Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Michel Djeigo, Commissaire national chargé du programme des Jeunes : « Il n’y a pas une désaffection pour le scoutisme, mais une forte concurrence »

Parmi la multitude d’associations de jeunes au Bénin, le scoutisme recherche ses marques pour retrouver sa vitalité d’antan. A travers cette interview, Michel Djeigo, Commissaire national chargé du programme des jeunes, explique le rôle du scoutisme dans l’éducation des jeunes et les raisons du manque d’engouement auquel le mouvement fait face.

JPEG - 101.8 ko

Quelle est la mission fondamentale du scoutisme ?
Le scoutisme est un mouvement d’éducation pour les jeunes, sans discrimination de religion, de langue, de race ou d’ethnie. C’est un mouvement fondé sur le volontariat. Nous éduquons le jeune pour l’accompagner jusqu’à un âge adulte afin qu’il devienne un homme responsable. Le scoutisme apporte énormément à notre pays. Il y a beaucoup de jeunes scouts qui sont devenus plus tard des personnalités politico-administratives, voire des Chefs d’Etat. C’est un mouvement qui prend un jeune, à l’âge de 6 ans et qui l’accompagne jusqu’à 25 ans. L’adhésion est libre et volontaire. Il n’y a pas de particularité. C’est quand on est adulte, après les 25 ans, qu’il y a des particularités.

Quelles sont les spécificités en matière d’éducation par le scoutisme ?
La méthode adoptée au scoutisme est active. Au scoutisme, le jeune apprend en exerçant. Vous n’allez pas voir des scouts, feuille en main, en face d’un chef qui leur dicte quoi faire. Le chef fait et le jeune le voyant faire, apprend. Les activités se déroulent en plein air, dans la nature. L’enfant est déjà barricadé dans son école et à la maison. Entre la maison et l’école, il y a la rue. Le scoutisme se positionne là et fait un trait d’union. Un chef scout est en communion avec les parents du jeune et l’enseignant pour combler le vide que l’on constate aujourd’hui entre l’école et la maison.

Qu’est-ce qui explique le manque d’engouement que l’on constate autour du mouvement ?
Nous devons relativiser la situation. En réalité, les jeunes continuent de s’intéresser au mouvement. C’est beaucoup plus les autorités qui ne croient plus au scoutisme. Avant, elles accompagnaient les jeunes. On a toujours besoin d’un tout petit moyen pour une mission. Il faut près de 7 ans pour former un chef d’unité qui va encadrer les plus jeunes. C’est bénévole, on ne lui donne pas un rond. Les jeunes sont toujours là, ils viennent et font montre d’une volonté absolue. Mais on a beaucoup de concurrents aujourd’hui. Il y a les réseaux sociaux et des associations qui naissent un peu partout. Quand les associations foisonnent, l’obligation que l’autorité a d’aller voir ce qui s’y fait pour protéger le jeune n’est pas au rendez-vous. Il y va du bien être éducatif des jeunes. Je ne crois pas qu’il y a une désaffection mais une forte concurrence qui nous oblige à nous remettre en cause. Il faut que les autorités nous accordent un peu plus de soutien.

Dans une société en perte des valeurs morales, comment inciter les jeunes au volontariat ?
Il manque une petite volonté politique. Aujourd’hui, le jeune est dérouté, et ce n’est pas forcément sa faute. Il y a trop de choses. Rien que le soutien institutionnel va susciter l’envie chez les parents, qui ne comprennent pas toujours l’importance du scoutisme. Il y a un travail qui se fait envers les parents d’élèves, mais quand ils comprennent, c’est eux-mêmes qui prennent le relais. Avant, ce sont les directeurs d’écoles qui invitent le scoutisme dans leur école. Aujourd’hui, il y a une désaffection de ce côté-là aussi. Un travail se fait pour leur montrer que c’est dans leur intérêt.

Un appel aux jeunes
Je voudrais leur dire que le mouvement scout est resté le même. C’est le seul mouvement qui vous offre tout ce dont vous avez besoin pour être responsable. Aux parents, je dirai que c’est le seul mouvement où leurs enfants apprennent les choses de la rue de façon sécurisée.
Propos recueillis par Fulbert ADJIMEHOSSOU

22-02-2017, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : La rentrée de tous les enjeux
20-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Dans un mois, ce sera la rentrée des classes pour le compte de l’année académique 2018-2019. Mais aujourd’hui, c’est la rentrée gouvernementale. (...) Lire  

Editorial : Urgence pour une rentrée !
20-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Repenser les fêtes identitaires
16-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Directeur sur conditions !
14-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’étonnant silence du Prd !
14-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Hadj sans tapage !
13-08-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Les bombes du code électoral !
9-08-2018, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2640

Célébration de la fête du 15 Août 2018 : Le Groupe Adeco de Brice (...)
17-08-2018, La rédaction
Le Pdg du Groupe Adeco, Brice Hondi, ne manque aucune occasion pour mettre en relief les potentialités des artisans (...)  

62ème édition de Dogboxwé : Le député Jocelyn Dégbey appelle à (...)
17-08-2018, La rédaction
Une fête de retrouvailles pour aplanir les divergences et s’unir autour du développement de Dogbo. Pour sa 62ème (...)  

Fernand Nouwligbèto, Enseignant-Chercheur à l’Uac : « Le théâtre est (...)
17-08-2018, Patrice SOKEGBE
Enseignant-chercheur au Département des Lettres Modernes, Fernand Nouwligbèto a mené avec ses étudiants une expérience (...)  

Management de la qualité dans les structures étatiques : Aubin (...)
16-08-2018, La rédaction
La salle de conférence du Centre national de sécurité routière a abrité mardi dernier, un atelier de formation sur les (...)