Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


« Les jours à venir seront encore plus durs au Bénin », dixit le Prêtre David Koffi Aza

JPEG - 58.7 ko

Le Consultant cultuel et culturel, David Koffi Aza, Prêtre consultant du Fâ, Numérologue, Naturothérapeute, Grand conservateur de l’ordre Aunor était vendredi dernier sur l’émission 90 mn au Bénin de la télévision Canal3. L’invité s’est essentiel prononcé sur les moments difficiles qui attendent le régime de la rupture dans les jours à venir, si ses recommandations ne sont pas prises en compte. Pour lui, le Président a déjà commis beaucoup d’erreurs et il urge de prendre en considération ses prédictions. A en croire David Koffi Aza, les mêmes agissements qui ont été dénoncés sous le régime défunt se reproduisent, notamment au plan social, économique et politique avec l’actuel régime. « Nous avons déjà dénoncé depuis 2014, dans un rapport publié sur les réseaux sociaux, la dégradation de la situation politique de notre pays et même le mutisme des acteurs politiques », a-t-il évoqué. A ce sujet, il a précisé par analogie que le règne du Président Talon s’apparente à celui du roi Glèlè qui, selon lui, ne s’était pas préparé à gérer le pouvoir. « C’est le cas de Patrice Talon qui s’est préparé pour prendre le pouvoir, mais pas pour la gestion du pouvoir. Raison pour laquelle, nous avons décidé de l’accompagner », a-t-il affirmé. Un peu comme sous le règne du roi Glèlè, poursuit-il, le Président Talon est très mal conseillé. « Sinon, sur un coup de tête, il n’aurait pas pris ses décisions tout seul. Il y a certainement des gens qui lui feront ces propositions…le sophisme qu’ils utilisent pour le convaincre du bien-fondé d’un certain nombre de décisions ne l’arrange pas et n’arrange pas la nation », a-t-il expliqué. Pour le Consultant cultuel et culturel, les décisions prises par le Gouvernement de la rupture ne sont pas pour l’heure prioritaires. A ce sujet, il a demandé que lesdites décisions soient rapportées afin de calmer la tension qui prévaut dans le pays. « Quels que soient vos bagages intellectuels, on ne peut pas diriger le Bénin comme on dirige la France, parce que nous n’avons pas les mêmes réalités socio-culturelles. Et il y a des pesanteurs sociales qui font régresser la nation, parce qu’elles n’ont été prises en compte », a-t-il conclu.

27-02-2017, Patrice SOKEGBE


CHRONIQUES

En vérité : Bail sans pagaille !
26-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Les comptes sont bons. Pour le bonheur des locataires et des propriétaires, la loi sur le bail est votée. Encore deux petites étapes et un véritable (...) Lire  

Chronique judiciaire : 7 ans de travaux forcés (...)
26-04-2018, Isac A. YAÏ
Editorial : L’agro industrie en hibernation
26-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Jeunesse, grande inquiétude (...)
25-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Plaidoyer pour l’hygiène publique
25-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Attention…Enfin promulguée !
24-04-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2490

Dr Akibou Akindélé, spécialiste en ethno-climatologie « Il faut (...)
26-04-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
A travers les comportements de la faune et de la flore, il est aussi possible d’apprécier la variabilité climatique. (...)  

Efficacité des mesures douanières au Port de Cotonou : Le Cb (...)
25-04-2018, La rédaction
Vigilance et pragmatisme. Ce sont les mots qui caractérisent désormais la Brigade Douane Cotonou Port, notamment face (...)  

Stigmatisation des vieillards : Les personnes du 3ème âge victimes (...)
25-04-2018, La rédaction
Les personnes du 3ème âge sont pour la plupart moins considérées dans la société. Elles subissent le plus souvent une (...)  

Deux ans sous la Rupture : Les efforts de Talon pour une éducation (...)
24-04-2018, Ambroise ZINSOU
Investir dans la formation du capital humain, gage d’un développement durable et source de croissance économique. (...)