Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


L’entreprenariat au féminin : L’Attiéké sort Céline Amanlèda de l’ornière

Nombre de femmes veuves s’apitoient sur leur sort car exposées au dénuement. Mais Céline Amanlèda a choisi de faire la différence. Femme entreprenante, elle a embrassé depuis 5 ans un commerce qui peu à peu, prospère entre ses mains : la vente de l’attiéké : une spécialité culinaire ivoirienne. Découvrez davantage ici cette brave femme.

JPEG - 129.2 ko

« Vendez-moi mon repas. Je suis là depuis 10min », crie un client avec insistance. « Et moi, alors ! Je suis là depuis 20 min. Servez-moi donc », rétorque un autre au bord de l’exaspération. C’est à ce spectacle matinal assez animé qu’on assiste chez Céline Amanlèda, vendeuse d’attiéké, un produit fini de la transformation du manioc, à Allègléta à Godomey Togoudo. Vêtue d’une chemise rayure en nylon aux manches courtes et de deux pagnes superposés comme le font les dames au Bénin, Céline Amanlèda, de teint noir, taille courte, de petits yeux un peu noircis par la fumée, s’affaire à satisfaire ses clients. Son visage rond, son nez pointu, ses lèvres émincées et ses belles joues révèlent ses qualités : humilité, douceur, bravoure et respect pour les autres. La quarantaine, avec une poitrine moins forte et des épaules peu larges, elle pousse son entreprise vers le succès.

Au commencement !
« J’ai choisi de vendre de l’attiéké parce que j’ai grandi en Côte d’Ivoire. Et j’ai vu ma mère le faire. Une fois venue au Bénin, je me suis mise à l’œuvre et ce, depuis 5 ans », confie-t-elle. Toujours matinale, Céline Amanlèda a travaillé seule dès qu’elle s’est jetée à l’eau. Sans aucune aide, elle s’approvisionne en matières premières. « Au début, j’étais seule à tout faire et à vendre mon attiéké dans le quartier », rappelle-t-elle d’une voix suave le regard tourné vers ses clients. Brave et endurante, Céline Amanlèda ne s’est pas découragée malgré le manque d’engouement au début de son commerce.

Céline Amanlèda perce par sa persévérance
Perfectionniste, elle prend particulièrement soin de son repas. Et son sacrifice a payé avec le temps. En effet de bouche à oreille, le commerce de Céline Amanlèda a atteint tout le quartier. « Depuis 2 ans, mon commerce a pris une autre tournure. Le nombre de clients a augmenté du fait de la publicité que me font les gens. En fait, ces derniers déclarent que mon repas est bien copieux. En plus, mon attiéké est le vrai », fait-elle savoir avec fierté. Son succès est si poussé que plusieurs restaurants s’approvisionnent chez elle. « J’ai deux conducteurs de taxi motos qui acheminent tous les matins à plusieurs endroits, mon produit », ajoute Céline Amanlèda.
Cette femme, qui a choisi s’auto-employer là où plusieurs autres attendent désespérément l’embauche de l’Etat, emploie actuellement une dizaine d’hommes et de femmes. Aussi, a-t-elle pu s’octroyer un moulin qui lui permet de moudre 20 à 25 sacs de manioc par semaine. « Maman Céline est un bon employeur. Elle nous paie bien. Elle est également très travailleuse. Dans ce commerce, elle fait face à beaucoup de défis qui auraient pu la décourager », témoigne Habib, un de ses employés en précisant que tous les matins à 4h, elle est toujours sur pieds pour apprêter sa marchandise. Odilon, affirme quant à lui que son employeur est très sympathique, battante. « Elle ne nous laisse jamais seuls abattre le travail. Elle s’y met toujours avec nous », laisse-t-il entendre.

Commerçante et mère de famille
Veuve depuis un an, dame Céline fait de son mieux pour prendre soin de ses enfants. « Maman est mon héroïne. En effet, le fait qu’elle n’ait pas choisi la voie de la facilité mais s’est battue pour mettre sur pied cette entreprise de commerce d’attiéké, m’inspire beaucoup », a déclaré avec beaucoup d’émotion Marie, l’une de ses filles.

Difficultés et perspectives
Malgré la croissance de son entreprise, tout n’est pas rose. « La demande est de plus en plus forte, mais je ne dispose que d’une seule machine. J’ai besoin d’une deuxième pouvant moudre les 20 à 25 sacs de manioc que nous exploitons hebdomadairement et de 4 autres pour presser l’eau du manioc écrasé. Je suis prête à rembourser toute structure pouvant me faire un prêt pour relever ce défi pressant. Je projette, avec la grâce de Dieu, d’ouvrir un restaurant où je vendrai attiéké avec du poisson braisé », poursuit-elle.

JPEG - 130.2 ko

Foi et loisirs
Céline Amanlèda est chrétienne. Elle préfère en toute chose s’appuyer sur Dieu. « Malgré les nombreuses difficultés rencontrées dans le cadre de son travail, je ne l’ai jamais vu faire recours à quoi que ce soit d’autre sinon à son Créateur », révèle un de ses collaborateurs.
Il faut dire qu’à part le travail, cette femme spéciale aime la danse. A l’en croire, elle faisait partie d’un groupe de musique traditionnelle. Mais les contraintes de la vie ont fait qu’elle a quitté ce creuset sans grand regret. Entre la quête de l’épanouissement professionnel et le divertissement, Céline a fait son choix.
Sinatou ASSOGBA (coll.)

8-03-2019, La rédaction


CHRONIQUES

Editorial : Prisonniers exigeants !
19-03-2019, Angelo DOSSOUMOU
Décidément, au mot réforme au Bénin, la révolte, l’indignation et les mouvements d’humeur pointent leur nez. Probablement, effet de contagion, et à la (...) Lire  

En vérité : L’indécente proposition
19-03-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Cena, sérénité fragilisée !
15-03-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Embûches sur la route du 28 (...)
12-03-2019, Angelo DOSSOUMOU
L’opposition face à son destin
11-03-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Chasse aux Voyous !
11-03-2019, Alassane AROUNA




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2910

Concours de photographie Wiki Loves Africa (Wla) : Joseph Hervé (...)
19-03-2019, Patrice SOKEGBE
Sur plus de 700 photos soumises par plus de 50 participants, celle du journaliste béninois Joseph Hervé Ahissou a le (...)  

Compétition de danse urbaine : La Sobebra Offre Malta Tonic Urban (...)
19-03-2019, Isac A. YAÏ
Malta Tonic Urban dance. C’est le nouveau concept que la Société béninoise de brasserie (Sobebra) offre à la jeunesse (...)  

Production énergétique au Bénin : La centrale thermique de 120 Mw (...)
18-03-2019, La rédaction
120 Mw pour booster la production énergétique. Le nouveau départ tient le pari. Maria Gléta 2 vient effacer le souvenir (...)  

Hadj 2019 : Air Taxi Bénin pour le transport de tous les pèlerins (...)
15-03-2019, Gérard GANSOU
Au lieu de la moitié de l’effectif autorisée comme par le passé, les autorités saoudiennes viennent d’accorder au Bénin, (...)