Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Mise en œuvre de la nouvelle carte sécuritaire : Les commissariats d’arrondissements interdits de recevoir des plaintes

JPEG - 264.3 ko

Ils sont nombreux, ces citoyens qui continuent de se référer aux commissariats d’arrondissements des communes sous tutelle de la gendarmerie pour déposer leurs plaintes. Et bien évidemment, ils y essuient une fin de non-recevoir. En effet, depuis le 2 janvier 2017, la nouvelle carte sécuritaire, telle annoncée par le gouvernement du nouveau départ, est opérationnelle sur l’ensemble du territoire national. Ainsi, les policiers sont devenus les seuls maîtres dans les villes à statut particulier et les chefs-lieux de départements, et les gendarmes ont pris le contrôle des communes ordinaires conformément aux dispositions du décret 2000 portant délimitation des zones de compétences de la police et de la gendarmerie. Mais, un tour à Abomey-Calavi, une commune placée sous le contrôle de la gendarmerie, et force est de constater que de nombreux citoyens peinent à s’adapter à la nouvelle donne car, en attendant le redéploiement des agents, les commissariats d’arrondissements de Godomey-Togoudo, de Gbodjè, d’Akassato… n’ont pas encore fermé. Sauf que cette présence provisoire n’est pas à confondre avec leur fonctionnement traditionnel, c’est-à-dire exécuter leurs attributions antérieures à la décision de la mise en œuvre de la nouvelle carte sécuritaire. C’est pourquoi, les citoyens qui continuent de se référer aux commissariats d’arrondissement sont purement et simplement orientés vers le commissariat central d’Abomey-Calavi ou la gendarmerie la plus proche. C’est donc clair que les commissariats centraux ou d’arrondissements installés en violation des dispositions du décret 2000 seront bientôt fermés. Ce n’est qu’une question de temps.

9-01-2017, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : Attention… Loi contre conflits récurrents !
23-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Un arsenal juridique pour sceller la paix entre éleveurs et agriculteurs. Pour l’instant, nous ne sommes qu’à l’étape de proposition de loi. Mais déjà, (...) Lire  

Editorial : Le Cnsr à la barre
23-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Lacrymogène : La directive Talon
23-11-2017, La rédaction
tribune verte : Un nouvel espoir pour l’Habitat
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Exit la longévité au pouvoir (...)
22-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Lacrymogène : Mètognon et l’impunité
22-11-2017, La rédaction




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Dans la peau du messie
14-11-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2280

Reprofilage des pistes rurales et de desserte : L’Aic et les (...)
23-11-2017, Ambroise ZINSOU
Faciliter l’évacuation des productions des champs vers les marchés et les usines et favoriser l’intercommunalité, tel (...)  

Eau et assainissement : 87% des Béninois pratiquent la défécation à (...)
23-11-2017, La rédaction
Une frange des Béninois n’a pas accès à des toilettes améliorées ou modernes. Selon le Ministère de la santé publique, (...)  

Dossier placement de 17 milliards à la Bibe : Laurent Mètognon (...)
21-11-2017, La rédaction
Laurent Metongnon, l’ex-Président du Conseil d’administration de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) a reçu (...)  

Payement des redevances de gestion et d’utilisation des fréquences (...)
21-11-2017, La rédaction
Par décision n°2017-263, du 17 novembre 2017, l’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste (...)