Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Introduction des langues nationales dans le système éducatif : Le dernier recours pour sauver l’enseignement au Bénin

JPEG - 227.8 ko

D’année en année, la qualité de l’enseignement au Bénin va decrescendo, au regard des résultats obtenus aux différents examens nationaux. Sentant le danger venir, les acteurs de l’éducation ont trouvé une alternative, celle d’introduire les langues nationales dans le système éducatif. Pour le Dr Gbaguidi G. Arnauld, Enseignant chercheur à l’Uac, l’introduction des langues nationales est une opportunité pour mieux former les apprenants. Les langues maternelles, selon lui, participent à l’assimilation rapide des connaissances chez l’enfant, car « quand on enseigne à un enfant dans sa langue, il comprend vite ce qu’on lui apprend. En effet, quand on enseigne dans le système éducatif formel, l’apprenant traduit d’abord la situation dans sa langue ».
A ce sujet, les six langues à savoir l’Adja, le Batonou, le Dendi, le Ditamari, le Fon et le Yoruba qui ont été retenues le 16 juillet 1992 pour être introduites dans l’enseignement sont des langues Post Alpha. Quatre autres langues telles que le Yom, le Fulfuldé, le Gengbé et le Gungbé ont été rajoutées aux six précédentes. « Ainsi, nous avons commencé l’expérimentation de ces langues lors de la rentrée scolaire 2013-2014 par la classe de Cours d’Initiation (Ci) avec trente (30) écoles primaires. La prochaine rentrée, nous serons dans 50 écoles sur toute l’étendue du territoire nationale », a déclaré le Dr Arnauld Gbaguidi.
Le Secrétaire général de la Confédération des syndicats des travailleurs du Bénin (Cstb) Paul Essè Iko a, quant à lui, trouvé que le colon a imposé non seulement sa langue, mais aussi sa façon de réfléchir et d’agir. Et après plusieurs décennies, le Bénin n’a pas bougé d’un iota. « Alors que nous sommes des Africains et nous avons à apporter nos contributions pour enrichir aux plans national et international notre culture », a-t-il ajouté.
Selon l’Unesco, toutes les langues doivent être développées et mises sur internet, car d’ici 50 ans, la moitié des langues vont disparaître de la planète. Or, d’après Paul Essè Iko, une langue comporte des richesses culturelles, scientifiques, philosophiques, économiques et autres. D’où la nécessité de l’introduction de toutes les langues dans le système éducatif. Aussi, a-t-il poursuivi, il faut que ces langues nationales bénéficient des manuels nécessaires pour leur enseignement en dépit du nombre de langues que nous avons. « Par exemple, là ou le Fon est majoritaire, il s’inscrit dans le cursus scolaire. En plus, il faut que les langues nationales soient le support du discours scientifique depuis la maternelle jusqu’à l’université. Cela passe par la traduction des unités de valeur en langues nationales par les étudiants. Par exemple, on peut enseigner uniquement dans la langue nationale aux enfants de la maternelle au Ce1. Et, une fois au Ce2, on introduit le français et l’anglais. Si cela est fait ainsi, on n’aura pas dans notre pays, une guerre linguistique comme c’est le cas entre les Corses et les Catalans », préconise-t-il.
Lire quelques extraits des syndicalistes

Dieudonné Lokossou, Sg/Csa-Bénin :

JPEG - 71.8 ko

« Je ne pense pas que l’introduction des langues nationales dans le système éducatif de notre pays soit une mauvaise chose. En Chine et dans d’autres pays, on a choisi quelques langues qui prédominent pour les enseigner dans les écoles. Et notre mal ici, c’est que nous faisons l’apologie de la langue française. Je dois rappeler que la plupart des cadres qui ont fait leurs études pendant la colonisation, les ont faites en langue française. Et il est arrivé même que certains Béninois qui n’ont pas été moulés dans la tradition de nos langues soient majors de leur promotion, et donc ont brillamment fait leurs études. Les Français qui ont la maîtrise de leur langue, lors des examens ou des concours, ne sont pas toujours brillants. Nous ne pouvons pas dire que l’introduction de nos langues dans les écoles puisse être un élément de blocage pour le développement de nos pays. Les premiers alphabets dans nos langues permettent l’ouverture d’esprit. Lorsque les gens vont dans des écoles pas du tout françaises, ils vont pouvoir maîtriser un certain nombre de domaines. Pendant la révolution, on a envoyé des Béninois dans des pays socialistes. Ils n’ont jamais appris le russe ou le tchèque. Mais quand ils y arrivent, ils font leur bain linguistique pendant un an et commencent les études dans ces langues. Je crois que nous ne devons pas banaliser nos langues en faisant la promotion des langues étrangères.
Nous ne vivons pas en autarcie, nous devons nous ouvrir tout en cherchant à promouvoir nos langues. Dans les pays arabes, certains sont en avance. Je ne pense pas que la promotion de nos langues soit un handicap pour le développement de la culture, de la technologie, parce que pour moi, la science est universelle.

