Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Grogne dans le sous-secteur de l’enseignement secondaire : Les enseignants remontés contre l’inertie des cadres

JPEG - 227.2 ko

L’année 2017 démarre avec des grincements de dents au Ministère de l’enseignement secondaire, technique et de la formation professionnelle. L’intersyndicale des enseignants contractuels du secondaire est montée au créneau hier dans les locaux de l’institution, pour dénoncer la gestion ‘’calamiteuse’’ de leur carrière et revendiquer l’amélioration des conditions de travail des enseignants et surtout l’accélération du processus de reclassement et de l’apparition de leurs actes en souffrance au Ministère de la fonction publique. Pour le Porte-parole de l’intersyndicale, Alexandre Adjinan, les stagiaires des cohortes 3,4,5,6 traversent d’énormes difficultés et leur formation n’a fait que trop duré. Aussi, a-t-il fustigé la désinvolture qu’affichent les autorités de la Direction de l’enseignement secondaire général dans le traitement des dossiers relatifs à la correction des arrêtés de mise en formation bloqués depuis 2014, et le fait qu’aucune disposition n’est prise pour que les détenteurs du Bapes et Bapet retournent dans les écoles normales pour être formés respectivement pour le Capes et le Capet conformément aux textes en vigueur. « Nous exigeons l’accélération du processus de reclassement avec la parution de tous les actes en souffrance à la fonction publique, la convocation sans délai d’une autre session de la commission de reclassement pour l’étude des nombreux dossiers déposés à la Direction de l’administration des finances et le démarrage immédiat de toutes les autres cohortes qui remplissent déjà les conditions », a-t-il déclaré. Les manifestants ont été reçus par le conseiller technique à la médiation et au dialogue social du Ministre de l’enseignement secondaire, Ignace Vissoh qui les a appelés au calme et leur a promis de rendre fidèlement compte à qui de droit.

4-01-2017, Patrice SOKEGBE


CHRONIQUES

En vérité : Sauver Cotonou du drame d’Abidjan
22-06-2018, Isac A. YAÏ
La ville est plongée dans le deuil. Abidjan, la belle, pleure ses morts. Cette cité cosmopolite a troqué son charme contre les affres des pluies (...) Lire  

En vérité : A l’heure des réformes électorales
20-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les nouveaux chantiers de la (...)
18-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Révisions en plein Mondial (...)
14-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’enjeu du code électoral
14-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Code électoral à peaufiner (...)
12-06-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2580

Affaire Cnss-Bibe : Le procès de Mètognon reporté au 27 juin (...)
20-06-2018, La rédaction
Le syndicaliste Laurent Mètognon et ses coaccusés retournent pour quelques jours encore en prison. C’est la (...)  

Autorité nationale de lutte contre la corruption : Les journées (...)
20-06-2018, La rédaction
Le président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc), Jean Baptiste Elias a tenu une rencontre (...)  

Leadership et engagement : Le Nimd offre une plate-forme de (...)
20-06-2018, La rédaction
Permettre aux jeunes d’acquérir les stratégies adéquates pour, d’une part, bénéficier de la confiance de leurs (...)  

Assainissement du secteur de la microfinance : Toboula se prépare (...)
20-06-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Nul n’a le droit d’exercer une activité de microfinance sans disposer d’un agrément. C’est un principe auquel le Préfet (...)