Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Lutte contre la criminalité transfrontalière : Le ministre Azandé et le Fonac pour une nouvelle dynamique

JPEG - 387.3 ko

Le Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique et des Cultes a tenu, ce vendredi 24 juillet 2015, une séance de travail avec une délégation du Fonac conduite par son président, Jean-Baptiste Elias. Ce dernier est allé présenter ses activités au ministre dans le cadre de la prévention et de la lutte contre la criminalité transnationale. Au cours de la séance, Jean-Baptiste Elias a fait une présentation sur les objectifs et cibles de la convention internationale de lutte contre la criminalité transnationale organisée. Il s’agit d’un programme de 5 ans dans lequel s’engage le Bénin par le biais du Fonac qui crée et met en œuvre des stratégies de lutte contre des aspects de la corruption constituant un terrain fertile à l’insécurité et une menace pour l’intégrité territoriale. Ledit programme, déjà mis en œuvre dans 40 communes dont les 36 frontalières du Bénin, cible des maux tels que le trafic de drogue, d’armes à feu, de faux médicaments, la cybercriminalité, la piraterie maritime, le braconnage et la déforestation. Car, comme l’indique le président du Fonac, "tout ça ne se passe jamais sans la corruption". Le Fonac, reconnu uniquement pour traquer, dépister et dénoncer les actes de corruption au Bénin, révèle ainsi un autre aspect tout aussi important de ses activités : celui de la prévention et de la lutte contre la criminalité.
Le Ministre Placide Azandé et ses collaborateurs ont félicité le Fonac pour ses initiatives salutaires et mis l’accent sur la nécessité d’un partenariat qu’il faut désormais établir et entretenir au sein des diverses forces de sécurité et surtout avec le Fonac pour des résultats plus probants dans le cadre de la lutte contre la cybercriminalité et le trafic de drogue. Ainsi, avec l’appui du Fonac et de ses partenaires techniques, les unités spécialisées de contrôle de sécurité en exercice au port autonome de Cotonou, à l’aéroport de Cadjèhoun et aux divers postes de contrôle frontaliers verront désormais leurs moyens renforcés et modernisés pour faire face aux nouveaux défis. De plus, une synergie est attendue entre les structures décentralisées du Fonac et les agents de sécurité publique, en matière de renseignements pour un contrôle plus efficace de l’entrée et de la sortie des personnes et des biens sur le territoire béninois.

27-07-2015, Adrien TCHOMAKOU


CHRONIQUES

Chronique culturelle
21-07-2017, La rédaction
Nous nous sommes donnés comme mission depuis un certain temps d’apporter notre expertise et notre expérience au service de la culture béninoise qui (...) Lire  

Editorial : Le pain à polémique
20-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Des vagues à combattre !
20-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Formule ‘‘Portabilité mobile’’ !
19-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Que fait Talon de sa majorité (...)
19-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le Bénin sportif, pourquoi pas (...)
18-07-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2100

Mauvaise gouvernance à la Sonacop : Les Béninois toujours en (...)
21-07-2017, La rédaction
Les mois s’égrènent, et l’attente se fait longue, voire peu prometteuse. De nombreux clients de la Société nationale (...)  

Avancée audiovisuelle : 3 nouveautés majeures pour les abonnés (...)
21-07-2017, Isac A. YAÏ
A compter de ce vendredi 21 juillet, les abonnés Canal+ constateront 3 nouveautés majeures dans leur abonnement. Ces (...)  

2ème édition de la fête du cinéma : Canal+ Bénin rapproche davantage (...)
20-07-2017, Isac A. YAÏ
Après le succès connu par la première édition, Canal+ Bénin lance la deuxième édition de la « fête du cinéma ». Cette (...)  

Affaire 54 kg de drogue au port de Cotonou : Les deux (...)
19-07-2017, Naguib ALAGBE
Ils ne sont certainement pas au bout de leurs peines. Mais ils peuvent déjà se frotter les mains. Interpellés une (...)