cette crise sociale de trop risque de jeter du discrédit sur le gouvernement en place et au-delà, sur les capacités managériales de celui qui aura eu la faveur du chef de l’Etat pour lui succéder en avril 2016. La montagne est haute, pourtant Boni Yayi doit la gravir et relever le pari de passer de derniers jours sans avoir à gérer de crise à la Marina.

18-11-2015, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : Plaidoyer pour les journées de salubrité
23-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
Disons-le sans détour. La ville de Cotonou a besoin d’un bon coup de balai. L’insalubrité qui y règne et à laquelle s’accommodent les habitants de (...) Lire  

En vérité : Fausse route pour l’Unamab !
23-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Républicaine posture !
22-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un projet avorté ?
22-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
Transversal : Nécessité d’une Dtn
22-03-2017, Ambroise ZINSOU
Editorial : Les députés face à l’histoire
20-03-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1920

Etroitesse d’une partie de la voie Comè-Lokossa-Dogbo en (...)
23-03-2017, La rédaction
Le Directeur des Infrastructures et des Transports Jacques Ayadji est à nouveau dans le collimateur des populations, (...)  

Cinquantenaire de la Jama’at Islamique Ahmadiyya du Benin La (...)
22-03-2017, Isac A. YAÏ
La Jama’at Islamique Ahmadiyya du Bénin a organisé le Samedi 18 mars 2017, la troisième conférence Interreligieuse (...)  

Enseignement de la langue française : Les enseignants se plaignent (...)
22-03-2017, La rédaction
Le Bénin, à l’instar des autres pays francophones dans le monde, a célébré hier la journée internationale de la (...)  

Audit du reversement dans la fonction publique : Des agents (...)
21-03-2017, La rédaction
Dans le cadre de l’audit annoncé par le Gouvernement et qui vise à faire la lumière sur le reversement massif d’agents (...)