Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Judith Dahui : « Pour augmenter le nombre de femmes députés, il faut en positionner plus »

A première vue, on peut dire qu’il est en train de plaider en faveur de la gent féminine, mais je ne pense pas que pour y arriver, il faut augmenter le nombre de députés. Si on veut augmenter le nombre de femmes députés au parlement, il faut positionner plus de femmes, surtout en tête de liste dans les circonscriptions afin qu’elles soient facilement éligibles.

JPEG - 119.3 ko

Les femmes à l’Assemblée nationale ne déméritent pas, elles travaillent autant que les hommes. Mon souhait, c’est qu’on puisse sortir et se battre pour avoir plus de femmes à l’Assemblée nationale. Ce n’est pas en restant dans les quatre murs de nos maisons que nous serons représentatives. Les femmes doivent se battre. En nous mettant ensemble, on pourra y arriver. Pourquoi ne pas avoir au minimum 35 places au parlement.
C’est dû au facteur sociologique. Dans notre pays, quand on voit une femme en politique, on se dit qu’elle n’est pas une femme au foyer, qu’elle a des relations extraconjugales. C’est pourquoi les femmes se réservent de s’exprimer ou de se prononcer. Surtout quand la femme se positionne candidate ou membre d’un parti, c’est fini. On se dit qu’elle sera infidèle, qu’elle doit aller à des réunions nocturnes. Elle n’aura plus de temps à consacrer à son mari puis à sa famille. Qu’elle rencontrera de grandes personnalités, du coup, elle sera remontée. On, les réunions politiques se déroulent souvent en soirée ou en week-end. Il faut qu’on brise cette barrière. Il faut que nous soyons courageuses pour nous affirmer. Il faut que les maris contribuent à l’émergence de leurs épouses en politique. Nous devons revoir ces raisonnements et comprendre l’importance de la femme en politique. Il faut se retrouver à des places données pour aboutir à notre représentativité. Nous allons toujours nous plaindre qu’on ne nous considère pas ou qu’on nous relègue au second plan alors que c’est nous-mêmes femmes, qui n’avons pas le courage de nous imposer.

8-03-2017, La rédaction


CHRONIQUES

Editorial : Hehomey, un tigre en papier ?
20-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
La nouvelle est encore fraîche. Pour une surprise, c’en est une. Hervé Hehomey a été débarqué du gouvernement. En tournée dans la partie septentrionale (...) Lire  

En vérité : Retour d’un fils polémiste !
20-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Dans la tourmente de l’Unesco (...)
19-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un mutisme surprenant
19-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La rentrée du Nouveau départ (...)
18-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’alternance syndicale
18-09-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Mises aux arrêts de rigueur : Les explications du Dgpn au (...)
31-08-2017, La rédaction, Landry Salanon
Mises aux arrêts de rigueur : Les explications du Dgpn au (...)
31-08-2017, La rédaction, Landry Salanon


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2160

Vie des couples : Les femmes ménagères, des êtres aux mille (...)
20-09-2017, La rédaction
Elles sont nombreuses, les femmes qui n’ont de dévotion que pour leur foyer. Consacrées en permanence aux activités (...)  

Amélioration du système éducatif au secondaire : Lucien Kokou lance (...)
20-09-2017, La rédaction
Le Ministre de l’Enseignement Secondaire de la Formation Technique et Professionnelle, Lucien Kokou, a lancé le (...)  

Rentrée scolaire 2017-2018 : Le vrai visage de l’école
20-09-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Les cours dans les établissements publics ne se dispenseront pas sur les chaînes de radio et de télévision, encore (...)  

Interview avec Dr Stéphane Hountovo, Gynécologue-Obstétricien au (...)
20-09-2017, La rédaction
La dysménorrhée ou règles douloureuses est une douleur qui précède, accompagne ou suit la menstruation 30 à 50% des (...)