Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Négociations gouvernement-syndicales : Yayi signe le statut particulier des enseignants…

JPEG - 106.9 ko

Les enseignants peuvent se frotter les mains, après plusieurs semaines de luttes syndicales en vue de la satisfaction de leurs revendications. Samedi dernier, le Chef de l’Etat, le Dr Boni Yayi a procédé à la signature des deux décrets portant statuts particuliers des personnels enseignants du premier degré (la maternelle et le primaire) et du second degré (secondaire général, technique et professionnel). Cette signature fait suite à la concertation tenue mercredi dernier avec les responsables syndicaux des enseignants. Devant eux, le président de la République a réaffirmé l’engagement du gouvernement à revaloriser de 25% les salaires des enseignants de la maternelle, du primaire et du secondaire. Mais pour le Sg Cstb, Paul Essè Iko, le Chef de l’Etat a signé un statut ‘’éclopé’’. Par conséquent, la grève se poursuit.

Lire les propos de Paul Essè Iko, Sg/Cstb

JPEG - 501.5 ko

Plusieurs problèmes ont été posés lors des négociations, notamment la signature de notre statut particulier. S’agissant de cette signature, des études ont été faites au niveau des deux ordres et passées en Comité paritaire. On devrait faire entériner cela par le gouvernement. Mais lorsqu’on a rencontré le Chef de l’Etat, il a refusé que les coefficients, mentionnant les avantages au niveau du primaire et du secondaire, puissent être soulignés dans le statut. Or, nous savons très bien que lorsqu’on a fait le statut des enseignants du supérieur, il y a eu des coefficients. Boni Yayi a donc été un obstacle à la satisfaction de notre revendication. Ensuite, lorsque nous nous sommes retrouvés avec le Ministre Abiola dans la commission de négociation, lui aussi a affiché une attitude d’opposition. La Cstb a été la seule à dire que si on faisait cela, on n’aurait rien gagné. Étant donné que les 1.25 nous ont été reconnus dans le décret 505, nous ne pouvons pas signer le relevé de conclusion. Nous ne l’avons pas signé parce que nous voyons que c’était mauvais. Ça fait des statuts particuliers inopérants, impraticables, il va falloir faire encore d’autres combats. Nous exhortons tous les enseignants à poursuivre le combat. Nous avons obtenu un statut particulier éclopé.
Aussi, avions nous posé le problème des vacataires. Ils sont plus de 80% des enseignants dans nos écoles et collèges d’enseignement général, mais on ne résout jamais leur problème. Nous avons demandé de mettre ce point sur la table de négociation, mais le gouvernement a refusé. Nous allons faire de nouvelles grèves. Il faut en finir une fois pour de bon. Nous demandons aux enseignants de se prendre en charge et de continuer le combat jusqu’à la satisfaction de ces revendications.

23-11-2015, Patrice SOKEGBE


CHRONIQUES

En vérité : A l’heure des réformes électorales
20-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
« Qui va loin ménage sa monture ». S’inspirant de cette sagesse populaire, elle engage les grandes manœuvres. Dans la perspective des scrutins à (...) Lire  

En vérité : Les nouveaux chantiers de la (...)
18-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Révisions en plein Mondial (...)
14-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’enjeu du code électoral
14-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Code électoral à peaufiner (...)
12-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les indésirables sacs plastiques
12-06-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2580

Affaire Cnss-Bibe : Le procès de Mètognon reporté au 27 juin (...)
20-06-2018, La rédaction
Le syndicaliste Laurent Mètognon et ses coaccusés retournent pour quelques jours encore en prison. C’est la (...)  

Autorité nationale de lutte contre la corruption : Les journées (...)
20-06-2018, La rédaction
Le président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc), Jean Baptiste Elias a tenu une rencontre (...)  

Leadership et engagement : Le Nimd offre une plate-forme de (...)
20-06-2018, La rédaction
Permettre aux jeunes d’acquérir les stratégies adéquates pour, d’une part, bénéficier de la confiance de leurs (...)  

Assainissement du secteur de la microfinance : Toboula se prépare (...)
20-06-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Nul n’a le droit d’exercer une activité de microfinance sans disposer d’un agrément. C’est un principe auquel le Préfet (...)