Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Insécurité au Bénin : Recrudescence des braquages à Porto-Novo : une dame attaquée, sa moto emportée

JPEG - 264.3 ko

Les vols à main armée ont repris à Porto-Novo. Après une relative accalmie, la capitale du Bénin risque de plonger à nouveau dans les heures sombres des braquages sanglants. Hier, une dame a encore été la cible des hommes sans foi, ni loi. Sa moto a été emportée par deux malfrats. Son sac aussi, avec son portable, son portefeuille et bien d’autres objets de valeur.

Retour sur les faits
La victime revenait de service lorsqu’elle est tombée dans une embuscade tendue par les deux délinquants devant son portail, non loin du carrefour du centenaire. Une fois pieds à terre, les deux malfrats l’ont menacée avec leurs pistolets automatiques. L’un a pointé son arme sur sa tête, l’autre lui a donné un soufflet, puis s’est emparé de sa moto. Elle s’est évanouie et les deux malfrats se sont volatilisés dans la nature.

La réduction des patrouilles : une cause probable ?
Le retour des vols à main armée à Porto-Novo est peut-être dû à la réduction des patrouilles dans la ville. En réalité, cela fait plusieurs jours que les patrouilles diurnes et nocturnes des forces de sécurité ont substantiellement diminué dans la capitale du Bénin. Et pour cause : le commissaire central adjoint de Porto-Novo a mis aux arrêts de rigueur certains agents du service du corps urbain. Par solidarité, plusieurs de leurs collègues, ayant perçu cette suspension comme une punition injuste, ont décidé de ne plus participer aux patrouilles, laissant les éléments de la brigade anti-criminalité, en nombre insuffisant, faire la ronde. Conséquence : cette faille ouverte dans le système sécuritaire de la ville donne sans doute plus de latitude aux malfrats de mettre en exécution leurs plans machiavéliques et d’opérer en toute quiétude, au grand dam de la population. Le Directeur général de la police nationale, Idrissou Moukaïla, et le Ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, Sacca Lafia, doivent regarder de plus près cette situation qui, si elle perdure, va saper les efforts consentis par les pouvoirs publics depuis six mois pour contenir le taux d’insécurité dans notre pays.
Fawaz AYAH (Stg)

11-10-2016, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : Sauver Cotonou du drame d’Abidjan
22-06-2018, Isac A. YAÏ
La ville est plongée dans le deuil. Abidjan, la belle, pleure ses morts. Cette cité cosmopolite a troqué son charme contre les affres des pluies (...) Lire  

En vérité : A l’heure des réformes électorales
20-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les nouveaux chantiers de la (...)
18-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Révisions en plein Mondial (...)
14-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’enjeu du code électoral
14-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Code électoral à peaufiner (...)
12-06-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2580

Affaire Cnss-Bibe : Le procès de Mètognon reporté au 27 juin (...)
20-06-2018, La rédaction
Le syndicaliste Laurent Mètognon et ses coaccusés retournent pour quelques jours encore en prison. C’est la (...)  

Autorité nationale de lutte contre la corruption : Les journées (...)
20-06-2018, La rédaction
Le président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc), Jean Baptiste Elias a tenu une rencontre (...)  

Leadership et engagement : Le Nimd offre une plate-forme de (...)
20-06-2018, La rédaction
Permettre aux jeunes d’acquérir les stratégies adéquates pour, d’une part, bénéficier de la confiance de leurs (...)  

Assainissement du secteur de la microfinance : Toboula se prépare (...)
20-06-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Nul n’a le droit d’exercer une activité de microfinance sans disposer d’un agrément. C’est un principe auquel le Préfet (...)