Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Lutte pour la préservation des espèces fauniques : Un braconnier arrêté au parc de la Pendjari

Le lundi 31 août dernier, en plein cœur du parc de la Pendjari, un braconnier est tombé dans les mailles des chasseurs professionnels locaux. En sa possession, deux pointes d’ivoires fraîchement arrachées d’un éléphant et plusieurs kilogrammes de viande d’éléphant boucanées ainsi que 2 corps de bubales (grandes antilopes). Son fusil et 3 motos ont été également saisis. Au nombre de quatre au départ, trois ont réussi à prendre la fuite. Le mis en cause est originaire du village de Korokone dans l’arrondissement de Kotiagou (Commune de Tanguiéta). L’homme connu pour des « exploits » du genre est à la tête d’un réseau de braconniers très actifs dans les réserves naturelles du Nord Bénin et bénéficie des soutiens extérieurs pour les massacres de la faune sauvage. Son fournisseur d’armes et de munitions, enseignant de profession, a été également arrêté après les investigations d’usage.
Les braconniers qui s’adonnent à ce genre de pratiques prennent de grands risques, utilisent des armes non autorisées pour abattre tout aussi illégalement des éléphants, espèce menacée, et ainsi alimenter le réseau de trafiquants d’ivoire internationaux connectés notamment à d’autres formes de trafic. Déjà en juillet, des braconniers auteurs de l’abattage de deux éléphants avaient été condamnés à 18 mois d’emprisonnement fermes avec environs 7 600 000FCFA de dommages Intérêts.
Face à la répétition de tels actes, il urge que la surveillance du parc soit renforcée avec le précieux concours des chasseurs professionnels locaux. Les individus qui s’adonnent à ce type d’activité encourent une peine d’emprisonnement allant de 6 mois à 5 ans et /ou une amende allant de cinquante mille à un million de francs cfa selon les articles 153 et 154 de la loi portant régime de la faune en République du Bénin. Les stratégies développées et les expériences accumulées par le Programme d’appui à l’application des lois sur la faune et la flore au Bénin ont besoin d’être valorisées. Aussi faudrait-il développer une franche et dynamique collaboration entre le Ministère en charge de l’Environnement, le Centre National de gestion des réserves de faune (Cenagref) et la Direction générale des forêts et ressources naturelles (Dgfrn).

4-09-2015, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Jeunesse, grande inquiétude !
25-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Opération Rambo, et tenez-vous tranquille, c’est au minimum 500 jeunes en perdition. Le chiffre est alarmant, l’inconscience hyper élevée et la (...) Lire  

Editorial : Plaidoyer pour l’hygiène publique
25-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Attention…Enfin promulguée !
24-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La main tendue des syndicats
24-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
Chronique judiciaire : Cyprien Houngbo (...)
20-04-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En toute sincérité : Solution testament (...)
20-04-2018, Naguib ALAGBE




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2490

Efficacité des mesures douanières au Port de Cotonou : Le Cb (...)
25-04-2018, La rédaction
Vigilance et pragmatisme. Ce sont les mots qui caractérisent désormais la Brigade Douane Cotonou Port, notamment face (...)  

Stigmatisation des vieillards : Les personnes du 3ème âge victimes (...)
25-04-2018, La rédaction
Les personnes du 3ème âge sont pour la plupart moins considérées dans la société. Elles subissent le plus souvent une (...)  

Deux ans sous la Rupture : Les efforts de Talon pour une éducation (...)
24-04-2018, Ambroise ZINSOU
Investir dans la formation du capital humain, gage d’un développement durable et source de croissance économique. (...)  

Dégel de la fronde sociale : Le front suspend la grève, l’année (...)
24-04-2018, Arnaud DOUMANHOUN
Le Front d’actions des syndicats des trois ordres de l’enseignement a suspendu sa motion de grève de 96 heures. 38 (...)