Noël Chadaré, Sg de la Cosi-Bénin :

JPEG - 54.1 ko

« Dans les pays anglophones, c’est d’abord la langue maternelle qui est enseignée »
« On apprend mieux dans la langue étrangère si déjà on parle bien sa langue maternelle ou paternelle. Cela est démontré par les plus grands pédagogues du monde. Or, notre langue de travail est le français, dès le bas âge, on familiarise l’enfant à la langue étrangère plutôt qu’à sa propre langue. En agissant ainsi, on crée des problèmes à l’enfant sans le savoir parce qu’il lui serait plus facile de bien assimiler dans sa langue que dans la langue française. On a toujours conseillé cela. Dans les pays anglophones, c’est d’abord la langue maternelle qui est enseignée et cela a fait ses preuves. Il faut que l’enfant parle d’abord sa langue maternelle pour mieux comprendre les choses. Il faut aussi former régulièrement les enseignants qui seront chargés de l’application de ces langues. Et ce qu’il faut faire, c’est de choisir trois langues sur toute l’étendue du territoire national pour faciliter la tâche aux apprenants ».

Issè Iko, Sg du Cstb « La Chine s’est développée par sa langue »

JPEG - 96.4 ko

« La France nous a imposé non seulement le français mais aussi sa façon de réfléchir, d’agir et autre, alors que nous sommes des africains et nous avons à apporter nos contributions pour enrichir aux plans national et international notre culture. Pour s’implanter en Afrique, la religion catholique romaine a utilisé nos cultures pour être plus proche de nous, ce qui leur a facilité l’évangélisation. Mieux, la bible a été traduite intégralement dans nos langues pour permettre aux chrétiens qui ne comprennent pas le français d’apprendre à lire dans leur langue. Ce qui leur a été facile. On n’a pas dit apprendre à lire et à écrire dans nos langues, mais qu’elles soient le support scientifique. C’est-à-dire, toutes les matières que nous enseignons, cela doit être fait dans nos langues. Nos langues ne sont pas utilisées en Europe et pourtant, quand on part faire nos thèses en Europe, nous les faisons dans leur langue. On a l’exemple de la Chine qui s’est développée par sa langue. Nous disons qu’il faut introduire les langues étrangères à partir du Ce2. La base linguistique, c’est la langue maternelle d’abord. Et tout ceci relève d’un changement de système puisque c’est tout un programme que les français ne veulent pas que nous ayons. Parce qu’ils savent que si nos langues se développent, nous allons abandonner leur culture. Nous devons nous débarrasser de la culture française pour asseoir notre développement. Levons-nous pour changer le système actuel et mettre en place une culture pour les travailleurs et pour les peuples ».
Patrice SOKEGBE & Sandric DIKPE (Coll)

2-09-2015, Patrice SOKEGBE


CHRONIQUES

Editorial : Plaidoyer pour les journées de salubrité
23-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
Disons-le sans détour. La ville de Cotonou a besoin d’un bon coup de balai. L’insalubrité qui y règne et à laquelle s’accommodent les habitants de (...) Lire  

En vérité : Fausse route pour l’Unamab !
23-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Républicaine posture !
22-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un projet avorté ?
22-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
Transversal : Nécessité d’une Dtn
22-03-2017, Ambroise ZINSOU
Editorial : Les députés face à l’histoire
20-03-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1920

Etroitesse d’une partie de la voie Comè-Lokossa-Dogbo en (...)
23-03-2017, La rédaction
Le Directeur des Infrastructures et des Transports Jacques Ayadji est à nouveau dans le collimateur des populations, (...)  

Cinquantenaire de la Jama’at Islamique Ahmadiyya du Benin La (...)
22-03-2017, Isac A. YAÏ
La Jama’at Islamique Ahmadiyya du Bénin a organisé le Samedi 18 mars 2017, la troisième conférence Interreligieuse (...)  

Enseignement de la langue française : Les enseignants se plaignent (...)
22-03-2017, La rédaction
Le Bénin, à l’instar des autres pays francophones dans le monde, a célébré hier la journée internationale de la (...)  

Audit du reversement dans la fonction publique : Des agents (...)
21-03-2017, La rédaction
Dans le cadre de l’audit annoncé par le Gouvernement et qui vise à faire la lumière sur le reversement massif d’agents (...)